Tensions politiques

Par Karamo KABA, Directeur des études économiques - 3 avril 2017

03/04/2017 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS dans Marché Allocations d'actifs

Tensions politiques

 

Quelle que soit la manière dont on l’interprète, le tweet du Président Trump menaçant les frondeurs au sein de sa majorité (le « Freedom Caucus ») hostiles à l’abrogation de l’Obamacare a mis au grand jour les profondes dissensions à l’intérieur du Parti républicain.

Ainsi, bien que disposant de toutes les manettes du pouvoir (Maison-Blanche, Sénat, Chambre des Représentants, Cour Suprême, Gouverneurs), et ce seulement pour la sixième fois dans la longue histoire des Etats-Unis, l’élan réformateur de l’Administration républicaine semble avoir du plomb dans l’aile. Or, un des ferments de la hausse récente des indices avait été la fin de la cohabitation politique entre le Président Obama et le Congrès républicain.

Alors que nous aurions pu nous attendre à une poursuite de la baisse des marchés actions suite à cette résurgence du risque politique, les bourses ont plutôt repris le chemin de la hausse. Les investisseurs ont semblé confortés par des propos rassurants de plusieurs membres de la Réserve fédérale et par la publication d’enquêtes de bonne facture. Ainsi, la confiance des ménages, mesurée par le Conference Board, a fait un bond de 9,5 points en mars - après un gain de 4,5 points en février - pour atteindre son plus haut niveau depuis 17 ans. Cette bonne disposition des consommateurs s’est reflétée dans la légère révision à la hausse du PIB qui a vu la croissance du quatrième trimestre 2016 passer de 1,9% à 2,1% en rythme annualisé. Une révision haussière essentiellement due à la hausse de la consommation (de 3,0% à 3,5% en rythme annualisé). Sur la semaine, les indices américains ont progressé (+0,8% pour le S&P 500), sous-performant toutefois les indices européens (+1,7% pour l’EuroStoxx).

Le climat de tension s’est traduit par un recul au niveau des rendements de taux souverains. Le taux à 10 ans américain est même temporairement repassé en deçà de 2,40%, en dépit de la remontée des cours du pétrole au-dessus de 50 dollars le baril. Outre la baisse des stocks américains, l’or noir a profité de l’atténuation des tensions politiques au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Le recul des taux a été plus prononcé en Europe, notamment en Allemagne où le rendement du taux à 10 ans a reculé de 7,5 points pour revenir à 0,33%. Il faut dire qu’avec l’officialisation de la procédure de divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, une période de fortes tensions politiques s’ouvre. Et, au regard du calendrier électoral, il y a de grandes probabilités que les négociations ne débutent sérieusement qu’en octobre 2017, à l’issue des élections législatives allemandes.

En dépit de réelles améliorations au niveau des indicateurs avancés, plusieurs membres de la Banque centrale européenne ont tenu des propos perçus comme « Dovish* », conduisant les investisseurs à calmer les anticipations de resserrement monétaire en zone Euro apparues fin mars. Ces propos ont pris de l’épaisseur après la publication d’un taux d’inflation plus bas qu’attendu en mars (+1,5% sur un an). Dans ces conditions, le dollar a repris son ascension, repoussant l’euro sous le seuil de 1,07 dollar.

Rendez-vous lundi prochain…

 

*Une politique monétaire « Dovish » (accommodante) a pour objectif la croissance économique et rien d'autre. C’est exactement l'inverse d'une politique monétaire « Hawkish » (restrictive).

 

 

Source : Ecofi Investissements, au 31 mars 2017.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée.

Articles similaires

ACTIS AM : MESSIEURS LES ANGLAIS, TIREZ LE...

Pas près de sortir l’article 50, Theresa May ! Rien en effet, sans un « vrai consensus national » ralliant l’autre moitié du Royaume-Uni a déclaré...

12/09/2016 - Publié par ACTIS ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

L'EMBELLIE EST TOUJOURS LÀ …..

Ne jamais totalement désespérer ! Après un début de mois très difficile pour l’ensemble des classes d’actifs à risques, actions, matières...

02/02/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché