Vers de nouveaux risques géopolitiques.

Par Jean-Noël Vieille - Directeur de la gestion - lettre hebdomadaire n°197

19/07/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

Vers de nouveaux risques géopolitiques.

Après les risques sur la croissance chinoise et ses répercussions sur l’économie mondiale en début d’année, les doutes sur les agissements de la FED, l’épisode difficile du Brexit fin juin, ce sont les questions internationales (coup d’état en Turquie) et le retour d’un terrorisme particulièrement sanguinaire qui pourraient influencer désormais à la baisse les marchés financiers mondiaux. Ces éléments ne sont pas de nature à simplifier la stratégie des investisseurs car il est difficile voire impossible de quantifier de tels risques. On sait que les marchés sont fragiles surtout en Europe et les phases incertaines comme celles-ci préfigurent assez mal de marchés haussiers. La nouvelle crise turque est problématique quand on connait le poids de la Turquie dans le conflit du Proche-Orient. Cette crise révèle la fragilité de ce pays et celle du pouvoir d’Erdogan. Ce dernier avait déjà deux fronts ouverts face aux kurdes et à l’Etat islamique, il se retrouve maintenant face à une armée divisée. Nous entrons dans une nouvelle phase d’instabilité dont cette région n’avait absolument pas besoin. Ceci risque d’aiguiser un peu plus les appétits russes dans cette région à un moment où les Etats-Unis sont en phase d’élections, donc en paralysie diplomatique. Enfin, les attentats de Nice montrent une nouvelle fois que le terrorisme ne recule devant aucune technique les plus abjectes possibles pour arriver à leur fin. Nous sommes loin d’en avoir terminé avec ce fléau.
Sur la semaine, les indices boursiers ont connu une période de forte remontée jusqu’à vendredi, moment d’un léger repli sauf aux Etats-Unis qui continuent à marquer des plus hauts : +4,25% pour l’Eurostoxx50, +4,34% pour le CAC40 et +4,54% pour le DAX. Le Dow Jones affiche une progression de 2,04% et le Nasdaq de +1,47%. Le NIKKEI a lui fortement progressé de +9,21%. La bourse de Londres a continué sa progression sur la semaine de +1,19%, toujours portée par la baisse de la livre et la stimulation des valeurs exportatrices.

 

Les raisons du récent mouvement haussier : assez peu significatives !

Trois éléments majeurs expliquent le dernier mouvement haussier des marchés la semaine dernière. Les investisseurs ont d’abord anticipé la mise en place d’un nouvel assouplissement monétaire au Japon à la suite de la victoire du parti de Shinzo Abé aux élections sénatoriales. Ensuite, la nomination mercredi de Theresa May au poste de premier ministre du Royaume-Uni (suite au désistement d’Andrea Leadsom) a donné une visibilité politique à la Grande-Bretagne puisqu’initialement le nom du futur chef du gouvernement ne devait être connu qu’en septembre. Ce sera donc une partisane du ‘Remain’ qui mènera les négociations avec l’Union Européenne. On notera que contrairement aux attentes, la Banque d’Angleterre a opté pour le statut quo monétaire mais a ouvert la voie à un assouplissement monétaire pour sa prochaine réunion en août. De plus en plus de voix s’élèvent en effet pour mettre en lumière les effets économiques négatifs du Brexit. Le bon début de la saison des résultats aux Etats-Unis constitue enfin la troisième raison de satisfaction des investisseurs. 
Les publications macroéconomiques européennes ont été plutôt décevantes : la production industrielle en zone euro pour le mois de mai est ressortie en recul de 1.2% (vs. cons. -0.8%) et l’indice d’inflation des prix à la consommation en zone euro en juin est en forte baisse (-0.7%), toujours loin de l’objectif de la BCE (2%), mettant ainsi sur ce point l’accent sur l’échec de la politique accommodante de la BCE.

