Jean-Marc CHEVASSUS Maitre de conférences à l’Université Lyon III


BRITAIN LEAVES THE EURO !


Non, ce n’est pas le titre d’un quotidien sportif anglais à propos de l’Euro 2016, mais une bien triste réalité : la perfide Albion quitte l’Union Européenne !

Quand mes fils de six et neuf ans m’ont demandé ce matin ce qu’était le Brexit, j’ai failli, cédant à la panique, leur parler de chute des exportations, de krach boursier, de dévaluation des monnaies, de chômage de masse, de baisse de la valeur liquidative de leurs contrats d’assurance-vie…et je me suis ravisé !

Depuis des mois, les élites européennes nous parlent des conséquences économiques et financières désastreuses en cas de Brexit et ils ont certainement raison. Mais ces mêmes élites ont oublié que l’Europe s’est construite au sortir de la deuxième guerre mondiale sur des critères de paix, de coopération et de volonté de vivre ensemble.
Peut-être faut-il finalement remercier la témérité anglaise, car « le bouledogue » en renversant le jeu de quilles européen, vient d’envoyer l’électrochoc nécessaire pour réveiller une diaspora européenne malade de ses certitudes est en panne de projets.

L’Europe fiscale et l’Europe sociale, piliers nécessaires à l’Europe économique, n’ayant jamais été mises en place, cela a contribué au rejet de la technocratie européenne dans l’esprit de la masse laborieuse. Ce n’est pas la conscience européenne qui est morte mais plutôt la prise de conscience que nous avons besoin d’une Europe de visionnaires et pas de gestionnaires !

Alors j’ai préféré dire à mes fils, que le Brexit était une chance pour l’Europe et pour la Grande-Bretagne. D’un côté parce que l’Europe va devoir se réformer à grande vitesse et à nouveau s’appuyer sur la vision humaniste des Schuman, Monnet et Adenauer. D’un autre côté, la Grande-Bretagne dont « la gueule de bois » ne fait aucun doute, devra renégocier son retour sur des bases plus sincères que sa stratégie du « IN/OUT » qui a contribué à brouiller l’image de l’Europe auprès du peuple anglais.

 En conclusion nous vivons un instant historique, ce genre de moments qui nous poussent à taire nos différents, à sortir de notre confort pour aller de l’avant.
Je ne sais pas si mes fils y ont compris quelque chose, mais moi cela m’a fait un bien fou !

God save the Queen !

Jean-Marc CHEVASSUS
Maitre de conférences à l’Université Lyon III

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.