Le point sur le marché américain, un an depuis l'élection de Trump

06/11/2017 - Publié par COLUMBIA THREADNEEDLE INVESTMENTS SERVICES LTD dans Marché Actions

Le point sur le marché américain, un an depuis l'élection de Trump

Il y a un an, Donald Trump gagnait la course à la Maison Blanche. Depuis son élection à la présidence des Etats-Unis, l'indice S&P 500 a gagné 15%. Dans le commentaire ci-dessous,Nadia Grant, Responsable des marchés actions US chez Columbia Threadneedle Investments, fait le point sur les perspectives du marché et les implications que pourraient avoit les réformes fiscales promises par l'administration Trump.

 

Ces derniers mois, l'administration Trump a subi de nombreux revers quant aux diverses réformes promises durant la campagne. C'est pourquoi, après une periode initiale euphorique, les marchés sont devenus assez sceptiques quant à l'impact potentiel des réformes républicaines sur la croissance.

 

La bourse américaine a surperformé les actions mondiales depuis le début de la reprise parce que l'économie américaine était initialement l'unique moteur de la croissance mondiale, alors que les pays européens se débattaient avec la crise de la zone euro. mesure que l'économie américaine se redressait - soutenue par la reprise du marché du logement, la renaissance du schiste et un consommateur financièrement plus solide - les bénéfices des entreprises se redressaient eux aussi. Sept ans après le début de la reprise, l'économie continue de croître à un rythme soutenu mais régulier, sans exubérance qui pourrait faire dérailler sa trajectoire. Les bénéfices des entreprises sont maintenant alimentés non seulement par un contexte national sain, mais aussi par une reprise mondiale synchronisée alimentant la demande de biens américains à l'échelle internationale. Avec environ 35% des bénéfices américains provenant des activités à l'étranger, le consensus estime donc que les bénéfices américains augmenteront de plus de 10% en 2017 et 2018.

 

Les tats-Unis sont souvent considérés comme l'une des économies les plus dynamiques et les plus novatrices au monde. Il est donc surprenant que les tats-Unis aient l'un des taux d'imposition des sociétés les plus élevés au monde, à 35%. Cela est dû en partie à la nature de plus en plus partisane de la politique américaine au cours des dernières décennies, qui a rendu difficile la réduction des impôts des sociétés par le Congrès à un moment où les autres membres de l'OCDE réduisaient leurs taux. L'administration Trump pourrait être en mesure d'établir un consensus pour améliorer la compétitivité de l'impôt des sociétés américain en réduisant les taux. Nous mettrions les chances à plus de 50% que le Congrès réussira à passer les réformes fiscales portant les taux d'imposition des sociétés à 20%. Dans ce cas, bon nombre des entreprises les plus axées sur le marché intérieur - et qui se sont le mieux comportées immédiatement après l'élection - pourraient revenir en tête du marché. Cela inclut les banques axées sur le marché intérieur, les valeurs industrielles et du secteur secondaire et les petites entreprises qui ont tendance à payer des taux d'imposition plus élevés. Nous nous attendons également à ce que des mesures de rapatriement d'argent soient prises pour les taxes «prises au piège» à l'étranger. Taxer l'argent à l'étranger à 12%, comme l'a proposé le Congrès la semaine dernière, pourrait ramener des milliards aux tats-Unis. Quoi qu'il en soit, nous soulignons que les fondamentaux pour les actions américaines demeurent robustes avec ou sans ces réformes, car nous avons vu une forte croissance des bénéfices des sociétés en 2017 qui devrait se poursuivre l'année prochaine, alors que la croissance mondiale reprend. tant donné que le processus politique est difficile à prévoir et que 2016 nous a rappelé qu'il peut nous apporter des surprises, nous croyons qu'une approche sélective et équilibrée de la construction de portefeuille sera la clé pour que les investisseurs puissent naviguer les conditions de marché à venir.

Enfin, avec un consensus pour le ratio cours/bénéfice de 17x les bénéfices pour les 12 prochains mois, les valorisations semblent être à leur juste prix par rapport à l'historique à long terme et à la forte croissance attendue. Quand on regarde d'autres classes d'actifs telles que les obligations du Trésor, dont les prix ont été faussés par les politiques monétaires, le marché des actions semble peu coûteux.

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

EUROPE : VERS UN RÉGIME SANS GRÈCE?

A l’heure où nous écrivons ces lignes il est difficile de se prononcer sur le dénouement de l’imbroglio grec. Ce feuilleton tragi comique, qui n’a...

08/07/2015 - Publié par AMPLÉGEST

Actions / Analystes et économistes

QUELLE STRATÉGIE APRÈS LE NON AU RÉFÉR...

Plus de 60% des grecs ont voté contre les propositions des créanciers offrant ainsi un plébiscite à Alexis Tsipras. Fort de cette victoire...

07/07/2015 - Publié par WISEAM

Actions / Analystes et économistes