Un scénario favorable aux marchés... Intéressons-nous aux programmes…

Par Karamo Kaba, Directeur des études économiques - Ecofi Investissements - 24 avril 2017

25/04/2017 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS dans Marché Allocations d'actifs

Un scénario favorable aux marchés... Intéressons-nous aux programmes…

En qualifiant Emmanuel Macron face à Marine Le Pen, les Français ont voté pour deux voies diamétralement opposées. Alors que le premier est un fervent partisan du renforcement de la construction européenne et d’une politique économique réformatrice, Madame Le Pen préconise des solutions protectionnistes, une sortie de la zone Euro et de facto une redénomination de la dette française en francs.

Emmanuel Macron aborde le second tour de l’élection présidentielle en favori. Cependant, comme nous l’avons vu aux Etats-Unis où un grand nombre de Démocrates peu enclins à voter pour Hillary Clinton ont préféré rester à la maison – faisant passer la participation de 60% en 2012 à 55,4% en 2016 – la faiblesse de la participation serait le facteur clef pour une victoire surprise du FN.

Quel que soit le résultat de ce second tour, le président élu devra s’asseoir sur une majorité incertaine et attendra les résultats des législatives. Il existe en effet une forte probabilité d’avoir une nouvelle cohabitation, la quatrième de la Vème République.

 

Intéressons-nous aux programmes…

En partant de l’hypothèse que l’arrivée d’un de ces finalistes à l’Elysée sera suivie d’un succès aux élections législatives, la croissance française ne devrait pas pour autant accélérer immédiatement avec la mise en place des réformes d’Emmanuel Macron et encore moins avec des options protectionnistes de Madame Le Pen. D’ailleurs, le Fonds monétaire international (FMI), même s’il a légèrement révisé à la hausse sa prévision, ne s’attend qu’à une croissance de 1,4% en 2017 et de 1,6% en 2018. Ces chiffres sont assez proches de la prévision d’Emmanuel Macron (1,6% en 2018 et 2019) mais pas de ceux de Marine Le Pen (2,0% en 2018 et 2,1% en 2019). En effet, en l’absence de marge de manœuvre pour effectuer une politique budgétaire expansionniste, il est fort à craindre une poursuite des mesures d’austérité afin de repasser le plus rapidement sous le seuil des 3% (dès 2018 pour Emmanuel Macron et 2019 pour Marine Le Pen) avec comme tête de gondole la proposition de suppressions de postes dans la fonction publique (120 000 pour Emmanuel Macron).

Au niveau de la réforme du marché du travail, indispensable selon plusieurs organisations internationales, l’opposition entre les deux candidats est criante. Là où Emmanuel Macron propose une rénovation du contrat de travail, la facilitation du licenciement économique et la fin des 35 heures, Madame Le Pen préconise le maintien des 35 heures, l’abrogation de la loi Travail et le retour de l’âge de départ à la retraite à 60 ans.

Au niveau des marchés financiers, il est évident qu’une victoire d’Emmanuel Macron serait de nature à renforcer la crédibilité de l’Etat français, une condition nécessaire mais pas suffisante pour faire refluer rapidement le spread de taux entre la France et l’Allemagne de 70 points de base (pbs) actuellement à environ 40 pbs.

C’est sans doute au niveau des marchés boursiers que l’accueil risque d’être le plus positif avec les propositions du candidat d’En Marche sur la fiscalité plus favorable à l’épargne. Marine Le Pen souhaite maintenir l’impôt sur la fortune (ISF) là où Emmanuel Macron propose de le modifier et de le transformer en un impôt sur la fortune immobilière, ce qui exclut de fait les actions et les obligations. Les investisseurs devraient également réserver un accueil favorable à la mise en place d’un taux unique de 30% sur la fiscalité des revenus tirés du capital mobilier (intérêts, dividendes, plus-values mobilières etc.) et surtout sur la proposition d’Emmanuel Macron de baisser l’impôt sur les sociétés, le faisant passer de 33,3% actuellement à 25%, soit en ligne avec la moyenne européenne. Ces mesures sont de nature à favoriser une appréciation plus forte des marchés boursiers.

Rendez-vous lundi prochain…

 

Source : Ecofi Investissements, au 21 avril 2017.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée.

 

Articles similaires

LES BANQUES CENTRALES DEVIENNENT MOINS AUD...

Après deux semaines importantes où les banques centrales des grands pays ont rendu leur verdict, les marchés financiers restent finalement en...

21/03/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

ENTHECA FINANCE : LES BANQUES CENTRALES RA...

Les banques centrales ont une nouvelle fois été le moteur des marchés financiers. La Banque du Japon a refusé de réduire davantage ses taux...

26/09/2016 - Publié par ENTHECA FINANCE

Allocations d'actifs / Commentaires de marché