Retour graduel du risque économique et géopolitique

Jean Noel Vieille

16/09/2014 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

Retour graduel du risque économique et géopolitique

Les marchés financiers ont connu une semaine de consolidation, la plupart reculant d’environ 1%, sauf le Nikkei qui s’est adjugé une progression de 1,78%, (nous reviendrons sur un facteur explicatif de cette hausse). Plusieurs éléments peuvent justifier ce mouvement : 1/ les nouvelles sanctions européennes contre la Russie qui confirment que ce conflit est encore loin d’être réglé, 2/ la réunion de la FED attendue cette semaine et 3/ le résultat du référendum écossais qui peut compliquer encore un peu plus l’avancée de l’Europe que ce soit au plan politique ou économique. En revanche, le marché a assez peu réagi à la décision d’Obama de frapper l’Etat islamique en Syrie et en Irak, et en sens inverse, les bons chiffres de confiance publiés aux US vendredi dernier n’ont pas soutenu les marchés. Cette forme d’attentisme peut aussi s’expliquer par l’intensité du rebond qui a eu lieu depuis mi-août propulsant les marchés américains à leurs plus hauts niveaux. Enfin, le marché pourrait être déçu de la publication ce week-end des chiffres de production en Chine qui montrent un net ralentissement.

 

De nouvelles sanctions russes bien timides...
Les nouvelles sanctions économiques décidées par l’Union européenne contre Moscou dans le cadre de la crise ukrainienne portent à plus d’une centaine le nombre de personnalités russes et ukrainiennes visées par des interdictions de visa et autres gels de leurs avoirs en Europe (il devrait y avoir un peu plus de place à Courchevel cet hiver …. !). Evidemment, ces mesures restent très timides, mais on peut redouter une nouvelle escalade entre la Russie et l’UE, mais aussi avec les Etats-Unis qui ciblent eux les relations commerciales avec les entreprises de l’énergie et de la défense. Cette situation devrait donc rester très préoccupante à court terme pour les marchés financiers.

La FED est une nouvelle fois très attendue
Le QE3 arrive presque à sa fin puisqu’à l’issue de son prochain FOMC (17 septembre), la Fed n’achètera plus que 15Md$ de titres (par mois) pour arrêter totalement fin octobre. Ses prochaines décisions vont donc être très attendues par les marchés. La situation économique est nettement moins préoccupante aux Etats-Unis, mais les prochaines décisions que devra prendre la FED sont loin d’être simples. La communication sera l’ instrument privilégié pour guider les anticipations des agents et éviter des sur-réactions du marché.
La Fed devrait être contrainte d’adapter son discours et sa forward guidance pour tenir compte de la convergence du taux de chômage et de l’inflation vers ses objectifs de long terme. Logiquement la Fed devrait rechercher un maximum de flexibilité pour pouvoir intervenir rapidement en fonction des aléas de la conjoncture économique et en particulier de l’évolution de l’emploi et de l’inflation. Ainsi lors de cette réunion du 17/09, un consensus en faveur d’une plus grande souplesse au sein du FOMC pourrait commencer à se former. Il existe ainsi le risque de voir une Fed un peu plus « hawkish », ce qui pourrait  perturber les marchés. Aujourd’hui la première hausse de taux est attendue pour mi-2015 par le consensus, donc les marchés pourraient revoir leurs anticipations impliquant une remontée des taux longs plus rapidement et par conséquent la hausse du dollar devrait se poursuivre.

 

Ralentissement en Chine et possible nouveau QE au Japon
La production industrielle chinoise a augmenté en août à un rythme le plus faible depuis près de six ans ( 6,9% vs un consensus à 8,8% et 9% en juillet) et la croissance a aussi ralenti dans d'autres secteurs de l'économie, selon des données officielles publiées samedi. Ceci fait craindre à certains économistes que la deuxième économie mondiale soit sous la menace d'une nette décélération à moins que Pékin ne prenne de nouvelles mesures de relance. Concernant le Japon, nous assistons depuis le relèvement de TVA ce printemps à une forte remontée de l’inflation et à une baisse de la consommation des ménages. Dans ce contexte, nous avons du mal à imaginer comment les autorités monétaires ne seront pas contraintes de lancer un nouveau quantitative easing pour relancer l’activité. C’est peut être en ce sens qu’il faut analyser la hausse de la bourse japonaise et sur cette hypothèse, cette dernière pourrait encore progresser.

Une semaine décisive ?
La semaine qui vient est donc importante avec surtout le discours très attendu de la FED et le référendum écossais (le vote de confiance des députés (dépités !) à Valls 2 -sans suspens !- ayant peu d’influence). Les zones de risque existent, surtout celui d’un discours de la FED un peu plus restrictif. Jusqu’à mercredi les marchés devraient rester atones sans direction et sans volumes, sauf si dès lundi, les mauvais chiffres chinois pèsent. D’un point de vue technique, la plupart des marchés sont bloqués sous des résistances, les bonnes nouvelles pourraient alors les casser, les mauvaises les feront reculer, donc la volatilité devrait être plus forte en fin de semaine, surtout lorsque les trois sorcières veillent … 

Jean-Noël Vieille

Directeur de la gestion

Articles similaires

LE PÉTROLE EST PRIS ENTRE 2 FEUX

LA CITATION DE LA SEMAINE   « Ce n’est pas tant que des temps difficiles arrivent ; le changement qu’on observe est essentiellement que les...

09/05/2016 - Publié par ACTIS ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

HERMITAGE GESTION PRIVÉE : QUELLES PERSPE...

Quelles perspectives pour les marchés financiers dans un environnement de taux négatifs et deux mois après le Brexit ? Tout d’abord, nous...

31/08/2016 - Publié par HERMITAGE GESTION PRIVÉE

Allocations d'actifs / Commentaires de marché