Retour des optimistes, ou pas ?

11/01/2013 - Publié par Marc GILSON dans Marché Allocations d'actifs

Retour des optimistes, ou pas ?

Le fameux indicateur VIX, qui s’appuie sur la volatilité des options, et souvent appelé l’indicateur de la peur, est au plus bas. L’interprétation la plus commune de cette situation est que le marché n’a pas peur, qu’il est très optimiste.

 

En voilà une bonne nouvelle ! Les professionnels, eux, sont plutôt alarmés, comme toujours lorsque c’est trop beau. Ceux qu’on appelle les ‘contrariants’ voient donc un signal pour sortir du marché ou prendre des positions à la baisse. Les optimistes naturels, les plus nombreux et de loin, voient dans cette faiblesse du VIX la confirmation de leur sentiment positif sur les marchés.

 

Après tout, Alcoa a publié ses chiffres et des commentaires optimistes, la Chine sort de léthargie, le Japon injecte des milliards dans son économie, les taux européens restent inchangés, plus personne ne parle du ‘fiscal cliff’, le pétrole et l’or remontent…. Tout semble donc confirmer que le niveau actuel du VIX est normal et que les oiseaux de mauvais augure se trompent.

 

Un jour, pourtant, la Belle au Bois Dormant s’est réveillée après le baiser du Prince. Dans le cas des marchés boursiers, ce réveil pourrait être moins idyllique. Ceux qui hésitent depuis des mois à entrer sur ces marchés se sentent brusquement motivés pour y aller alors qu’ils s’en méfiaient lorsqu’ils étaient au début de leur rallye de fin d’année. Ils devraient peut-être attendre la fin du mois de janvier pour voir plus clair.

 

Dans les salles de marchés, les bons professionnels savent que l’année se joue souvent lors du premier mois de trading : quelques paris bien pensés peuvent générer le gain de l’année. Les investisseurs plus traditionnels se rappellent aussi que les marchés montent en règle générale de novembre à mai.

 

Mais nous parlons ici d’un nombre de plus en plus limité de personnes car il est bien avéré que la préférence de l’investisseur de base va vers le livret d’épargne, même s’il sait que les dividendes versés par les entreprises sont supérieurs à la rémunération de leurs comptes…

 

Pour mettre un peu d’huile sur le feu de ce débat, nous reprenons ci-après un extrait du blog de Thomas Veillet. Histoire de parler d’autre chose que du mariage pour tous ou des exilés fiscaux…

 

Th. V. : Nous allons conclure avec l'histoire du début de l'année, j'hésite à en parler depuis plusieurs jours, mais je crois que vu que tout le monde s'en mêle il est temps d'aborder la bagarre de chiffonniers qui occupe la société Herbalife. Herbalife est une société cotée en bourse aux USA et qui vend des produits qui sont censés améliorer votre vie et accessoirement vous faire perdre du poids et gagner des matches de foot. Depuis quelques semaines, il y a un Hedge Fund Manager, Bill Ackmann qui a décidé qu'il allait se payer une maison dans les Hamptons en shortant Herbalife. Il a donc shorté la valeur, puis monté une présentation pour dire qu'Herbalife était une grosse escroquerie et que globalement le titre devrait aller plus proche de 0 que des 40$ où elle se trouve en ce moment. A l'époque le titre valait 50$ et s'est pris une baffe dans les dents. Depuis le CEO d'Herbalife a essayé de se défendre par le mépris, sans trop de succès. Puis, il y a deux jours un autre fund manager célèbre : Dan Loeb a déclaré que Ackmann était en plein délire et il a acheté 9% d'Herbalife. Rebond du titre. Dans la foulée, hier Carl Icahn que l'on ne présente plus, a emboîté le pas de Loeb. Et pour faire bon poids bonne mesure, Herbalife a fait une présentation pour expliquer pourquoi Ackmann allait se faire défoncer et que sa maison dans le Hamptons allait se transformer en cabane au fond du jardin. Malheureusement la présentation était moyennement convaincante. Nous voilà donc revenu à la case départ. On est en train de se rejouer « Règlement de comptes à OK Coral », trois Hedge Fund Managers qui se regardent dans le blanc des yeux et on se demande qui sera le prochain à dégainer. Il y a un truc de bien, c'est que les USA seront toujours les USA... Si on vous parle d'Herbalife, vous saurez ce qui se passe, même si le sketch n'est pas terminé.

 

Quand on voit ce qu’on voit, et qu’on entend ce qu’on entend, on se dit qu’on fait bien de penser ce qu’on pense. Non ?

 

 

Bon weekend hivernal à tous…

 

.

Marc Gilson

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

LA SEMAINE EN BREF DE CPR AM

CHIFFRE DE LA SEMAINE : +0.25% C’est la révision à la hausse du PIB japonais au T3 après -0,2% en 1ère estimation. L’essentiel de la révision...

17/12/2015 - Publié par CPR ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Avis d'experts

INTERVIEW DE JEAN-THOMAS HEISSAT SUR LA GA...

Quels ont été les faits marquants sur les marchés au cours du premier trimestre ?  Nous avions anticipé, à juste titre, que le regain de...

06/05/2016 - Publié par CPR ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Avis d'experts