Bulletin mensuel de CPR AM

C'est un rituel immuable, un acte de socialisation presque incontournable, chaque matin, comme des millions de personnes dans le monde, nous prenons un café. Cet acte qui peut sembler d'une rare banalité relève pourtant d'une grande complexité. En effet, lorsque nous lixivions des graines de café torréfiées et moulues, notre but inconscient est de préparer une boisson psychotrope et dopaminergique. Mais pour que l'expérience soit parfaite, que le café révèle toutes ses subtilités aromatiques, il est important voire essentiel d'équilibrer acidité et amertume, deux saveurs antagonistes qui, bien combinées permettent d'offrir une expérience unique. De la qualité du café à la durée d'extraction, les variables mécaniques permettant d'obtenir un bon arabica sont nombreuses, mais l'équilibre est fragile. Si votre mouture est trop fine, votre café sera amer et astringent, si votre temps d'extraction est trop court, il sera acide et insipide. En temps qu'allocataire d'actifs nous retrouvons ces distorsions chaque jour dans nos portefeuilles. Dans la conception d'un fonds comme dans celle d'un café, chaque variation même minime d'une variable peut impacter le « goût » et la structure transformant le résultat en une expérience plus ou moins réussie.

Pour le mois de mai tant la recette, - comprendre les scénarios -, que leurs proportions restent identiques. Nous conservons ainsi notre scénario de « tensions politiques qui (peinent à) entament la confiance » avec une probabilité d'occurrence de 10%. Les conséquences en revanche perdent en intensité, les marchés actions ne rendant que de 5 à 7,5% en fonction des zones. Notre scénario central de bonne dynamique de la croissance (60%) anticipe toujours une progression raisonnable des marchés actions (+2,5% sur les pays développés) dans un contexte de normalisation des taux. Enfin, nous resterons vigilants quant à un dérapage des anticipations d'inflation qui ferait basculer les marchés (30% de probabilité). Dans ce scénario, les taux et les actions baisseraient de concert et seul l'or et les points morts d'inflation pourraient apporter un peu de performance.

Dans ces conditions nous abaissons notre curseur actions à 95 et maintenons le curseur obligataire à 90.

 

Lire la suite en cliquant ICI

 

 

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.