Point hebdo du 23 juillet 2018 - Sanso Investment Solutions

Cette semaine ressort relativement neutre en terme de performances, bien que les actualités géopolitiques ne manquent pas, et que la saison des bénéfices bat son plein.

L'Eurostoxx 50 dividendes réinvestis progresse sur la semaine de 0,16 %, le CAC 40 perd lui 0,57 %. Le S&P 500 progresse lui de 0,03 %, le Topix performe de 0,86 % tandis que le MSCI Monde dividendes réinvestis exprimé en euro clôture la semaine à -0,12 %.

D'ordinaire, le président américain en fonction n'émet pas de commentaires sur la politique monétaire de la réserve fédérale américaine. C'est mal connaître Donald Trump de croire qu'il respecterait cette tradition Il sermonne vendredi Jerome Powell, et se dit ne pas être emballé par la remontée des taux d'intérêt, jugeant que cela va à l'encontre de sa croisade commerciale.

Une croisade qui se confirme bel et bien, le président américain annonçant le même jour sur CNBC être prêt à aller jusqu'aux « 500 milliards ». Cette somme faisant référence à la totalité des 505 milliards d'importations de marchandises chinoises sur le sol américain en 2017.

Après les instaurations de nouvelles taxes douanières il y a deux semaines, cette nouvelle escalade pourrait être difficilement supportable par Pékin, le montant total des importations américaines sur le sol chinois étant bien inférieur à celui de son homologue américain. Mais la chine n'est pourtant pas totalement dénuée de pouvoir de négociation, et ce bras de fer est loin d'être terminé.

Donald Trump attaque également la Commission Européenne suite à la décision d'une amende record de 4.34 milliards d'euros envers Alphabet, maison-mère de Google. Cette décision s'applique dans le cadre d'une accusation d'abus de position dominante de la part du système d'exploitation mobile Android'. quelques jours de la visite à la maison blanche du président de la commission européenne, Jean-Clause Juncker, les déclarations du président américain sèment le doute sur le bon déroulement de ce sommet et les négociations qui devraient en découler, notamment sur le secteur de l'automobile.

L'Europe tente tout de même de répondre à ces attaques incessantes, un accord de libre-échange majeur venant d'être signé avec le Japon. Cette nouvelle alliance déboucherait sur la création d'une zone de libre-échange concernant plus de 600 millions de personnes. L'accord supprimera 1 Milliard d'euros de droits douaniers sur les exportations européennes en direction du Japon, éliminera des obstructions réglementaires sur les automobiles et ouvrira le marché japonais aux exportations agricoles européennes.

Cet accord prône également la coopération entre l'Europe et le Japon sur le domaine du développement durable, renforçant leurs engagements respectifs en faveur de l'accord de Paris sur le climat.

Sur une note environnementale et sociale maintenant : selon plusieurs études récemment menées par l'Université d'Harvard, un régime alimentaire saint peut réduire jusqu'à 80 % le risque d'être affecté par une maladie cardio-vasculaire.

Autre parution récente et lourde de sens : un rapport réalisé par l'Institut des politiques agricoles et commercial (« IATP ») et l'ONG « Grain » évalue que les cinq plus grands producteurs de viande et de produits laitiers mondiaux (Fonterra, Dairy Farmers of America, Cargill, Tyson Foods et JBS) émettent ensemble plus de gaz à effet de serre que les grands groupes pétroliers tels qu'Exxon, Shell ou BP. Et la courbe ne serait pas prête de s'inverser, la plupart de ces compagnies n'ayant pas d'objectifs concrets quant à la réduction de ces émissions.

« Si l'industrie de la viande et des produits laitiers continue d'augmenter au rythme actuel, le secteur pourrait absorber d'ici 32 ans plus de 80% du budget annuel d'émission de gaz à effet de serre » expliquent les auteurs de l'étude.

Les 20 premiers producteurs de viande émettent aujourd'hui autant de « GES » qu'un pays comme l'Allemagne.

Seul Danone ressort comme bon élève, annonçant un objectif à « Zéro mission Nette » d'ici 2050.

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,1685 $/€, en hausse de 0,3 % sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à environ 68 $ et le Brent ressort à 73 $. L'once d'or s'échange autour des 1.231 dollars.

 

Avertissement : 

Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.

Le présent document est diffusé à titre d'information uniquement et il ne constitue ni une proposition d'investissement, ni une autre forme de conseil aux investisseurs. Les commentaires et analyses reflètent l'opinion de Sanso IS sur les marchés et leur évolution selon les informations connues au jour de l'édition du document. Néanmoins, Sanso IS ne peut s'engager sur l'exactitude ou l'exhaustivité de ces informations. Les informations et opinions de Sanso IS peuvent être modifiées sans préavis de notre part.

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.