Mensuel d'Ecofi Investissements - juillet 2018

L'escalade des tensions commerciales a continué de dominer l'actualité. L'activité économique, déjà perturbée par la flambée du pétrole, pourrait en pâtir, à en juger par l'évolution des indicateurs avancés. Cependant, après un ralentissement de la croissance en début d'année, un rebond pourrait prendre place, stimulé notamment par la reconstitution des stocks et un regain de la demande interne.

La section 232 de la Loi sur le commerce permet au Président des Etats-Unis, en invoquant la «sécurité nationale», d'imposer, à sa guise et sans entrave, des mesures douanières. Depuis l'instauration de cette Loi en 1962, en dépit de 16 investigations conduites par le ministère du Commerce, aucun président américain ne l'avait invoqué ! C'est dire la portée symbolique et historique de la décision de Donald Trump d'imposer des tarifs douaniers de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium.

En agissant comme un joueur de poker, le Président Trump ne s'attendait sans doute pas à une réponse immédiate et réciproque de ses partenaires. Ces derniers ont adopté des mesures de rétorsion qui chercheront avant tout à influencer le résultat des élections de mi-mandat.

Ainsi, récipiendaire de 2/3 des exportations américaines de soja, la Chine a choisi de cibler cette denrée agricole, produite principalement dans des Etats républicains.

Quant à l'Union européenne, elle a cherché également à influencer le vote dans les tats qui ont été décisifs au succès de Donald Trump : en Floride en taxant le jus d'orange, dans les nombreux Etats de la «corn belt» en taxant le maïs ou ceux de la «rust belt» en taxant la chimie.

Cela commence à produire des effets. Ainsi, Harley Davidson a choisi de délocaliser une partie de sa production. D'autres actions de ce type sont appelées à se répéter en espérant qu'elles ramèneront le Président Trump à davantage de pragmatisme.

Le récent plongeon des indices boursiers pourrait aussi être un moyen de pression.

Personne ne devrait sortir gagnant de ce chocs de titans. Ainsi, en cas de mise en place de nouvelles mesures entre la Chine et les Etats-Unis pour 200 milliards de dollars, cela pourrait coûter jusqu'à 0,2% de croissance à l'économie mondiale. D'où des indicateurs avancés qui poursuivent leur baisse et des entreprises comme Daimler qui commencent à avertir sur leurs résultats.

Une étude de la Peterson Institute for International Economics a récemment montré qu'une hausse réciproque de 20% des taxes sur les importations d'automobiles pourrait mettre au chômage 624 000 travailleurs américains. Ce chiffre pourrait être plus important si les autorités chinoises se décidaient à déprécier plus franchement le yuan.

Par Karamo KABA, Directeur de la recherche économique

 

Pour lire l'intégralité du mensuel, cliquez ICI

 

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
ECOFI ENJEUX FUTURS ECOFI INVESTISSEMENTS Olivier PLAISANT Actions Monde 149.31 M€ -1.27 % 1.34 %