 

Des marchés américains au plus haut … et pour de bonnes raisons

Les marchés américains sont au plus haut depuis plus d’un an, vision qu’assez peu de stratégistes avaient imaginé en ce début d’année. Ce regain de confiance a été soutenu par de solides premières publications du T2, et par de bons indicateurs macro-économiques. En effet, Alcoa a ouvert la longue série des publications avec des résultats supérieurs aux attentes avant que les banques (JPMorgan, Citigroup, Wells Fargo) fassent de même en fin de semaine. La saison des publications s’accélérera la semaine prochaine. Les chiffres macro sont ressortis au-dessus des attentes confirmant ainsi les bons chiffres de l’emploi de la semaine précédente : les inscriptions hebdomadaires au chômage on été inférieures aux attentes (254k vs cons. 265k) et la production industrielle a progressé au mois de juin de 0.6%. On notera aussi une nette accélération des ventes au détail en juin. Les progrès sur le marché du travail, les hausses de salaires et l'environnement d'inflation faible ont porté le pouvoir d'achat et la confiance des ménages permettant une hausse des dépenses. Cette dynamique devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année faisant de la consommation le principal moteur de la croissance américaine. Cette demande solide devrait progressivement contribuer à la remontée de l'inflation et les entreprises auront plus de facilité à répercuter les hausses des coûts de production. L'inflation sous-jacente passe de 2,2% à 2,3% en raison de l'évolution du coût du logement qui est en lien direct avec celui des prix de l'immobilier, aidé par des taux d’intérêt très bas. Progressivement les entreprises américaines s'adaptent aussi au dollar fort tandis que le rebond des cours du pétrole favorise le secteur de l'énergie. Ces chiffres ont donc continué à rassurer les investisseurs concernant la santé de l’économie US et ont entraîné un rebond des rendements obligataires US à 10 ans (+22bps à 1.57%). Ceci a aussi fait progresser les taux européens. Les taux allemands d'une maturité de 10 ans (+4pb) sont repassés au-dessus du seuil des 0%. Ces indicateurs US sont cohérents avec les commentaires du livre beige publié cette semaine : l’économie a progressé à un « rythme modéré » dans la plupart des régions. De plus, les pressions inflationnistes restent légères, ce qui pourrait écarter toute hausse des taux prochainement. Les probabilités de hausse des taux pour juillet restent stables et faibles (6%), mais celles d’une remontée d’ici la fin de l’année continuent d’augmenter à 32%.

 

Vers la fin du rebond technique ?

Notre sentiment pour les prochaines semaines est plutôt neutre considérant que nous venons de connaître un rebond technique certes important mais qui n’est désormais plus justifié par les fondamentaux, et que les nouveaux risques politiques peuvent constituer des freins importants à la poursuite de la dynamique haussière. Nous pourrions ainsi connaître un moment de stabilisation surtout si se confirment de bons résultats à venir. Du côté des entreprises, le duel Airbus-Boeing a tourné à l’avantage de l’européen lors du salon aéronautique de Farnborough : Airbus a enregistré 31Md€ de commandes contre 24Md pour Boeing. Côté M&A, Astra Zeneca préparerait une offre pour le laboratoire pharmaceutique américain Medivation selon le Sunday Times, et le groupe de chimie allemand Bayer a légèrement relevé son offre pour acquérir Monsanto (125$/titre vs 122$/titre précédemment), ce qui valorise le groupe américain à 63.5Mds$. De ce côté-là, les mouvements continuent et continueront à soutenir les marchés. Les valeurs du luxe et du tourisme ont souffert de la problématique des attentats en fin de semaine.

 

360 Hixance am - le 18 juillet 2016

 

Le présent document est non contractuel et à caractère purement informatif. Il ne saurait en aucun cas constituer une offre, une sollicitation ou un conseil en investissement en vue de la souscription à un quelconque produit ou service financier. Toute souscription doit se faire après avoir consulté le DICI et/ou le prospectus disponible sur simple demande auprès de 360Hixance am ou sur le site internet 360hixanceam.fr, afin d'en comprendre les caractéristiques et les risques. La responsabilité de 360Hixance am ne saurait être engagée à quelque titre que ce soit en raison des informations contenues dans le présent document.

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
HIXANCE OBLIG 1-3 360 HIXANCE ASSET MANAGERS Philippe DOUILLET Obligations Mixtes Court Terme 14.35 M€ 2.93 % 2.23 %

Articles similaires

HERMITAGE GESTION PRIVÉE : QUELLES PERSPE...

Quelles perspectives pour les marchés financiers dans un environnement de taux négatifs et deux mois après le Brexit ? Tout d’abord, nous...

31/08/2016 - Publié par HERMITAGE GESTION PRIVÉE

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

ENTHECA FINANCE : UN DÉBUT DE MOIS POSITI...

Le mois de septembre débute positivement sur les marchés. Pourtant, les statistiques en zone euro sont ressorties en demi-teinte, avec des données...

06/09/2016 - Publié par ENTHECA FINANCE

Allocations d'actifs / Commentaires de marché