EGAMO Mai 2018

 

1- Scénario macro-économique et financier

Le ralentissement de l'activité au premier trimestre semble lié, au moins en partie, à des éléments ponctuels (conditions météo notamment). Il ne remet pas, encore, en cause le scénario de solide croissance économique cette année. Si les contraintes d'offre restent importantes, les entreprises semblent de plus en plus vouloir augmenter leurs prix de vente. Elles retrouveraient ainsi une capacité plus importante à investir et à embaucher. Un cercle vertueux pourrait ainsi s'enclencher. Il déboucherait sur une accélération supplémentaire de l'activité. La contrepartie serait une inflation plus forte ces prochains mois. S'il apparaît peu probable que la BCE modifie sa politique de manière précoce, sa communication évoluera d'ici là, pour « préparer le terrain »Attention, toutefois, ce scénario « idéal » pourrait être remis en cause (au moins partiellement) en cas de poursuite de la dégradation des résultats d'enquêtes de conjoncture,possible sous l'effet de l'incertitude générée par l'attitude de l'administration américaine, tant sur le plan géopolitique que sur les perspectives d'évolution du commerce international. On pourrait aussi reparler ces prochains mois du Brexit

 

2- Conclusions sur les principales classes d'actifs

Ce scénario macro-économique continue d'inciter à une prudence modérée, avec une opinion haussière concernant la progression des marchés d'actionset une opinion baissière concernant celle des marchés obligataires.

 

Vous trouverez la note intégrale en cliquant ICI.

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.