Toujours plus haut …. !

28/10/2013 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

Toujours plus haut …. !

Nous venons de connaître une semaine de transition, la plupart des marchés marquant un léger repli après une phase de hausse dynamique depuis septembre. Il faut toutefois souligner que cette dynamique haussière a du mal à s’essoufler car la plupart des statistiques qui sortent en ce moment sont soit décevantes, soit franchement mal orientées. Cette légère consolidation latérale pourrait ainsi être les prémices d’une réaction baissière à venir beaucoup plus forte. Enfin, les publications des entreprises européennes ou américaines restent assez mitigées, avec des chiffres d’affaires sensiblement en-dessous des attentes et des marges qui ont tendance à s’éroder. Finalement, la stabilité du marché tient au fait que les investisseurs s’attendent à ce que la politique de la FED soit toujours aussi accommodante jusqu’à mars 2014, ce flux des liquidités devant continuer à soutenir les marchés. Cette analyse, même si elle est réaliste nous paraît trop simpliste et nous sommes convaincus que le marché commence à revenir à une certaine réalité et devrait alors poursuivre sa consolidation. Ce n’est en effet pas très sain de considérer que plus les satistiques sont mauvaises, plus le marché boursier doit progresser !

Baisse de la plupart des taux souverains

Les taux souverains de la plupart des pays ont enregistré une baisse cette semaine sur les échéances longues et courtes. Parmi les pays périphériques, seuls les taux italiens ont légèrement progressé. Les taux obligataires espagnols, bénéficiant de l'annonce par la BCE des critères retenus pour l'audit du secteur bancaire européen, ont enregistré un repli. Le marché obligataire semble ainsi acter le fait que l'Espagne est en passe de réussir son pari, celui de renouer avec la croissance tout en réduisant les problèmes bancaires. On assiste ainsi à un ré-écartement du spread entre les taux souverains italiens (+7 pb et 4,22% sur l'échéance à 10 ans) et espagnols (respectivement + 2 pb et 4,15%). Dans ce contexte, l’euro reste toujours à un niveau très élevé malgré des indices d'activité IFO en baisse et moins élevés qu'anticipé. Enfin du côté des taux « corporate », après la poursuite du resserrement en début de semaine, pour atteindre des plus bas depuis 2010 ou 2008, nous avons assisté à un mouvement d’écartement en fin de semaine, signe que du côté obligataire aussi, le marché revient à une certaine prudence.

Des statistiques US décevantes

Sans être exhaustif, on rappellera quelques statistiques négatives qui viennent d’être publiées. Tout d’abord du côté US, les commandes de biens durables sont en hausse de 3,7% en septembre, cette augmentation tenant aux composantes « transport » et « militaire ». Sans ces dernières, ces commandes auraient reculé de 1,1% en septembre après une hausse de 0,4% en août. Ainsi, malgré l'amélioration de la situation économique aux Etats-Unis, l'investissement ne repart pas, les entreprises ne souhaitent pas accroître leur capacité surtout dans un contexte fiscal peu stabilisé. De même, le moral des ménages n’est pas positif puisque l’indicateur de confiance de l'Université de Michigan s'inscrit en baisse pour le mois d'octobre à 73,2 contre 75,0.

Une Europe toujours fragile

En Europe, le PIB du UK au 3ème trimestre est sorti en hausse, (+0,8% en glissement trimestriel et +1,5% en glissement annuel). La bonne tenue de l'économie britannique tient à la dynamique des services (contribution de 0,6% à la croissance du trimestre) et à la construction. Mais une des problématiques européennes reste la faiblesse du crédit qui pèse sur la croissance. Ainsi, les crédits au secteur privé ont baissé de 1,9% sur un an en septembre. On ne sait d’ailleurs si cette baisse provient d’une absence de la demande des entreprises et des ménages ou si elle reflète le fait que les banques imposent des conditions beaucoup plus draconiennes en cherchant à respecter les nouveaux critères de Bâle 3 et Solvency 2. Ainsi, on ne voit pas comment la croissance européenne pourrait s’accélérer au cours des prochains mois. L’absence de plan de relance européen ne permettra pas non plus de créer des nouveaux emplois.

Quelle stratégie adopter ?

Notre stratégie défensive mise en place probablement un peu trop tôt dans la plupart de nos fonds commence à porter ses fruits dans un contexte de marché un peu plus difficile. Nous gardons ainsi notre sentiment plutôt négatif sur les marchés actions pour cette fin d’année dans la mesure où les valorisations nous semblent désormais trop élevées en regard du potentiel de croissance attendu que ce soit en macro ou en micro-économie.

 

Article rédigé par Jean-Noel Vieille

Lettre hebdomadaire Hixance n° 72, lundi 28 octobre 2013

Articles similaires

DÉBUT DE SEMAINE MARQUÉ PAR UNE FORTE BA...

Point sur les marchés financiers  De nouveau, l’évolution du cours du pétrole a fortement influencé celle des marchés financiers au cours de la...

26/01/2016 - Publié par ENTHECA FINANCE

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

HERMITAGE GESTION PRIVÉE : QUELLES PERSPE...

Quelles perspectives pour les marchés financiers dans un environnement de taux négatifs et deux mois après le Brexit ? Tout d’abord, nous...

31/08/2016 - Publié par HERMITAGE GESTION PRIVÉE

Allocations d'actifs / Commentaires de marché