La France s'achète du temps, les marchés sont rassurés...

24/04/2017 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT dans Marché Autre

La France s'achète du temps, les marchés sont rassurés...

Du point de vue des marchés financiers , la France semble avoir évité le pire... Non que le moindre de ce problème ne soit résolu mais elle vient de s'acheter quelques années supplémentaires dans le sillage de l'Allemagne et le bénéfice des taux quasi nuls. Et si le second tour reste à faire, il est extrêmement peu probable de voir un gouvernement eurosceptique et populiste en France aujourd’hui, ce qui n’était clairement pas le cas vendredi.
Si le scénario long terme ne change pas et que la France reste pour le moment au point mort sur l’ensemble des réformes qui lui permettraient de s’extirper lentement de son cycle d’enlisement budgétaire et économique, le scenario court terme est lui revigoré et nous devrions observer dans les jours à venir des resserrements de spreads et de taux sur plusieurs classes d’actifs :

- En premier lieu, l’OAT française, qui avait vu son spread avec l’Allemagne pointer à des plus hauts historiques avec 75 points de base de différentiel sur le 10 ans, devrait se  resserrer face à l’ensemble des pays européens. Aujourd’hui déjà, on peut observer un resserrement de 25 bps, qui devrait se poursuivre dans les semaines à venir pour que l’écart France/Allemagne retrouve un spread de 20 à 40bps.

- En second lieu les périphériques, qui, par contagion, voyaient également leur spread face à l’Allemagne s’écarter depuis quelques semaines. Un gouvernement eurosceptique dans l’un des deux piliers de l’UE et de l’Eurozone aurait en effet entraîné une incertitude majeure pour la pérennité de la Zone…

- En troisième lieu les signatures bancaires, en particulier subordonnées ; non que le passé du probable président français nous pousse à des scenarios spécifiques ou des suppositions douteuses, mais simplement que le lien des banques avec l’Etat et la situation économique et financière du pays les rendaient très vulnérables, et leurs créanciers d’autant plus, à un gouvernement eurosceptique et/ou peu enclin à l’économie de marché.

- Concernant les corporates, l’effet devrait être plus modéré, la plupart des corporates européens, diversifiés en terme géographique, ayant une corrélation plus forte avec le Bund qu’avec l’OAT, devenue plus une dérivée qu’une référence, au gré de la perte d’influence économique et financière de la France au sein de la Zone Euro et a fortiori de l’UE… Seuls quelques corporates très liés à la France par un soutien quelconque ou par une absence de diversification totale, et qui avaient donc sous-performé dans les semaines passées, pourront voir cette semaine leurs spreads se resserrer fortement. Nous noterons notamment Areva dont l’avenir et la restructuration auraient pu être fortement compromis par l’arrivée de tel ou tel parti politique… Dans une moindre mesure, nous noterons les entreprises comme la Poste, EDF, Orange, les constructeurs automobiles, l’immobilier, dont le lien avec l’Etat ou avec sa politique sont relativement forts.

Plus généralement l’atonie des semaines passées, la neutralisation des portefeuilles de bon nombre de gérants et les flux massifs vers les fonds de trésorerie, pourraient laisser la place à quelques semaines plus fastes avant l’été avec une reprise du marché primaire sur les subordonnées bancaires, des phases d’investissements plus marquées de la part des investisseurs institutionnels dans l’attente de plus de visibilité depuis plusieurs mois, un regain d’intérêt sur les actifs risqués malgré leur niveau de rendement déjà extrêmement bas…

De notre point de vue, si cette non catastrophe électorale pour les taux français n’est pas forcément un catalyseur suffisant pour se repositionner massivement sur les actifs les plus risqués, elle pourra permettre au moins de rémunérer son épargne plus sereinement en investissant sur les traditionnels actifs du CSPP, quelques bancaires subordonnées Tier 2 de maturité 5 à 10 ans et une légère proportion de haut rendement que le marché primaire devrait permettre d’acquérir au fil de l’eau. Nous resterons cependant extrêmement vigilants car l’élection française n’était qu’un des nombreux écueils possibles de cette année financière  et de nombreux dangers et incertitudes restent en suspens : politique économique américaine, géopolitique, orientation économique de la Chine, Brexit sont quelques exemples sur lesquels nous devrons garder un œil avisé car ils pourraient avoir un impact bien supérieur sur les portefeuilles que notre élection régionale…

Matthieu Bailly, Octo Asset Management

 

Ce document est diffusé à titre d'information uniquement et ne constitue ni une proposition d'investissement, ni une autre forme de conseil aux investisseurs. Les opinions exprimées dans ce document représentent le sentiment de l’auteur au jour de son édition. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les informations et opinions d’Octo AM peuvent être modifiées sans préavis de notre part. Ce document est basé sur des informations considérées comme fiables par Octo AM. Néanmoins, Octo AM ne peut s'engager sur l'exactitude ou l'exhaustivité de ces informations.

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
OCTO CREDIT CONVICTIONS OCTO ASSET MANAGEMENT Matthieu BAILLY Obligations Mixtes Moyen Terme 28.51 M€ 2.19 % 2.77 %
OCTO TRESO - CREDIT OCTO ASSET MANAGEMENT Matthieu BAILLY Monétaires Euros 121.89 M€ -0.04 % -0.03 %
OCTO CREDIT COURT TERME OCTO ASSET MANAGEMENT Matthieu BAILLY Obligations Mixtes Court Terme 13.87 M€ 0.71 % 0.91 %

Articles similaires

RATINGS ET CDS... DES OUTILS VRAIMENT PLUS...

Tandis que l’échéance approche, de plus en plus d’acteurs souhaitent se positionner pour profiter d’une accélération du QE en Europe, et on a vu,...

30/11/2015 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Autre / Analystes et économistes

ENTHECA FINANCE : AU TOUR DE LA BANQUE CEN...

Point sur les marchés financiers : Après la FED et la BCE, la Banque d’Angleterre a adopté à son tour un discours moins accommodant sur sa politique...

19/09/2017 - Publié par ENTHECA FINANCE

Autre / Analystes et économistes