LA VIE DES MARCHÉS

Par Igor de Maack, Gérant - DNCA Finance - Point hebdomadaire sur les marchés - N°23/2017

09/06/2017 - Publié par DNCA FINANCE dans Marché Actions

LA VIE DES MARCHÉS

L'annonce par Donald Trump de la sortie des Etats-Unis de l'accord de Paris et la pénurie momentanée d'essence en Ile de France à la suite d'un mouvement de grève constituent deux bonnes raisons de se poser des questions légitimes sur un secteur crucial pour l'économie et pour la bourse : le pétrole et plus globalement l'énergie. La réaction à la décision américaine a entraîné le prix du baril à la baisse (<47$) mettant à risque le scénario consensuel d'une remontée progressive du baril vers 60$. Un débat à multiples questions commence à agiter la communauté financière sur l'impact de prix durablement bas de l'or noir sur la rentabilité des capitaux employés de ce secteur.

Le comportement agressif des producteurs de shale gas et shale oil, dont les profits représentent une part grandissante dans la  profitabilité des entreprises américaines, peut-il durablement affecté les prix forward du baril ? L'OPEP et la Russie peuvent-ils décider et respecter collectivement de nouveaux accords de réduction de leur production respective ? Quel sera le coût et la part de marché des nouvelles solutions d'énergies renouvelables ? Le gaz (notamment le GNL) peut-il retarder le pic de la demande du pétrole (estimée aujourd'hui vers les années 2030) et assurer la poursuite de la création de valeur par ce secteur ? L'efficacité énergétique et l'essor du véhicule électrique (estimation de 10% du parc automobile sur les prochaines décennies) signifient-elles la fin programmée des hydrocarbures classiques ? Tesla va-t-elle réussir son pari de parvenir au rythme de production de 500 000 véhicules par an ? Il serait trop prétentieux de répondre à toutes ces problématiques en quelques lignes. D'ailleurs, il n'y a probablement pas qu'une réponse mais plusieurs hypothèses à formuler. La valorisation du secteur (PE 2018 de 13,3x et rendement net 2017 de 5,4% en Europe), qui attire inévitablement l'œil des investisseurs value, tient déjà compte en partie de ces risques mais avec quelle ampleur ?  Les majors pétroliers ont longtemps été habitués à surdépenser sur des cycles longs dans des projets aux rentabilités aléatoires car pénalisées par des variations volatiles du prix de leur commodity sur des cycles courts. Il va leur falloir repenser l'éventail de leurs activités (diversification dans d'autres formes d'énergie, intégration verticale, politique de croissance externe...).

Des efforts de productivité conséquents ont déjà été réalisés et une certaine forme de sagesse concernant des investissements dans des projets trop complexes doit être saluée. Somme toute, les majors pétroliers, industrie dominante du capitalisme moderne depuis plus d'un siècle tant par sa taille que par sa capitalisation boursière, vont devoir repenser leur allocation de capital tout comme l'épargnant qui doit aujourd'hui réorienter une partie de son épargne vers de nouvelles solutions plus réactives et plus performantes que le simple placement obligataire de rentier.

 

Pour lire le document dans son intégralité, cliquez ICI



Texte achevé de rédiger le 2 juin 2017 

 

Avertissement 

Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié, produit à titre purement indicatif. Les opinions sur les marchés communiquées correspondent aux analyses des gérants de DNCA Finance. DNCA Finance ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base de ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion. DNCA Finance - 19, place Vendôme - 75001 Paris - Tél.: +33 (0)1 58 62 55 00 - email: dnca@dnca-investments.com - www.dnca-investments.com. Société de gestion agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro GP 00-030 en date du 18 août 2000 DNCA Investments, une marque commerciale de DNCA Finance.

Articles similaires

FINANCIÈRE DE L'ECHIQUIER : QUE PENSER DE...

Que penser de la baisse des marchés actions européens depuis le 19 septembre 2014 ? Cette consolidation s’explique par une conjonction de facteurs...

13/10/2014 - Publié par FINANCIÈRE DE L'ECHIQUIER

Actions / Commentaires de marché

LES MARCHÉS SONT-ILS VRAIMENT IRRATIONNELS ?

Nous verrons à la fin de l’année 2016 qui aura raison entre ceux qui assimilent la crise actuelle à celle de 2008 et ceux qui plaident pour...

15/02/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Actions / Commentaires de marché