Quel diagnostic fait Dorval AM du contexte économique des élections présidentielles françaises

Par Dorval AM

27/04/2017 - Publié par DORVAL ASSET MANAGEMENT dans Marché Actions

Quel diagnostic fait Dorval AM du contexte économique des élections présidentielles françaises

Les résultats du premier tour des élections présidentielles en France montrent un pays très divisé politiquement, où la moitié des voix se sont portées sur des candidats de la protestation radicale – un record. Ces évolutions sont en ligne avec ce que l’on a observé dans d’autres pays, comme en Angleterre ou aux Etats-Unis. Cependant, les protestations françaises ont peu de chances de s’agréger. Le programme du Front National rencontre en effet des objections de toutes parts. Les électeurs de gauche y voient une menace pour la démocratie, et ceux de droite—les séniors en particuliers—rejettent son programme économique plutôt à gauche et clairement anti-Européen. Seuls 22% des français veulent revenir au franc. Logiquement, les sondages suggèrent donc que le candidat pro-européen Emmanuel Macron serait élu le 7 mai prochain avec environ 60% des voix.

 

Quel diagnostic fait Dorval AM du contexte économique de cette élection, au niveau mondial et au niveau français ?

Ces élections se déroulent dans un contexte économique très favorable. Pour la première fois depuis la chute de L. Brothers en 2008, nous assistons depuis l’été dernier à une reprise mondiale synchronisée. Toutes les régions du monde sont en croissance cette année, avec une mention particulière pour les pays émergents et pour la zone euro. En Europe, justement, la surprise favorable est venue des deux pays qui étaient longtemps restés en marge de la reprise : La France et l’Italie. Les enquêtes auprès des entreprises indiquent sans ambiguïté possible que l’économie française accélère sensiblement depuis l’automne, des secteurs longtemps déprimés comme la construction commençant enfin à respirer. En Italie, la reprise est plus récente, mais elle est de plus en plus convaincante, en particulier dans l’industrie. De ce fait, les entreprises cotées dans la zone euro affichent des résultats de plus en plus solides, plus la moitié d’entre elles devant rapporter en 2017 des croissances à deux chiffres des bénéfices par action.

 

Selon Dorval AM, ces élections menacent-elles cette dynamique favorable ?

Potentiellement, les élections françaises portent un risque majeur, celui d’une remise en question radicale de l’infrastructure institutionnelle et monétaire de la zone euro. Ce sera d’ailleurs un des enjeux majeurs du deuxième tour. Comme on a pu l’observer en 2011 et 2012, ce type de crise peut conduire à une récession. Les investisseurs étrangers détiennent près de 900mrds d’euro de dette française, position jusqu’ici épargnée par la crise de l’euro. Quel serait leur attitude si le prochain chef de l’Etat français portait un projet anti-euro ? Les risques ne sont pas minces. C’est la raison pour laquelle, malgré une dynamique économique très favorable, les actions de la zone euro subissent une décote d’environ 10% par rapport à la moyenne historique de la décote standard des actions européennes par rapport aux actions américaines. Cette prime devrait pouvoir disparaitre si le prochain président ancre son programme solidement dans le cadre européen. Au vu des sondages, ce scénario favorable pour les marchés semble très probable.

 

Le résultat du 1er tour des élections présidentielles impacte-t-il vos portefeuilles et vos allocations ?

Oui. Nous avions par prudence réduit nos expositions au risque dans nos fonds flexibles au cours de la campagne électorale à travers des stratégies de couverture. Nous les avons maintenant remonté, à 75% pour Dorval Convictions, et à 40% pour Dorval Flexible Monde.

Nos fonds sont désormais bien investis dans nos thèmes favoris : reprise de l’investissement et du secteur de la construction en Europe, valeurs bancaires, petites et moyennes valeurs, et sociétés exposées aux pays émergents.  Et bien entendu aussi la numérisation de l’économie, qui reste un thème central chez Dorval AM.

Nous continuerons néanmoins à suivre l’évolution des sondages d’ici le deuxième tour, prêts à modifier à nouveau nos allocations si besoin.

 

Ce document est fourni à titre d'information, il n’a pas de valeur précontractuelle ou contractuelle. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils, des recommandations de la part de Dorval AM. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement.

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

QUELLE STRATÉGIE APRÈS LE NON AU RÉFÉR...

Plus de 60% des grecs ont voté contre les propositions des créanciers offrant ainsi un plébiscite à Alexis Tsipras. Fort de cette victoire...

07/07/2015 - Publié par WISEAM

Actions / Analystes et économistes

LA TENDANCE HAUSSIÈRE DES MARCHÉS ACTION...

La croissance au sein des économies développées s’accélère progressivement, mais reste relativement faible, explique Christophe Donay, responsable...

18/06/2015 - Publié par PICTET & CIE (EUROPE) S.A.

Actions / Analystes et économistes