Trump veut casser la Barack

Par Karamo Kaba, Directeur des études économiques - Ecofi Investissements - 23 janvier 2017

23/01/2017 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS dans Marché Allocations d'actifs

Trump veut casser la Barack

Pendant très longtemps, le libre-échange a été un des piliers de la doxa du Parti Républicain américain. La vision messianique des Etats-Unis, qui veut que « ce qui est bon pour les Etats-Unis est bon pour le monde » a alors conduit les Américains à exporter ce principe jusqu’aux confins les plus reculés de la planète. Ce concept a été porté à son paroxysme en Europe par les Britanniques, notamment dans la mise en place de l’Acte unique en 1985 de l’Union européenne (UE) – libre circulation des capitaux, des marchandises et des hommes. C’est en ce sens que ce premier trimestre de l’année 2017 pourrait rester dans l’Histoire.

 

En effet, outre l’investiture de Donald Trump et ses annonces protectionnistes, la semaine a été marquée par le choix des Britanniques d’opter pour le scénario de la sortie dure (« hard Brexit ») de l’Union européenne. En voulant rompre avec une des valeurs cardinales qui a régi le monde et l’UE depuis plusieurs années, le président américain et la première ministre britannique ouvrent la voie à un vaste champ d’inconnues voire souvent de contradictions. D’une part, le poids des pays émergents s’est considérablement accru et rien ne dit qu’ils vont rester muets suite à la hausse des mesures protectionnistes. D’autre part, lors d’auditions devant le Sénat, plusieurs futurs ministres ont tenu des propos en décalage avec les orientations du nouveau président. Enfin, à quoi cela sert-il de s’attaquer au libre-échange sans s’attaquer aux multinationales, « seules vraies gagnantes de la mondialisation » selon le Prix Nobel français Maurice Allais.

 

En écho à ces flottements, les investisseurs ont semblé réintégrer dans leurs scénarii un niveau de risque politique plus élevé, que la fin de la cohabitation à Washington était censée réduire. D’où un recul des actions sur la semaine (S&P 500 : -0,15% ; EuroStoxx 50 : -0,75% ; CAC 40 : -1,5%).

 

Sur le marché obligataire, les rendements ont été tirés à la hausse aux Etats-Unis après la publication des données d’activité de bonne facture et d’une inflation au-dessus de 2%, une première depuis juillet 2014. Le ton résolument optimiste du Livre beige de la Fed, qui table sur une poursuite de la hausse de l’emploi et des salaires en 2017, a aussi participé à la hausse. Dans ces conditions, le rendement du taux à 10 ans s’est apprécié de 7 centimes pour finir la semaine à 2,47%. Dans la zone Euro, la Banque centrale européenne (BCE), confrontée elle aussi à une hausse des prix, n’est pas revenue sur sa politique d’achats de titres. Les grognes en provenance d’Allemagne, où l’inflation s’est établie à 1,7% en décembre, n’ont pas suffi pour que l’institution monétaire européenne évoque une réduction progressive de sa stimulation monétaire. Le rendement du taux à 10 ans s’est apprécié de 8 centimes pour finir à 0,42%.

 

Sur la scène des changes, la dépréciation du taux de change effectif du dollar s’est accélérée après le discours d’investiture de Donald Trump. Mais c’est la livre sterling qui a été la vedette de la semaine, portée par les menaces de Madame May quant à la possibilité de transformer le Royaume-Uni en « paradis fiscal » en cas de mauvais accord sur les modalités de sortie de l’UE. La devise britannique a aussi été soutenue par l’intention du gouvernement de consulter le Parlement sur les termes de cet accord.

 

Rendez-vous lundi prochain…

 

Source : Ecofi Investissements, au 20 janvier 2017.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée.

Articles similaires

INFLATION, UNE OPPORTUNITE POUR 2017 ?

Après plusieurs années difficiles, 2016 marque enfin une remontée de fond de l’inflation, une hausse qui s’appuie sur une réelle amélioration...

29/11/2016 - Publié par CPR ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Avis d'experts

2016 DANS LA LIGNÉE DE 2015 ?

2015 fut une année compliquée sur les marchés financiers et l’allocation d’actif en général avec une volatilité en hausse sur les principales...

14/01/2016 - Publié par DEGROOF GESTION

Allocations d'actifs / Avis d'experts