Trump et les marchés financiers : vers la fin d'une idylle ?

Par Jean-Noël Vieille - lettre hebdomadaire n°221

07/02/2017 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

Trump et les marchés financiers : vers la fin d'une idylle ?

Ceux qui pensaient que le Président Trump ne mettrait pas en pratique le programme annoncé par le candidat Trump en sont pour leurs frais. Les premiers pas sont éloquents et nous assistons à une montée des tensions géopolitiques vis-à-vis de plusieurs pays (Mexique et Iran en particulier). Beaucoup plus grave est la tentation du nouveau président de remettre en cause les régulations financières mises en place après la crise financière de 2008, en particulier la loi Dodd-Frank. Un bras de fer se met en place entre Washington et la Fed puisque des voix exigent que cette dernière cesse les négociations sur la régulation bancaire au niveau mondial. Deux dispositions sont particulièrement visées par Trump : la première est le plan Volker qui a interdit aux établissements bancaires de pratiquer la spéculation pour leur propre compte et a limité la détention de participations dans des fonds spéculatifs ou de private equity. L’idée était d’éviter le financement d’actifs à risques par des dépots garantis par l’Etat fédéral. L’autre point touche à la remise en cause du bureau de protection financière des consommateurs (CFPB), chargé de réguler les prêts hypothécaires et les cartes de crédit. L’objectif de ce bureau était de limiter les nombreux abus qui ont eu lieu jusqu’en 2008. Ainsi toutes les mesures prises sont faites pour éviter les contraintes et le principe de prudence pour les investissements et conseils réalisés par les banques. Avec de telles stratégies, Trump pourrait aller chercher Madoff pour le nommer à la tête du trésor US, voire de la FED.

Il n’est pas certain que l’ensemble de ces remises en cause plaise à wall street et les marchés se sont moyennement comportés cette semaine. Les indices boursiers ont connu des mouvements baissiers : -0,91% pour l’Eurostoxx50, -0,30% pour le CAC40 et -1,38% pour le DAX. Le DJ affiche une légère baisse de -0,11% et le Nasdaq a progressé de +0,11%. Le NIKKEI a connu une forte baisse à -2,82%.

 

Situation économique américaine en plein essor !

En dépit des agissements du nouveau président US, l’économie américaine continue d’annoncer de très bons chiffres : le moral des ménages a atteint son plus haut niveau depuis janvier 2004. Le marché du travail progresse avec un secteur de l’emploi privé qui a fortement augmenté en janvier (237k vs 144k en décembre) et les demandes hebdomadaires d'allocation chômage ont logiquement ralenti (246k). L’ISM manufacturier a enregistré une 5ème hausse consécutive au plus haut depuis Novembre 2014. Ces publications ont alors occasionné de nouvelles baisses des taux souverains américains.

La Fed a laissé ses taux inchangés et reste optimiste sur l'économie en s’appuyant sur des créations d’emploi soutenues, une augmentation de l’inflation et une amélioration de la confiance des consommateurs et des entreprises. Nous devrions donc continuer à constater un regain de l’appétence pour le risque de la part des investisseurs. La banque centrale américaine va en effet pouvoir s'appuyer sur une analyse favorable des chiffres de l'emploi américain pour remonter ses taux directeurs, probablement en juin. Les hausses des salaires restent modérées (et inférieures aux attentes) en raison de la remontée du taux de participation, remontée qui doit se traduire par des perspectives de croissance plus élevées.

La tendance à la reprise de l'emploi aux Etats-Unis, avant aucune décision concrète de l'administration Trump pour soutenir la croissance à court terme, doit permettre à la Fed de patienter et ne pas prendre des décisions trop rapides en termes de relèvement des taux directeurs, ne serait-ce qu’en raison des doutes sur les mesures annoncées par Trump et sur leur efficacité à court terme.

Rien ne dit que nous n’assisterons pas à un imbroglio politique aux Etats-Unis si des contestations devenaient de plus en plus fortes y compris dans son propre camp. Par ailleurs, un programme de relance économique alors que le pays est quasiment en phase de plein emploi, pourrait créer de graves tensions salariales non favorables à l’amélioration des marges des entreprises.

