Produits structurés à haut rendement

contre prêts des Etats à taux ridiculement bas

06/10/2011 - Publié par OPCVM360 dans Marché Autre

Produits structurés à haut rendement

Le démantèlement de la banque Dexia vient au moment où se pose la question de la recapitalisation des banques en Europe. Les Etats Français, Belge et Luxembourgeois sont venus au secours de Dexia en 2008, en prêtant des fonds avec un taux de crédit déconnecté du risque potentiel.

Les négociations en cours pour le rachat activité par activité de Dexia nous diront si les Etats ont prêté à fond perdu ou pas. Pendant que la Grèce ou l’Italie bénéficient actuellement de taux qui sont inférieurs aux taux qu’emprunteraient les sociétés présentant des ratings identiques, certaines communes en France, ont investi près de la moitié de leurs fonds dans des produits structurés, offrant des taux de rendement élevés avec des ratings meilleurs que le risque en capital qu’ils présentent. La Seine Saint Denis est prise au piège comme bien d’autres. cf l’Express du 5 Octobre.  

Fort des modèles mathématiques, ces produits ne donnaient qu’un reflet assez flou du risque. Le peu probable devient improbable pour le rating et offrir un rendement attractif. Les vendeurs de ces produits étaient-ils capables de fournir les informations aux investisseurs sur le risque réel en cas de crise systémique ? L’attraction de ces produits reposait sur le taux plutôt élevé du coupon et sur leur durée courte comparativement à des investissements bon père de famille dont les coupons ne dépassaient pas les 3% par an, et avec des durations bien supérieures à celles des produits structurés. Il n’y a pas de “FREE LUNCH” comme le disent les Anglos-saxon. Il faut passer à la caisse à un moment ou à un autre. La Seine Saint Denis est prise au piège comme bien d’autres. Le maintien des taux bas  ou “easy quantitative”aurait dû permettre une relance économique. La mise de liquidités sur les marchés via, des taux bas ou directement par des fonds apportés aux banques par les Etats n’est pas rémunérée en fonction du risque. Les gouvernements seraient-ils pris au piège d’un engrenage qui consiste à fournir des liquidités sans une rémunération juste du risque ?

Pendant que les investisseurs se sont gavés de produits structurés ou d’actifs toxiques offrant des rémunérations alléchantes mais tonitruantes quand le  risque systémique peu improbable et donc ignoré, devient réalité.

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

BCE : LA RELANCE DU CRÉDIT MAL ENGAGÉE

Une nouvelle semaine conduite par l’attente pesante d’évènements soi-disant susceptibles d’animer enfin un marché obligataire atone : d’un côté de...

22/09/2014 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Autre / Commentaires de marché

A QUOI JOUENT LES ALLEMANDS ?

  Berlin ne joue pas le jeu de l’Europe sur les modalités et le calendrier : François Hollande et Mariano Rajoy ont souligné cette semaine à...

11/10/2012 - Publié par GSD GESTION

Autre / Commentaires de marché