Point hebdo du 30 juillet 2018 - Sanso Investment Solutions

Une semaine qui clôture en nette hausse, les bonnes nouvelles concernant les tensions commerciales américano-européennes et les chiffres macroéconomique positifs portant l'ensemble des indices mondiaux.

L'Eurostoxx 50 dividendes réinvestis progresse sur la semaine de 1,97 %, le CAC 40 monte lui de 2,10 %. Le S&P 500 progresse de 0,61 %, le Topix performe de 1,77 % tandis que le MSCI Monde dividendes réinvestis exprimé en euro clôture la semaine à +1,28 %.

Le meeting entre le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et Donald Trump fut l'évènement le plus surveillé de la semaine. la surprise générale, un accord est finalement trouvé, et les relations tendraient vers un « zéro tarif douanier » sur les échanges industriels (hors automobile). Une zone de libre-échange qui inquiète du côté chinois, Xi Jinping mettant en garde son homologue américain, et soulignant que personne ne sort vainqueur d'une guerre commerciale.

En ce qui concerne la banque centrale européenne, Mario Draghi ne surprend pas et réaffirme son engagement à maintenir des taux bas pendant encore au moins une année. Une décision cohérente compte tenu de la conjoncture économique européenne qui démontre une légère faiblesse, selon les derniers chiffres macroéconomique.

A contrario, le chiffre de la croissance du PIB américain ressort nettement positif ce vendredi, à 4.1 %. Bien que le consensus des économistes fût estimé à 4.2 %, le marché juge tout de même que c'est une bonne nouvelle, la croissance passant la barre des 4 % pour la première fois en quatre ans.
De nombreuses publications d'entreprises sont venus alimenter l'intérêt des investisseurs, et bien que certains noms se démarquent positivement (Peugeot, Carrefour, ), des annonces en provenance des réseaux sociaux Facebook et Twitter leur font perdre respectivement 20 % de capitalisation.

Facebook se fait finalement rattrapé par le scande de Cambridge Analytica, et annonce que la mise en place de nouvelles mesures de sécurité impactera sa marge opérationnelle à hauteur de 35 %. Cette nouvelle information, associée à une diminution de l'attrait du réseau social impactant les revenus publicitaires, conduit le titre à perdre près de 120 milliards de capitalisations.

Twitter subit aussi la baisse de régime des réseaux sociaux, les bons résultats de l'entreprise ne suffisant pas à rassurer les investisseurs qui n'ont d'yeux que pour la baisse d'un million d'utilisateurs aux Etats-Unis. L'action perd 21 % le jour de l'annonce.

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,1656 $/€, en baisse de 0,5 % sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à environ 68 $ et le Brent ressort à 74 $. L'once d'or s'échange autour des 1.222 dollars.

Coté environnement maintenant : Novethic publie une étude sur le plastique, et cite les 5 principaux objets de notre quotidien que l'on retrouve le plus dans nos océans. noter que depuis 1950, ce ne sont pas moins de 6 milliards de tonnes de déchets plastique qui ont été accumulés par l'humanité. Sur ces 6 milliards, 21% ont été recyclés ou incinérés, mais 79 % se sont retrouvé dans la nature ou les océans.

Les plus récurrents sont :
Les pailles, (9 millions sont jetées en France chaque jour rien que dans la restauration rapide)
Les cotons-tiges, (une interdiction sur la commercialisation des cotons-tiges dont le bâtonnet est en plastique a été votée dans le cadre de la loi sur la biodiversité, et sera applicable d'ici 2020)
Les bouteilles d'eau, (7 milliards sont vendues chaque année en France)
Le film étirable/conservation (ces plastiques une fois dans les océans sont confondus avec les méduses, et sont de ce fait ingérés par certains animaux comme les tortues)
Les brosses à dents, (plus de 5 milliards se retrouvent dans les décharges chaque année, et bon nombre d'entre-elles finissent dans les océans)

Vague de chaleur En chiffre : 30 °C dans le cercle polaire, 37 °C à Paris et en Sibérie, 41 °C au Japon, 52 °C dans la vallée de la mort en Californie

Selon les experts du WorldWide Weather Attribution, la probabilité de vivre des étés comme celui que nous connaissons est deux fois plus forte en raison du réchauffement climatique, et ce qui n'était auparavant qu'un évènement exceptionnel, deviendra la nouvelle norme. Selon une étude choc réalisée par des chercheurs de l'université d'Hawaï, un individu sur trois à travers la planète risquerai actuellement de « mourir de chaud » suite à un état d'hyperthermie.

 

Avertissement : 

Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.

Le présent document est diffusé à titre d'information uniquement et il ne constitue ni une proposition d'investissement, ni une autre forme de conseil aux investisseurs. Les commentaires et analyses reflètent l'opinion de Sanso IS sur les marchés et leur évolution selon les informations connues au jour de l'édition du document. Néanmoins, Sanso IS ne peut s'engager sur l'exactitude ou l'exhaustivité de ces informations. Les informations et opinions de Sanso IS peuvent être modifiées sans préavis de notre part.

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.