Pourquoi faut-il croire à la hausse des actions sur 2015 ?

08/12/2014 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

Pourquoi faut-il croire à la hausse des actions sur 2015 ?

Cette semaine a connu une nouvelle hausse de la volatilité des marchés financiers qui s’est terminée pour la plupart d’entre eux par une progression. Fondamentalement, les tendances précédentes ont été confirmées : baisse du prix du pétrole et de l’euro, intervention prochaine de la BCE qui a toutefois un peu cafouillé ce jeudi en communiquant une deuxième fois après la clôture du marché pour rassurer des investisseurs qui avaient dans un premier temps été déçus par le manque de précisions de Draghi lors de sa conférence de presse. Sur la semaine, le CAC 40 gagne 0,67%, l’Eurostoxx 50 0,81% grâce au Dax qui progresse de 1,06%. Aux Etats-Unis, l'indice Dow Jones a également connu une hausse de 0,73% alors que le Nasdaq, pour une fois, baisse légèrement de 0,23%. A noter aussi la très bonne progression du Nikkei qui s’adjuge une hausse de 2,64%. Enfin, les derniers chiffres macro-économiques confirment les mêmes tendances à savoir une Europe en croissance faible et une économie américaine qui montre une croissance de plus en plus vigoureuse et surtout une nette amélioration des chiffres de l’emploi.

 

Une croissance économique plus forte en Europe en 2015

Il est important de revenir sur la question de la croissance économique en 2015 car c’est la seule incertitude importante au niveau des zones géographiques. On sait en effet avec une grande probabilité que la croissance US sera forte et que les émergents devraient aussi connaître des croissances plus élevées en 2015.  En Europe, a d’abord été annoncée par Eurostat ce vendredi une amélioration de la croissance au troisième trimestre avec une hausse de 0,2% en deuxième estimation, après une progression de 0,1% au T2. Evidemment ce n’est pas glorieux mais ceci constitue un signe encourageant et surtout signifie que nous ne sommes pas en récession, ce que le marché, lors des mouvements erratiques de juilllet et octobre, s’était mis à anticiper. Le détail de cette hausse fait état d'une consommation privée qui croît assez vite ( 0,5% sur le trimestre). On ne constate pas encore d’effets positifs sur les exportations, qui auraient dû être stimulées par la baisse de l’euro. Sur une base annuelle, la croissance européenne est confirmée à 0,8%, soit stable par rapport au T2. Par pays, l'Allemagne et l'Italie ont tiré la croissance à la baisse ( 0,1% et -0,1% sur le trimestre) alors que la France ( 0,3%) et l'Espagne ( 0,5%) sont mieux orientées. Ainsi, la croissance européenne repose sur la consommation. Ceci devrait se poursuivre dans les trimestres à venir en raison du recul des prix énergétiques qui renforcera le pouvoir d'achat des ménages européens. Nous pensons que les économistes vont donc réviser à la hausse la croissance du PIB en Europe sur 2015. En effet le prix du pétrole va rester à des niveaux relativement bas pour plusieurs raisons. La première tient à une stagnation depuis deux ans de la consommation de pétrole en Chine alors que les prévisions tablaient sur une hausse entre 8 et 9% par an, soit 1 million de barils / jour. Ceci est lié à une économie qui se désindustrialise et à la stagnation de certains secteurs clefs (automobile, textile, ciment, …). La deuxième raison tient à l’augmentation de la production de pétrole aux Etats-Unis. Enfin, la troisième raison tient à la volonté de l’Arabie Saoudite de protéger sa rente à long terme en maintenant sa part de marché, d’où son refus de baisser sa production. Le scénario le plus plausible serait d’avoir un prix du baril autour de 73 USD en 2015 et un retour vers 80/90 USD en 2016. Pour l’Europe, ceci reste une bonne nouvelle puisque les importations de pétrole représentent 4,5% du PIB, donc une diminution de prix de 30% conduirait à une amélioration de l’ordre de 1,3%. Il y a également des effets négatifs en matière de baisse de revenus (moins de taxes, …), donc au final l’effet positif sur la croissance européenne devrait être de l’ordre de 0,75% et ceci n’est pas encore acté dans les projections. La faiblesse de l'euro devrait également soutenir les exportations dans les trimestres à venir. Ceci va aussi participer à l’effet déflationniste ce qui va augmenter les taux d’intérêt réel et surtout le déficit public aura du mal à être réduit du fait de rentrées nettement moins importantes de TVA dans les caisses de l’Etat. Il ne serait pas très surprenant de revoir pointer à court terme le discours d’une nouvelle hausse de TVA pour pallier ces effets négatifs.

 

Les actions en 2015 : une réelle opportunité !

 

En conclusion, l’existence de flux financiers toujours importants, le fait que ceux-ci iront moins naturellement s’investir dans les marchés obligataires en raison de la remontée très prochaine des taux, font que l’investissement actions devrait être la thématique de l’année 2015. En termes de zone géographique, l’Europe qui rentre désormais en recovery présente une valorisation plus attractive que les Etats-Unis, qui auront eux à gérer en 2015 une remontée des taux d’intérêt plus forte et aussi une hausse du dollar. En termes sectoriels, les secteurs de la consommation après avoir réalisé une année assez mitigée en 2014 devraient connaître une embellie en 2015, de même que les secteurs « early cyclicals » dans l’optique de la hausse prochaine du PIB (financières, technologie de l’information, certaines valeurs industrielles…).

 

Source : Jean-Noël Vieille

Lettre hebdomadaire 360Hixance am n° 123, Lundi 08 Décembre 2014

Articles similaires

TOUJOURS PLUS HAUT !

Il est étrange de retrouver les points hauts des marchés en ce début de deuxième trimestre alors que les signaux macro-économiques restent...

25/04/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

HERMITAGE GESTION PRIVÉE : QUELLES PERSPE...

Quelles perspectives pour les marchés financiers dans un environnement de taux négatifs et deux mois après le Brexit ? Tout d’abord, nous...

31/08/2016 - Publié par HERMITAGE GESTION PRIVÉE

Allocations d'actifs / Commentaires de marché