Perspectives 2017

La Financière de l'Europe - le 16 janvier 2017

17/01/2017 - Publié par LA FINANCIERE DE L'EUROPE dans Marché Actions

Perspectives 2017

L’année 2016 s’est achevée sur une belle hausse des marchés d’actions : du côté américain le SP500 gagne 9.5% sur l’année, et en Europe l’Eurostoxx50 monte de 3.7%, reflétant le retard dans le cycle de croissance du vieux continent par rapport au nouveau monde. 

Dopés par les propositions économiques volontaristes du nouveau président américain Donald Trump, les investisseurs abordent 2017 avec le sourire, réconfortés par les prévisions de divers économistes qui voient en Donald le nouveau Ronald (Reagan), et se souviennent avec émotion des années 1980 où l’ancien acteur devenu président avait libéré les forces économiques du pays grâce à sa politique libérale, entrainant dans son sillage les marchés actions vers les sommets de l’époque. 

Pour notre part nous restons vigilants, et craignons qu’autour du milieu d’année, la réalité économique soit moins rose que ne l’anticipent les marchés. Nous sommes notamment très attentifs au pilotage de la politique monétaire qui sera fait par les banques centrales et au risque de bulle sur les actions américaines. 

La sphère économique est récemment entrée dans un nouveau paradigme. Depuis plusieurs années, les Etats-Unis et la zone euro s’étaient habitués à l’absence d’inflation, aux politiques monétaires très expansionnistes, aux taux d’intérêt très faibles. Mais ces derniers mois la hausse du prix du pétrole et le plein emploi aux Etats-Unis ont ramené l’inflation au voisinage (zone euro) ou même au-dessus (Etats-Unis) de l’objectif d’inflation de la Banque Centrale. La politique monétaire est devenue plus restrictive (Etats-Unis) et devra probablement devenir moins expansionniste dans la zone euro plus tôt que ce qui était prévu, l’inflation anticipée et les taux d’intérêt à long terme remontent, et la problématique de la dette (pour les Etats et les agents économiques privés) réapparait peu à peu. 

On voit donc que la tâche des banques centrales est ardue, d’autant plus que ce cycle est très différent des précédents, notamment aux Etats-Unis ou l’on observe un phénomène de décalage. Il a fallu attendre un taux de chômage beaucoup plus bas que dans le passé pour voir apparaître une accélération des salaires et du coût salarial unitaire. Or cette évolution est la source de nombreuses difficultés : la reprise économique n’est pas soutenue au début et au milieu du cycle d’expansion par une hausse plus rapide des salaires réels; le risque inflationniste n’apparaît plus au milieu du cycle d’expansion mais à la fin du cycle d’expansion. Ceci rend les choix de politique monétaire de la Réserve Fédérale beaucoup plus compliqués : en milieu d’expansion, il n’y a pas d’obstacle à la hausse des taux d’intérêt, mais en fin d’expansion, après de nombreuses années de croissance, la Réserve Fédérale hésite à monter les taux d’intérêt, car il y a conflit entre le retour de l’inflation et le risque de recul de la croissance.

Cela coïncide quasiment avec l’arrivée au pouvoir de l’administration Trump dont on attend des politiques économiques très favorables au marché des actions aux Etats-Unis avec la baisse de la taxation des profits des entreprises et l’incitation au rapatriement des profits conservés à l’étranger. De plus, la politique fiscale expansionniste qui devrait être menée, en période de plein emploi, va normalement conduire à une poursuite de la hausse des taux d’intérêt et du dollar. Les actions américaines devraient donc devenir l’actif financier le plus attrayant au monde (si ce n’est déjà le cas), d’où des investissements domestiques et des entrées de capitaux aux Etats-Unis s’investissant en actions qui pourraient provoquer une surévaluation des sociétés américaines au regard de leurs perspectives économiques. 

Le début d’année devrait donc selon nous continuer à être porté par cette belle dynamique, même si cela n’empêche pas quelques à-coups boursiers. Nous continuerons comme nous l’avons fait jusqu’à présents à être attentifs aux signaux envoyés par les acteurs macro et microéconomiques pour négocier au mieux cette première phase de marché, tout en restant prêts à être extrêmement réactifs et à adopter une stratégie très défensive si les craintes que nous évoquions sur une bulle des actions américaines se réalisaient et se transmettaient aux actions européennes.

Pour rappel, notre stratégie de réactivité a été payante en 2016 malgré une forte volatilité lors d’évènements exceptionnels et « imprévus » comme le Brexit, l’élection de Donald Trump, ou encore le non au référendum italien. Ainsi les quatre fonds gérés par la Financière de l’Europe tout au long de l’année 2016 ont terminé en ligne avec leurs objectifs de gestion, voire significativement au-dessus pour FDE Profil 0-100 et FDE Multicaps Europe. Enfin le petit dernier de la gamme, FDE Alpha créé en septembre 2016, offre lui un maximum de protection contre les aléas du marché boursier.


L’équipe de gestion

 

Ce document qui est diffusé à titre d'information uniquement, ne constitue ni une proposition d'investissement, ni une autre forme de conseil aux investisseurs. Les opinions exprimées dans ce document représentent le sentiment de l’auteur au jour de son édition. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les informations et opinions de La Financière de l'Europe peuvent être modifiées sans préavis de notre part. Ce document est basé sur des informations considérées comme fiables par La Fianncière de l'Europe. Néanmoins, La Financière de l'Europe ne peut s'engager sur l'exactitude ou l'exhaustivité de ces informations.

 

A PROPOS DE LA FINANCIERE DE L'EUROPE

La Financière De l’Europe est une société de courtage spécialisée en solution patrimoniale sur mesure. Pour mieux répondre à vos éxigences, elle a érigé des notions de confiance, de simplicité et d’expertise.

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

HAUSSE DES TAUX IMMINENTE AUX ETATS-UNIS

  De mémoire d’historiens, nous n’avions jamais vu un président tomber aussi rapidement dans l’impopularité. Pourtant, c’est ce même personnage...

21/02/2017 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS

Actions / Analystes et économistes

EFFET INVERSE AU "TSUNAMI" SUR LES MARCHÉ...

Alors que nous attendions un « tsunami » sur les marchés suite à l’élection de Donald Trump, c’est l’effet totalement inverse qui s’est produit,...

14/12/2016 - Publié par KEREN FINANCE

Actions / Analystes et économistes