Karamo KABA, Directeur des études économiques - 5 mars 2018

Le père Queuille avait l'habitude de dire que « les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent ». Henri Queuille n'était pas Italien mais sa célèbre citation s'applique très bien au cas de la Péninsule. En effet, la campagne électorale a été marquée par un grand désintérêt des électeurs et une inflation de promesses toutes plus démagogiques les unes que les autres. Ainsi, selon les calculs de l'Osservatorio CPI de l'université Cattolica del Sacro Cuore, la facture des promesses des formations politiques favorites pour gouverner le pays est particulièrement salée : 38,6 milliards d'euros pour le Parti Démocrate, 103,4 milliards d'euros pour le Mouvement 5 étoiles et 136,2 milliards d'euros pour la coalition Forza Italia et la Ligue. Quelle que soit la coalition qui arrivera en tête, les responsables italiens qui seront aux affaires vont très vite être confrontés à la force de rappel de la dette. A 134,1% du PIB au troisième trimestre 2017 selon l'agence européenne de statistiques Eurostat, la dette publique italienne est la plus élevée du monde occidental après le Japon (250,4% du PIB) et la Grèce (177,4% du PIB).

Dans ces conditions, les électeurs italiens pourront crier « Forza Italia » comme ils l'auraient fait pour la Coupe du monde de football que ne jouera pas l'Italie... Une question demeure : comment financer de tels montants dans un pays qui, malgré le retour de la croissance depuis mi-2014, a le même PIB par habitant qu'en 2000 ? Cela n'a pas eu l'air d'inquiéter les investisseurs puisque - sur la semaine - le rendement du taux à 10 ans italien a réalisé la meilleure performance avec un recul de 19 points de base, à 1,97%, contre une stabilité en Allemagne (à 0,64% pour le 10 ans) et un recul d'un point de base en France (à 0,92% pour le 10 ans). Cette surperformance italienne traduit le fait que les investisseurs ont intégré le fait que ces plans ne seront pas mis en uvre et surtout que la Banque centrale européenne (BCE) n'hésitera pas à intervenir en cas de tensions sur la dette italienne.

En attendant l'issue de cette affaire italienne, les taux ont évolué dans un contexte baissier après les déclarations de l'Administration Trump d'alourdir les droits de douane de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium au nom de la sécurité nationale et de la sauvegarde de l'emploi américains. Cette décision est tout sauf une surprise si nous avons à l'esprit que le déficit commercial américain s'est établi en 2017 à 566 milliards de dollars, au plus bas depuis avril 2009. Sur la même période, même si la balance commerciale chinoise est ressortie à son plus bas niveau de trois ans (à 435 milliards de dollars), l'excédent commercial envers les tats-Unis n'a cessé de progresser pour établir un nouveau record historique de 278 milliards de dollars. Il était prévisible que Donald Trump, chantre du protectionnisme, prenne des mesures pour tenter d'enrayer ce triste record. Il est tout aussi probable que les autres pays visés par l'escalade de mesures protectionnistes américaines, prennent des mesures de rétorsion. Une perspective qui, au final, ne serait bonne pour personne, à commencer par le consommateur américain. Une baisse de l'activité mondiale commence à être envisagée, ce qui a nui aux matières premières, d'où le plongeon du pétrole (-4,6% sur la semaine) et un recul des devises liées aux matières premières.

L'inquiétude se ressent à travers la hausse de la volatilité des marchés. L'indice VIX a progressé de 3 points, à 19,6% sur le S&P 500, tout comme l'indice VCAC sur le CAC 40 (+4 points, à 20,5%), ce qui n'incite pas à la prise de risques des deux côtés de l'Atlantique. Ainsi, sur la semaine, les indices actions ont subi de forts dégagements à l'échelle de la planète, sans discernement, à l'image du DAX (-4,57%), du S&P 500 (-2,04%) ou de l'EuroStoxx 50 (-3,39%). En attente des résultats de la consultation électorale italienne, les valeurs italiennes ont cédé 3,35%.

 

Rendez-vous lundi prochain

 

Source : Ecofi Investissements, au 2 mars 2018.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d'information, des opinions et des données chiffrées qu'Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d'information uniquement et ne constitue pas une recommandation d'investissement personnalisée.