Vers la fin de la divergence des politiques monétaires européenne et américaine ?

Point hebdomadaire - par Benjamin BOURGUIGNAT, gérant chez Stamina AM.

14/03/2018 - Publié par STAMINA ASSET MANAGEMENT dans Marché Autre

Vers la fin de la divergence des politiques monétaires européenne et américaine ?

Le nouveau président de la Banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell, a effectué sa première intervention, fin février, devant le Congrès. Il a décrit une « croissance économique forte » stimulée par « une politique budgétaire devenue plus stimulante » et a assuré « d'autres hausses de taux graduelles ». Il se situe globalement dans la continuité de Janet Yellen, mais soutient une approche de politique monétaire peut-être un peu moins accommodante que ce que le marché attendait.

 

Du côté européen, la réunion de politique monétaire de la Banque Centrale Européenne (BCE) du jeudi 8 mars 2018 laisse les taux inchangés. En ce qui concerne les mesures non conventionnelles de politique monétaire, le conseil des gouverneurs confirme que les achats nets d'actifs, au rythme de 30 milliards d'euros, devraient être réalisés jusque fin septembre 2018 ou au-delà si nécessaire. Il est important de noter que le conseil ne spécifie plus sa capacité à accroître le volume et/ou allonger la durée du programme d'achat d'actifs, ce qui dénote une posture légèrement moins accommodante que la précédente. Durant la conférence de presse qui a suivi la réunion monétaire, Mario Draghi a insisté sur le fait que la BCE restera accommodante par tous les leviers de sa politique monétaire, que ce soient les achats nets d'actifs (les flux), son bilan (le stock), ainsi que la politique de taux d'intérêt. La réunion a montré la capacité de la BCE à adopter une posture légèrement moins accommodante et à rassurer le marché en même temps. Le trimestre prochain sera très certainement le moment où la BCE continuera de changer de ton afin de préparer petit à petit la fin de ses facilités monétaires d'ici la fin de l'année.

 

Les taux européens étant encore extrêmement bas et son bilan étant plus grand que jamais, la BCE aurait peu de marge de man uvre si elle devait faire face à une récession globale. Cependant, l'inflation est encore loin de sa cible, ce qui implique que la BCE doit continuer ses facilités monétaires. La posture est délicate pour la BCE : elle doit agir en limitant la hausse de son bilan, en respectant son objectif d'inflation ainsi qu'en tenant compte du fait qu'une récession globale pourrait faire surface dans les quelques années prochaines

 

Achevé de rédiger, le 12 mars 2018.

Source : Stamina Asset Management.

Les performances passées ne constituent pas un indicateur fiable des performances futures

Les informations contenues dans ce document ont été prises à des sources considérées comme fiables et à jour au moment de sa parution, cependant leur exactitude ne peut être garantie.

 

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

BCE : LA RELANCE DU CRÉDIT MAL ENGAGÉE

Une nouvelle semaine conduite par l’attente pesante d’évènements soi-disant susceptibles d’animer enfin un marché obligataire atone : d’un côté de...

22/09/2014 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Autre / Commentaires de marché

REGAIN D'INCERTITUDE SUR LES MARCHÉS FINA...

  Alors que tout semblait joué, le FBI a relancé le suspense sur la présidentielle américaine. La remontée dans les sondages de Donald Trump,...

07/11/2016 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS

Autre / Commentaires de marché