Tailor Capital : c'est par gros temps qu'on mesure la valeur d'une gestion !

25/06/2013 - Publié par TAILOR CAPITAL dans Marché Allocations d'actifs

Tailor Capital : c'est par gros temps qu'on mesure la valeur d'une gestion !

Nous assistons depuis le 19 juin à un regain de tensions sur les marchés. Après avoir averti le 10 mai que les politiques monétaires ultra-accommodantes pouvaient conduire à des distorsions entre la valeur des actifs et les fondamentaux, Ben Bernanke a enfoncé le clou avant-hier soir : la FED va progressivement refermer le robinet à liquidités. 

 

Les achats d’actifs, qui atteignent chaque mois 85 milliards de dollars en bons du Trésor et en crédits hypothécaires, vont être réduits d’ici la fin de l’année avant un terme définitif d’ici le milieu de l’année prochaine. La Réserve fédérale devrait toutefois maintenir ses taux directeurs inchangés, c’est-à-dire à un niveau quasi nul, au moins jusqu’à la fin 2014, voire début 2015. 

 

Alors que les investisseurs pensaient dans l’ensemble que Ben Bernanke tenterait de jouer l’apaisement vu la récente hausse de taux, ils ont été surpris par la clarté du discours. Là où Alan Greenspan aimait entretenir l’ambiguïté (“I know you think you understand what you thought I said but I'm not sure you realize that what you heard is not what I meant” que l’on pourrait simplement traduire par “si vous m’avez compris, c’est que je me suis mal exprimé”), son successeur à la tête de la FED a voulu jouer la carte de la transparence pour sans doute éviter un nouveau krach obligataire comme en 1994. 

 

Si le style entre les deux hommes diffère, Bernanke ne semble pas mieux réussir que son prédécesseur à inverser les anticipations des investisseurs sans provoquer une forte tension sur les taux souverains. Depuis son discours inaugural du 10 mai, le rendement sur les obligations américaines à 10 ans est ainsi passé de 1,90% à 2,60% en à peine 1 mois et demi. Il va sans dire que les coupons ne permettent pas de digérer une telle hausse lorsque vous portez ces obligations. En réalité, il s’agit d’une perte en capital de -5,6%, ce qui est important pour un actif longtemps considéré comme sans risque. 

 

La transition est d’autant plus délicate que les investisseurs sont partagés sur la sortie de crise. La locomotive américaine a-t-elle assez de puissance pour tirer dans son sillage un wagon européen englué dans une croissance nulle, voire négative, et un wagon chinois en perte de vitesse ? La FED le croît puisqu’elle table sur une forte accélération de la croissance américaine. D’un rythme de +2,2% l’année dernière, la croissance devrait remonter à +2,45% cette année, avant surtout +3,25% en 2014. Ces prévisions semblent optimistes, pour ne pas dire volontaristes. Le consensus prévoit plutôt une croissance de +2,7% l’année prochaine, ce qui est certes respectable, mais pas forcément suffisant pour donner un coup de fouet à la croissance mondiale. 

 

Si la FED a raison, l’agitation sur l’ensemble des classes d’actifs ne devrait être que temporaire. On devrait certes continuer à assister à une remontée des taux longs américains dans la zone des 3,5-4% sur un horizon de 12-24 mois, mais les actions et le high yield devraient en particulier tirer leur épingle du jeu. L’embellie conjoncturelle incitera en effet les investisseurs à sortir des obligations souveraines pour reprendre du risque. 

 

Mais si la conjoncture donne des signes de faiblesse, comme c’est le cas aujourd’hui, il y a peu de chances qu’une « Grande Rotation » se mette en place. Dans ce cas, les investisseurs s’en tiendront au vieil adage anglo-saxon selon lequel « Cash is King ». C’est le sens du mouvement actuel qui voit des sorties de capitaux de l’ensemble des classes d’actifs en l’absence de possibilités de réallocation vers un actif refuge. 

 

Ce mouvement de fuite vers la liquidité est tout particulièrement visible sur les obligations émergentes qui accusent des baisses souvent bien supérieures à 10% depuis début mai. Et ce mouvement se comprend d’autant mieux qu’il s’agit là de la classe d’actifs ayant offert les meilleurs rendements au cours des 15 dernières années. Autant dire qu’il s’agit sans doute aussi d’une des classes d’actifs sur lesquelles on trouvera le plus de spéculation. A voir la collecte fabuleuse enregistrée par les fonds spécialisés depuis 2009 (N.B. : les encours ont plus que décuplé) on comprend mieux la violence des mouvements qui agitent ce marché depuis début mai.   

