L'euro à un plus haut niveau de deux ans

Par Karamo KABA, Directeur des études économiques - 24 juillet 2017

26/07/2017 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS dans Marché Actions

L'euro à un plus haut niveau de deux ans

En attente de la réunion de la Réserve Fédérale (Fed) et de la publication des comptes nationaux du deuxième trimestre aux Etats-Unis, les grands indices américains ont terminé la semaine dernière sur une note mitigée (Dow Jones : -0,2% ; S&P 500 : +0,5%). L’environnement n’était pas très propice à la prise de risque, les investisseurs étant tiraillés entre les derniers développements politiques aux Etats-Unis (difficulté des sénateurs républicains à réformer l’Obamacare ; démission du porte-parole de la Maison-Blanche et auditions devant les élus de plusieurs proches du premier cercle du Président Trump) et des statistiques économiques sans tendance claire. Les mises en chantiers ont ainsi bondi (+8,3% sur un mois) pendant que l’indice « Empire State Manufacturing » dans l’industrie plongeait de 10 points (à 9,8 en juillet).

L’euphorie qui avait pris place après l’élection de Donald Trump semble se dissiper. Les acteurs économiques semblent désormais douter des capacités du Président Trump à tenir ses promesses de campagne. Cela ne devrait cependant pas empêcher un rebond du PIB dès le deuxième trimestre, comme l’a montré le dixième mois consécutif de gain de l’indicateur avancé du Conference Board. Le PIB devrait ainsi progresser de 2,5% en rythme annualisé au deuxième trimestre, très en deçà des 4% anticipés par le modèle GDPNOW de la Fed d’Atlanta il y a encore 2 mois. Cette relative déception américaine contraste avec les surprises de la croissance observées en Chine (+7,0% en rythme trimestriel annualisé au deuxième trimestre contre 5,3% le trimestre précédent) et en zone Euro.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, a ainsi réaffirmé sa confiance de voir l’activité économique de la zone continuer de progresser au-dessus de son potentiel de croissance. Même si l’institution monétaire européenne n’a pas exclu qu’elle n’hésiterait pas à augmenter sa stimulation monétaire en cas de ralentissement économique, il semble que l’on se dirige vers un changement de cap d’ici la fin de l’automne au niveau de la politique monétaire de la BCE. D’où la nouvelle semaine d’appréciation de l’euro (+1,7%) qui accentue encore sa progression contre le dollar (+6,3% en 2017). Le dollar a poursuivi sa baisse tout azimut et son taux de change effectif est désormais en recul de 3,3% depuis l’élection de Donald Trump. Le billet vert est pénalisé par le risque que la faiblesse de l’inflation, une nouvelle fois entrevue dans la contraction des prix à l’importation, décale le chronogramme de la Fed.

Dans ces conditions, les rendements des taux longs sont à nouveau repartis à la baisse aux Etats-Unis. Le taux à 10 ans américain a ainsi cédé 9 centimes (à 2,232%). Même tendance en zone Euro où les écarts de taux par rapport à l’Allemagne se sont considérablement détendus, notamment entre la France et l’Allemagne (24 centimes contre près de 79 centimes le 21 février 2017). La meilleure performance est revenue à la Grèce (-257 points de base, à 5,26% pour le taux à 10 ans) suite au feu vert donné par le Fonds monétaire international (FMI) au plan d’aide de 1,6 milliards d’euros. Avant cela, le pays avait vainement tenté un retour sur les marchés obligataires avant d’y renoncer au dernier moment pour des raisons techniques.

Outre le PIB du deuxième trimestre aux Etats-Unis, les investisseurs seront particulièrement attentifs cette semaine à la réunion des membres de l’Opep et de la Russie à Saint-Pétersbourg. De nouvelles initiatives du Cartel ne sont pas à exclure pour mettre fin au plongeon des cours du pétrole (-1,8% sur la semaine).

 

Rendez-vous lundi prochain…

 

Source : Ecofi Investissements, au 21 juillet 2017.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée.

Articles similaires

UNE NOUVELLE MONNAIE PARALLÈLE GRECQUE, U...

Les divergences de vues économiques et politiques semblent trop fortes entre le FMI, la Commission Européenne, la BCE, et le nouveau gouvernement...

08/07/2015 - Publié par OAKS FIELD PARTNERS (OFP)

Actions / Analystes et économistes

DU POTENTIEL SUR LE MARCHÉ DES TAUX PÉRI...

Février confirme une amorce absolument exceptionnelle des performances financières 2015... et on peine aujourd’hui à imaginer la persistance d’un...

11/03/2015 - Publié par LA FRANCAISE ASSET MANAGEMENT

Actions / Analystes et économistes