Ras-le-bol de la Fed

21/10/2015 - Publié par M&G INVESTMENT MANAGEMENT LTD. dans Marché Allocations d'actifs

Ras-le-bol de la Fed

Voici où nous en sommes après l’une des réunions du FOMC les plus attendues : nous savons enfin… que nous ne savons toujours pas quand la Réserve Fédérale américaine (la « Fed ») va relever les taux d’intérêt.

 

Il semblerait que certains traders aient attendu en vain des nouvelles stimulantes de la part de la Fed, qui a décidé, une fois encore, de laisser les taux directeurs inchangés. Toutefois, cette mesure ne semble pas avoir vraiment surpris les marchés financiers : les Etats-Unis ont terminé sur une modeste baisse hier soir et la plupart des marchés européens ont ouvert la séance en léger recul ce matin. Apparemment, les préoccupations récentes au sujet d’un risque de contagion mondiale du ralentissement économique chinois, et de la volatilité du marché qui en a résulté, avaient déjà freiné les anticipations d’une hausse des taux d’intérêt aux Etats-Unis en septembre.

La Fed influencée par des facteurs plus globaux

En effet, la Fed a cité ces risques de détérioration de la croissance mondiale et les conditions financières plus strictes (notamment « le repli des cours des actions, l’appréciation accrue du dollar, et le creusement des spreads de risque ») comme deux des trois principaux facteurs motivant la décision de retarder un relèvement des taux. Le troisième facteur qui a joué un rôle décisif dans la décision d’hier est la pression à la baisse sur l’inflation exercée par la décrue des cours pétroliers, le raffermissement du dollar et le recul des prix des importations (exacerbé par le ralentissement en Chine et sur les autres marchés émergents). Dans ce contexte, la Fed souhaiterait une amélioration accrue du marché du travail (tout en reconnaissant le rythme impressionnant de la création d’emplois et du recul du taux de chômage jusqu’ici), afin de rapprocher l’inflation de son objectif de 2% (qui devrait être atteint selon elle d’ici 2018).

 

Cependant, malgré l’attitude du comité dans l’ensemble légèrement plus accommodante, Janet Yellen, la présidente de la Fed, a tenu à souligner que les perspectives économiques générales n’avaient pas sensiblement changé. En dépit de certains risques liés à la Chine et aux autres marchés émergents, la croissance intérieure aux Etats-Unis reste positive, renforcée par les dépenses de consommation et d’investissement. La majorité des membres de la Fed est toujours convaincue que le premier tour de vis aura lieu en 2015 (seul un petit nombre table sur 2016) et Janet Yellen a réitéré sa préférence pour un durcissement monétaire lent et progressif. Assurément, les décideurs américains auront à cœur d’éviter de provoquer un choc susceptible de déstabiliser la reprise économique.

Incertitude certaine

Le problème actuel est que la seule certitude que les acteurs du marché peuvent retirer d’hier est l’incertitude constante. Sans doute a-t-on l’impression que les investisseurs sont entrés dans un état de lassitude quasi mélancolique quant à savoir s’il y aura ou non une augmentation des taux et quand, ce que certains médias qualifient de « ras-le-bol de la Fed ». Toutefois, nous passerons de nouveau par cette épreuve, et peut-être plusieurs fois avant que la Fed ne finisse par intervenir. Par conséquent, il n’est pas étonnant que certains analystes commencent à se demander si le risque consiste à relever les taux trop tard plutôt que trop tôt.

 

La Fed semble envoyer des messages contradictoires. D’une part, Janet Yellen est allée jusqu’à déclarer que la reprise avait « progressé suffisamment… pour qu’un relèvement des taux d’intérêt se justifie à l’heure actuelle » ; d’autre part, la Fed a désormais indiqué qu’elle examinait des facteurs au-delà de la croissance intérieure et que la conjoncture économique mondiale – et la volatilité sur les marchés financiers internationaux – pouvait influencer sa décision. A cet élargissement des circonstances dont dépend une hausse des taux s’ajoute la complexité accrue des facteurs à analyser par quiconque tentant de prévoir la prochaine décision de la Fed. Y a-t-il une raison de croire à un changement substantiel de ces circonstances d’ici la fin de l’année ? Qu’en est-il de 2016 ? Pouvons-nous prévoir avec certitude quand les risques sur les marchés émergents vont s’atténuer ? Quand les marchés vont-ils se stabiliser ? Quand l’inflation va-t-elle refaire son apparition ?

Un contexte d’investissement favorable

Selon nous, tout ceci ne fait que renforcer l’opinion exprimée à plusieurs reprises dans le blog (notamment iciiciiciiciet ici), à savoir que consacrer trop d’énergie à tenter de percevoir les indications utiles (du point de vue d’une allocation d’actifs à long terme) dans les moindres détails des propos et des mesures des décideurs est non seulement stérile, mais potentiellement dangereux. Dangereux, dans le sens où surestimer l’importance de la relation entre orientation monétaire et contexte économique réel pourrait nous détourner des facteurs fondamentaux qui importent véritablement. A notre avis, ces facteurs révèlent toujours globalement un contexte où la consolidation de la reprise dans les pays occidentaux a peu de chances d’être déstabilisée par des risques (réels) sur certains marchés émergents, notamment dans un monde où le recul des cours des matières premières contribue à soulager le portefeuille du consommateur.

Dans ce contexte, comme toujours, il faut éviter d’être perturbé par la « rumeur », ou de l’alimenter. Toutefois, nous sommes convaincus de l’intérêt d’être sensibles aux échos extérieurs et de surveiller attentivement les fondamentaux associés à la volatilité injustifiée des prix des actifs. Ce type de volatilité génère souvent un contexte d’investissement favorable ; ce sera notre ligne de conduite avant, pendant et après la prochaine réunion de la Fed.

par CAITLIN HUGHES

Accèder au blog de M&G 

 

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
M&G DYNAMIC ALLOCATION FUND M&G INVESTMENT MANAGEMENT LTD. Juan NEVADO / Tony FINDING Mixtes Mondial Flexible 3 071.60 M€ 6.13 % 2.09 %

Articles similaires

LE PÉTROLE EST PRIS ENTRE 2 FEUX

LA CITATION DE LA SEMAINE   « Ce n’est pas tant que des temps difficiles arrivent ; le changement qu’on observe est essentiellement que les...

09/05/2016 - Publié par ACTIS ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

QU'ATTENDRE DE 2016 APRÈS UNE ANNÉE 2015...

L’année 2015 aura été moins faste pour les marchés financiers que certaines prévisions de début d’année ne l’escomptaient. Trois facteurs sont...

05/01/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché