Forte remontée des taux longs et du dollar suite à l'élection de Donald Trump

Par Karamo Kaba, Directeur des études économiques - Ecofi Investissements - 14 novembre 2016

14/11/2016 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS dans Marché Autre

Forte remontée des taux longs et du dollar suite à l'élection de Donald Trump

Au cours des derniers jours de sa campagne, Donald Trump avait promis à plusieurs reprises que sa victoire serait « comme le Brexit, fois cinq ». Si victoire il y a eu, ses conséquences sur les marchés financiers sont sans commune mesure avec la situation « post-Brexit ».

 

En effet, alors qu’une déferlante était attendue sur les marchés d’actions, les investisseurs se sont vite ressaisis après un début de panique au moment où la victoire de Trump a été confirmée (Tokyo : -5,4% dans la nuit de mardi). Au final, les indices actions ont enregistré de forts gains sur la semaine (+3,8% pour le S&P 500 ; +2,0% pour l’EuroStoxx), une situation qui contraste avec le déluge qui a succédé au « Brexit » (-5,4% pour le S&P 500). En attendant la mise en place de la nouvelle Administration, les investisseurs semblent plutôt accueillir d’un bon œil les annonces ambitieuses de Donald Trump en matière de baisses d’impôts sur les sociétés (de 35% à 15%) et les particuliers, ainsi que sur la hausse des dépenses d’infrastructures et militaires.

 

La grille de lecture est toute inverse sur les marchés obligataires. Ainsi, anticipant une remontée plus rapide des taux de la Reserve fédérale, le rendement des taux a progressé de 10 à 23 centimes sur les maturités allant de 1 à 3 ans. La progression a été plus forte pour les durées supérieures. En effet, la relance économique promise par le candidat Trump se traduira par le gonflement du déficit budgétaire durant tout l’exercice de son mandat (de -3,5% en 2016 à -6% en 2017 puis -7,4% en 2018 ; -9,4% en 2019 et -10,2% en 2020 selon Moody’s). L’explosion à la hausse de la dette fédérale qui en découlera (75,9% en 2016 ; 95,3% en 2020) incite les investisseurs à demander une prime de risque. D’où les bonds observés sur les marchés obligataires : +32 centimes pour le taux à 5 ans ; +38 centimes pour le 7 ans ; +37 centimes pour le 10 ans. Cette remontée en flèche des taux ne sera pas neutre pour les actions.

 

La période d’euphorie des indices boursiers devrait s’estomper au fur et à mesure que les investisseurs intègreront dans leurs scénarii les conséquences néfastes des mesures protectionnistes. En cas de désaccords (très probables), la mise en place de taxes douanières devrait se traduire par une hausse des prix. Cette situation pourrait engendrer une hausse du coût des intrants pour les entreprises américaines, ce qui risque de nuire aux profits des entreprises et au pouvoir d’achat des consommateurs.

 

De leur côté, les partenaires économiques des Etats-Unis devraient eux aussi prendre des mesures de rétorsion, à l’image de ce qui s’est produit suite à la mise en place de la Loi Smoot-Hawley Tariff Act en 1930, pénalisant les exportations américaines. Dans cet environnement non coopératif, le scénario d’une « guerre des changes » plus franche a gagné en épaisseur. Ainsi, la hausse à venir des taux longs américains, sur fond d’appréciation du taux de change effectif du dollar (+3% sur la semaine) devrait conduire de plus en plus de pays ciblés par Donald Trump (notamment le Mexique et la Chine) à laisser glisser leur devise. Si une glissade du peso mexicain (-8,7% sur la semaine) peut passer, une dépréciation du yuan de même ampleur aurait des conséquences plus importantes.

 

Rendez-vous lundi prochain…

 

Source : Ecofi Investissements, au 11 novembre 2016.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée.

 

Articles similaires

FAUT-IL LAISSER LA GRÈCE FAIRE DÉFAUT ?

Depuis plusieurs mois déjà, les politiques de droite comme de gauche, d'outre-atlantique comme d'Europe ne parviennent pas à s'entendre. Tout se...

20/09/2011 - Publié par OPCVM360

Autre / Commentaires de marché

PRODUITS STRUCTURÉS À HAUT RENDEMENT

Le démantèlement de la banque Dexia vient au moment où se pose la question de la recapitalisation des banques en Europe. Les Etats Français, Belge...

06/10/2011 - Publié par OPCVM360

Autre / Commentaires de marché