 

L’avenir dira si la FED a raison dans son diagnostic et si le calme revient sur les marchés… 

En attendant, notre gestion se veut prudente, ce qui dans l’environnement actuel signifie 3 choses :

1/ éviter les obligations dont la maturité est trop lointaine car ce sont également celles qui vont être les plus sensibles à une remontée des taux longs

2/ éviter les obligations trop qualitatives car les spreads de crédit sur ce type de signature sont si faibles qu’il n’existe aucun matelas de protection face à cette remontée des taux

3/ conserver un volant de liquidité car il nous permettra de saisir des opportunités qui commencent déjà à se dessiner

 

Plus que jamais, il nous semble nécessaire de pousser en avant notre fonds TAILOR OBLIG OPPORTUNITES qui nous paraît répondre aux défis posés par ce nouvel environnement financier.

 

1er fonds libellé en euro dans la catégorie Morningstar des obligations internationales avec une performance de +27,1% l’an dernier, TAILOR OBLIG OPPORTUNITES truste une nouvelle fois la première place en 2013 avec un gain de +3,78% au 20 juin. Notre fonds prouve surtout, comme en 2012, sa très grande résilience dans les phases de stress. Le fonds ne perd ainsi que 0,28% entre le 30 mai – date de la plus haute valeur liquidative du fonds - et le 20 juin. A titre de comparaison, sur la même période, l’indice iBoxx Euro High Yield chute de plus de 1,7%, l’iBoxx USD High Yield de plus de 2,8% et l’Eurostoxx 50 plus de 7,6%...

 

Ce fonds est parfaitement adapté pour délivrer de la performance tout en protégeant les investisseurs d’une probable remontée des taux car il ne comporte que très peu de risque de taux mais beaucoup de risque de crédit. En effet, il est investi sur des dossiers très particuliers offrant des rendements proches des 10% sur une maturité moyenne de 4 ans environ. Cerise sur le gâteau, environ 50% du portefeuille sont placés sur des obligations offrant des actifs tangibles en garantie pour des montants généralement supérieurs à la valeur des obligations.

 

Ceux qui préféreront une échéance fixe pourront continuer à s’intéresser à notre vaisseau amiral TAILOR HORIZON 2016 dont la maturité résiduelle n’est plus que de 3,5 ans. Avec un rendement net de frais de gestion de 4,44% au 21 juin (hors éventuels défauts), TAILOR HORIZON 2016 figure toujours dans le peloton de tête en 2013 après avoir dominé la catégorie des fonds à échéance 2015,2016 et 2017 l’an dernier. A la différence de 1994 où la FED avait brutalement annoncé le relèvement agressif de ses taux directeurs et déclenché un krach obligataire, Ben Bernanke a annoncé la suppression graduelle des achats de dette souveraine et de crédits hypothécaires d’ici mi-2014 mais aucun relèvement de taux directeurs avant fin 2014 voire 2015.Les taux courts vont donc rester bas sur la majorité de la période qui nous sépare de fin 2016. Dans ce contexte, même si les taux longs devaient continuer à se tendre, les échéances courtes à intermédiaires telles que celles détenues par le fonds, échéances qui vont se raccourcir avec le temps à mesure que 2016 approche, devraient être relativement protégées contre la remontée des taux longs.

 

Ceux qui souhaitent une échéance plus rapprochée préféreront sans doute OBJECTIF EPARGNE dont la maturité moyenne du portefeuille n’est que de 16 mois et qui offre un rendement net de frais de gestion de 2,45% (hors éventuels défauts).

 

C’est quand la mer se retire qu'on voit ceux qui se baignent nus ” comme le dit Warren Buffet. Le bon comportement de nos fonds dans cette phase de baisse doit vous rassurer sur le fait que nos fonds ont tous gardé leur maillot !

 

Bien cordialement,

 

L’équipe de gestion

37, rue des Mathurins - 75008 Paris

Tél. : +33 (0)1 40 17 97 27  / Fax : +33 (0)1 40 17 97 37

contact@tailor-capital.com

 

  

Avertissements : Ces informations sont dédiées aux professionnels. Les informations contenues dans cet email sont présentées sous une forme simplifiée. Le descriptif complet des caractéristiques des fonds ainsi que la liste détaillée des risques associés doivent être lus dans le prospectus accessible sur notre site internet www.tailor-capital.com . Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

 

Articles similaires

UN INVESTISSEMENT SÉCURISÉ DANS UN CONTE...

En termes de stratégie d’investissement, le début de l’année 2013 confirme que les marchés financiers sont encore loin d’avoir retrouvé leur...

02/04/2013 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Info acteurs, outils et solutions pro

DEUX SPÉCIALISTES DE L'ALLOCATION D'ACTIF...

Mandarine Gestion ajoute à son expertise de stock-picking une nouvelle expertise d’allocation d’actifs. Avec l’arrivée de deux spécialistes,...

16/04/2013 - Publié par MANDARINE GESTION

Allocations d'actifs / Info acteurs, outils et solutions pro