Lettre mensuelle d'Ecofi Investissements

Sur le mois, les tensions commerciales sont montées d'un cran et le pétrole a poursuivi sa fl ambée. Pourtant, l'économie mondiale - tractée par la bonne dynamique des échanges mondiaux - reste encore bien orientée. Ceci contraste avec l'Europe où, conséquence de phénomènes plus ou moins temporaires, l'activité a marqué le pas en début de l'année. La baisse de l'euro qui en a découlée devrait faciliter un rebond de l'activité dès le deuxième trimestre. Pour cela, il faudrait éviter une escalade du protectionnisme et que les autorités monétaires et gouvernementales de la zone Euro parviennent à restaurer la confi ance, notamment en Italie où se concentrent, plus qu'ailleurs dans la zone, des diffi cultés politiques, économiques et sociales.

 

Jacques Chirac aimait à répéter que « les emmerdes, ça vole toujours en escadrille ». La zone Euro pourrait reprendre cette formule à son compte, tant les difficultés politiques, économiques et commerciales se sont accumulées en mai.

Tout d'abord, la publication des comptes nationaux au premier trimestre a montré une nette décélération de l'activité, notamment en Allemagne et en France. La séquence de mauvaises nouvelles s'est poursuivie avec la hausse des inquiétudes sur l'Italie.

En effet, l'arrivée aux affaires du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue, deux formations politiques eurosceptiques, a fait l'objet d'une bombe sur les marchés financiers compte tenu des effets potentiellement catastrophiques de leurs promesses électorales sur une dette publique déjà consé-quente. Or, avec un rythme de croissance modéré, un déficit public de 2,3% du PIB et une dette publique à 131,8% du PIB nominal, les marges de man uvre sont extrêmement réduites.

Enfin, fin mai, Donald Trump annonçait qu'il allait surtaxer les importations d'acier et d'aluminium et qu'il comptait également imposer de nouvelles taxes sur les importations de véhicules aux tats-Unis.

Face à cette volonté américaine de réduire les déficits commerciaux, le spectre d'une guerre commerciale grossit. Les mesures de rétorsion des partenaires des Etats-Unis risqueraient de casser la dynamique actuelle des échanges commerciaux, ce qui pèsera in fine sur la croissance. D'ailleurs, depuis plusieurs mois, les indicateurs avancés reculent.

Malgré cette accumulation de mauvaises nouvelles, nous tablons sur un rebond de l'activité dès le deuxième trimestre, encouragé par les fortes créations d'emplois aux Etats-Unis, l'effet des politiques budgé- taires moins restrictives et le rebond des ventes au détail comme on l'a vu en Allemagne (+2,3% en mai contre -0,35% au 1er trimestre 2018).

Pour lire la suite de la lettre, cliquez ICI

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
ECOFI ENJEUX FUTURS ECOFI INVESTISSEMENTS Olivier PLAISANT Actions Monde 144.57 M€ -9.98 % -9.66 %