Par Igor de Maack, Gérant - DNCA Finance - Point hebdomadaire sur les marchés - N°47/2017

Après une bonne semaine de correction (surtout en Europe d'ailleurs), les marchés actions se sont repris. Si un petit vent (ou plutôt une légère brise) de panique a soufflé sur certaines publications, l'environnement global s'avère toujours porteur.

L'euro/dollar s'est momentanément éloigné de la fourchette 1,18-1,20 et le prix du baril s'est détendu. Pourtant, les pays du Proche-Orient continuent d'inquiéter. Citons dans le désordre : la reprise en main de l'Arabie Saoudite, son conflit larvé avec l'Iran au Yemen, la déstabilisation du Liban, les situations budgétaires difficiles comme en Turquie ou enfin la délicate passation de pouvoir en Algérie après l'ère Bouteflika. Dans la famille des pays producteurs de pétrole, le Venezuela a officiellement fait défaut et rejoint la liste des pays qui auront testé le social-populisme en dilapidant la manne pétrolière.

Aux Etats-Unis, la santé du consommateur n'est pas encore vacillante. En effet, les résultats au troisième trimestre du distributeur Walmart avec une croissance organique de 2,7% laissent pantois d'autant que beaucoup d'investisseurs avaient déjà enterré la distribution physique (en France, Carrefour regagne d'ailleurs des parts de marché sur le mois d'octobre selon les données Kantar). La distribution digitale n'est pas en reste puisque les résultats du chinois Alibaba pour son "Singles Day" (25 milliards de transaction en un seul jour) sont spectaculaires. La confiance du premier distributeur américain est de bonne augure à une semaine du Black Friday.

Celle du consommateur chinois est tout aussi importante pour l'Asie et pour le monde. La symbiose d'une bonne macro-économie et d'une bonne micro-économie doit conduire à faire progresser les marchés actions d'autant que sur les marchés de taux, les rendements réels sont toujours très faibles. Ainsi, 17% du gisement obligataire mondial (8 000 md$) est à taux négatif. Les Anglo-Saxons ont l'habitude de dire : "Trend is your friend". La tendance est bonne mais il faut aussi éviter les chausse-trappes.

Comme une chasse au trésor, les investisseurs doivent méticuleusement dénicher les pépites et se concentrer sur les sociétés qui surprendront positivement lors de la publication de leurs résultats. Si, en plus, elles possèdent des multiples de valorisation attractifs, c'est alors le Graal. Les secteurs décotés (comme les télécoms) sont un bon exemple. Lorsque les valorisations sont raisonnables et les publications sont solides (ex : Vodafone, Bouygues), les investisseurs n'hésitent pas à les saluer. Ce sera sûrement la toile de fonds pour 2018.

 

Texte achevé de rédiger le 17 novembre 2017

 

Avertissement

Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié, produit à titre purement indicatif. Les opinions sur les marchés communiquées correspondent aux analyses des gérants de DNCA Finance. DNCA Finance ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base de ce document, ni de l'utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion. DNCA Finance - 19, place Vendôme - 75001 Paris - Tél.: +33 (0)1 58 62 55 00 - email: dnca@dnca-investments.com - www.dnca-investments.com. Société de gestion agréée par l'Autorité des Marchés Financiers sous le numéro GP 00-030 en date du 18 août 2000 DNCA Investments, une marque commerciale de DNCA Finance.