 

Europe : Des indices macroéconomiques toujours favorables

L’Europe continue à publier de très bons indicateurs. Les comptes courants allemands ont établi un nouveau record d’excédent en 2016 (297 Md$ vs 271Md$ en 2015) et l’inflation allemande s’est accélérée (+1,9% vs +1,7% en décembre), son plus haut niveau depuis 3 ans. En Zone Euro, la confiance économique a aussi progressé (108,2 vs 107,8 en décembre). En Allemagne, le nombre de demandeurs d’allocations chômage est plus faible que prévu (+5,9% vs cons. +6%) ce qui constitue son plus bas niveau depuis plus de 25 ans. La progression des PMI manufacturiers suit la même tendance qu’outre Atlantique : 55,2 vs cons 55,1 pour la zone Euro. Les ventes au détail en décembre sont inférieures aux attentes à +1,1% en glissement annuel, contre +1,8% attendus. Cela devrait donc pousser la BCE à maintenir son action pour soutenir l'activité jusqu'à fin 2017, comme l’indiquent certains membres de l'organisation depuis plus d'une semaine. Ce statu-quo nous semble favorable pour les marchés financiers.

 

Point sur les publications des résultats des entreprises

Les publications des résultats s'accélèrent en Europe et celles aux Etats-Unis sont bien avancées, la moitié des entreprises ayant publié leurs résultats. Les premiers éléments qui ressortent sont que les entreprises américaines publient des résultats très corrects pour le T4-2016 malgré une hausse du dollar qui aurait pu les pénaliser. Ces bons résultats s’expliquent par une demande domestique qui reste très favorable. Dans ce contexte, les groupes américains parviennent à maintenir leur taux de bonnes surprises à un niveau historique avec près de 75% de résultats supérieurs aux attentes.

En Europe, les entreprises sont confrontées à une dynamique de croissance économique européenne beaucoup plus faible. Les entreprises ne dépassent les attentes du consensus que dans 52% des cas. Ce chiffre, en ligne néanmoins avec l'historique, ne reflète pas l'optimisme qui a porté les marchés actions avec les statistiques économiques. Les chiffres d'affaires sont mieux orientés (avec près de 60% de bonnes surprises), ce qui pourrait alors signifier une accélération des croissances de résultats sur 2017.

 

Un sentiment qui reste toujours positif

La correction s’est poursuivie encore cette semaine mais avec une assez faible amplitude. Il est évident que les agissements de Trump ne permettent pas aux investisseurs d’être complètement rassurés sur l’avenir de la situation économique et politique des Etats-Unis. Notre sentiment reste néanmoins toujours positif en raison des très bonnes publications économiques et de la qualité des résultats des entreprises. Cela devrait contribuer à des révisions en hausse des perspectives bénéficiaires des entreprises, d’où un effet positif pour l’ensemble des marchés actions à court terme.

Par Jean-Noël Vieille - le 6 février 2017

 

Le présent document est non contractuel et à caractère purement informatif. Il ne saurait en aucun cas constituer une offre, une sollicitation ou un conseil en investissement en vue de la souscription à un quelconque produit ou service financier. Toute souscription doit se faire après avoir consulté le DICI et/ou le prospectus disponible sur simple demande auprès de 360Hixance am ou sur le site internet 360hixanceam.fr, afin d'en comprendre les caractéristiques et les risques.


La responsabilité de 360Hixance am ne saurait être engagée à quelque titre que ce soit en raison des informations contenues dans le présent document.

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

UN BESOIN DE SE RASSURER EN ATTENDANT L'IN...

A la différence de l’année dernière, ce mois d’août n’aura pas été marqué par une baisse tant redoutée des marchés financiers. A deux jours de la...

29/08/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

LES BANQUES CENTRALES DEVIENNENT MOINS AUD...

Après deux semaines importantes où les banques centrales des grands pays ont rendu leur verdict, les marchés financiers restent finalement en...

21/03/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché