L'exubérance rationnelle ? Les esprits animaux, Robert Shiller et Donald Trump

Par Stuart Canning, M&G Investment Management Ltd, le 27.01.2017

30/01/2017 - Publié par M&G INVESTMENT MANAGEMENT LTD. dans Marché Actions

L'exubérance rationnelle ? Les esprits animaux, Robert Shiller et Donald Trump

Nos clients nous demandent souvent si rechercher des « épisodes » en quête d’opportunités d’investissement peut être dangereux. Après tout, si les investisseurs paniquent, ce mouvement peut-il devenir autoréalisateur ?

En effet, cela peut l’être. Et, à l’occasion d’un discours il y a deux semaines, Robert Shiller en a énoncé quelques raisons. Robert Shiller a pris la parole à l’American Economic Association afin d’aborder le sujet de « l’économie narrative » (« Narrative Economics »). Il a expliqué que la façon dont les histoires que nous nous racontons à nous-mêmes et dont elles se répandent a des conséquences importantes sur ce qui se produit dans l’économie réelle. En particulier, il a mis l’accent sur le rôle des histoires dans la création de conditions propices à une récession.

 

 

 

En prenant comme cas concrets la récession de 1920, la Grande dépression des années 30 et la crise financière de 2008, Robert Shiller a examiné comment les particuliers et les entreprises en sont venus à décider de moins dépenser, ce qui après tout est la caractéristique clé d’une récession.

Il a attiré l’attention sur les histoires favorisant le pessimisme et la formation des anticipations de telles façons que les modèles économiques ne peuvent tout simplement pas appréhender.

Mais, les histoires ne sont pas uniquement importantes dans le cas des récessions ; Robert Shiller a lui-même beaucoup écrit sur les bulles immobilière et des actions de la fin des années 90. De manière similaire, on peut également prendre l’exemple de l’hyperinflation et des retraits massifs de dépôts, deux forces économiques puissantes qui sont guidées par la façon dont les hommes et les femmes ordinaires perçoivent l’avenir. Si l’on devait observer les gens faire la queue dans le but de vider leurs comptes de dépôt ou d’autres dévaliser les rayons des magasins, cela pourrait avoir un bien plus fort impact que n’importe quelles statistiques économiques.

 

Les histoires sont-elles plus importantes que jamais ?

Aujourd’hui, alors que Donald Trump est investi dans ses fonctions de Président des États-Unis, une bien plus grande attention est portée aux discours. Robert Shiller décrit Donald Trump comme le « maître des discours » et, tout comme les électeurs partisans du « Brexit », les électeurs ayant voté pour Trump ont souvent été décrits comme ayant été ralliés à sa cause grâce à des « propos populistes ». Les talents d’orateur n’ont jamais été aussi importants et nous avons précédemment expliqué la polarisation qui est susceptible d’en découler.

La capacité ou non de Trump à dominer ses propos sera une chose extrêmement intéressante pour les économistes. Les initiatives des banques centrales ont sans doute pour vocation de stimuler les esprits animaux : des taux plus bas sont censés nous inciter à prêter pour des activités productives, soutenir les banques consiste à restaurer la « confiance » et la politique de « forward guidance » a pour objet le guidage des anticipations.

Etrangement, et peut-être par pure coïncidence, certains signes attestent d’une certaine résurgence des esprits animaux, alors même que Donald Trump arrive au pouvoir.  Après être tombée au plus bas, la confiance des entreprises s’améliorait déjà dans de nombreuses régions du monde.

 

 

La confiance des ménages accuse quant à elle un certain retard et témoigne d’une moindre amélioration jusqu’à présent, tandis que les récents niveaux record des actions américaines ont fait la une.

 

 

Plus récemment, la question posée par nos clients est la suivante : « les investisseurs sont-ils trop optimistes à l’égard de Donald Trump ? » Comme nous l’avons fait observer, l’évolution récente des cours des actions ne peut être entièrement expliquée par Donald Trump. De plus, les impacts de l’optimisme sur l’économie réelle sont extrêmement complexes. Beaucoup ont affirmé que Trump ne pourrait pas tenir nombre de ses promesses en raison des contraintes sur le budget. C’est vrai, mais sous l’angle de « toutes choses égales par ailleurs ». Si Trump parvenait réellement à être à l’origine d’une amélioration des esprits animaux, la croissance lui offrirait alors une bien plus grande marge de manœuvre.

Les liens étroits entre les fondamentaux économiques et les schémas de pensée sont extrêmement complexes, ce qui ne fait que corroborer un peu plus la raison pour laquelle prévoir les fondamentaux économiques est quasiment impossible (une idée qui est étroitement reliée à la théorie de la réflexivité de George Soros). Les investisseurs doivent accepter la complexité que des récits peuvent créer, tout en évitant de succomber aux charmes des propos rassurants qui conduisent souvent à prendre de mauvaises décisions d’investissement.

 

Blog Allocation en français © 2017. Tous droits réservés.

Reservé aux professionnels de l’investissement. Le contenu de ce site Internet est exclusivement réservé aux professionnels de l'investissement et doit être partagé de façon appropriée. Sa distribution est interdite à toute autre personne ou entité, qui ne devrait pas s’appuyer sur les informations qu’il contient. Cette page reflète les commentaires de l'équipe Gestion Diversifiée de M&G. Les informations communiquées sur ce blog ne sauraient en aucun cas constituer des conseils ou des recommandations d'investissement.

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

LE BON OU LE MAUVAIS CÔTÉ DES CHOSES

11 août 2015 : le jour où la Grèce et ses créanciers parvenaient enfin à sceller un accord dont on espérait qu’il permette aux marchés de...

02/09/2015 - Publié par LGA INVESTISSEMENT ASSOCIE

Actions / Analystes et économistes

EUROPE : VERS UN RÉGIME SANS GRÈCE?

A l’heure où nous écrivons ces lignes il est difficile de se prononcer sur le dénouement de l’imbroglio grec. Ce feuilleton tragi comique, qui n’a...

08/07/2015 - Publié par AMPLÉGEST

Actions / Analystes et économistes