Politique de Gribouille de la FED

30/09/2013 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

Politique de Gribouille de la FED

Politique de Gribouille de la FED et accentuation des risques politiques.

Avec un peu plus de recul, on constate que la FED a fait une erreur de communication lors de sa dernière intervention. Elle espérait rassurer les marchés financiers en annonçant la poursuite de sa politique accommodante et surtout stopper la remontée des taux d’intérêt. Pour cette fois au moins, les investisseurs sont restés dubitatifs, et aucune direction claire n’a suivi la décision que ce soit dans le domaine des actions (on assiste plutôt à une consolidation) ou pour les taux (relative stabilité). Finalement, c’est son changement de mode de communication qui est en cause. La Fed avait habitué les marchés financiers à des « forward guidances » afin d’influencer les anticipations des investisseurs et éviter les surprises. Dans sa dernière déclaration elle a ainsi modifié sa communication en se contredisant sur ses achats d’actifs et en modifiant aussi les critères observés (le retour à un taux de chômage de 6,5% ne sera plus le seul indicateur susceptible de valider une remontée des taux !). En outre, les membres de la FED ont tenu des propos contradictoires, entretenant un peu plus des indécisions sur les prochaines réunions. Les investisseurs ayant horreur d’un manque de visibilité, il est normal d’assister à une consolidation des marchés financiers d’autant que des facteurs de risques de plus en plus nombreux apparaissent.

 

Vers un blocage du budget US ?

 

Les républicains de la Chambre des représentants, très influencés par les membres radicaux du Tea Party, poursuivent l’épreuve de force sur le budget, rendant probable la paralysie de l'Etat fédéral mardi prochain. La Chambre a en effet adopté ce samedi dans la nuit un projet de loi de finance provisoire qui financerait les opérations de l'Etat fédéral jusqu'au 15 décembre, mais en reportant d'un an l'entrée en vigueur de la réforme du système de santé, qui doit s'appliquer à partir de 2014. C’est donc une attaque en règle contre Obama, puisque cette réforme est « la » réforme de son mandat. Ceci sera inévitablement rejeté par le Sénat, à majorité démocrate, la Maison Blanche ayant d’ailleurs annoncé samedi que le président opposerait son veto dans le cas improbable où le texte était adopté par le Congrès. Les deux chambres du Congrès doivent impérativement adopter un texte commun d'ici lundi soir, fin de l'exercice budgétaire 2013, faute de quoi des centaines de milliers de fonctionnaires (justice, sécurité nationale, …) pourraient être mis en congés sans solde dès mardi matin, et jusqu'à ce que le Congrès vote de nouveaux crédits pour financer les opérations gouvernementales. Cette paralysie de l'Etat fédéral serait la première depuis janvier 1996. Toutefois, en avril 2011, une situation similaire avait été résolue une heure avant la date limite, attendons donc lundi soir le verdict. Il y a enfin un élément plus grave, cette bataille entre républicains et démocrates peut pousser les États-Unis en défaut de paiement en refusant de relever ou suspendre le plafond légal de la dette d’ici le 17 octobre. La politique de gribouille et de la bêtise n’est pas loin.

 

L’Italie revient au-devant de la scène ?

 

Les questions politiques et sociales reviennent d’actualité en Europe. L’Italie va ouvrir une nouvelle crise politique avec le départ du gouvernement des ministres liés à Berlusconi en raison de la menace d’exclusion du Sénat qui pèse sur lui. Le scrutin municipal portugais a montré, avec la victoire de l’opposition socialiste, la défiance du peuple vis-à-vis de l’austérité que la Troïka leur a imposée. La situation de l’Allemagne n’est pas plus sereine car Angela Merkel pourrait être amenée à payer assez cher sa nécessaire alliance avec le SPD. Ce dernier exige la ratification d’un accord de gouvernement auprès de ses militants qui aujourd’hui sont opposés à une alliance. Bref, dans beaucoup d’endroit, c’est l’incertitude politique et sociale qui devient un nouveau risque majeur pour l’économie et les marchés financiers.

 

Quelle stratégie adopter ?

 

La semaine précédente nous a quelque peu donné raison dans notre analyse qui restait assez prudente, les marchés ont en effet été très indécis. Les problèmes politiques américains vont évidemment diriger les marchés de la semaine prochaine, le pire n’est pas à exclure, chacun des protagonistes adoptant des postures très idéologiques, mais Obama a l’avantage de faire porter aux républicains la responsabilité du blocage. Nous allons par ailleurs progressivement rentrer dans la publication des résultats du troisième trimestre, on constate déjà plusieurs « profit warnings » qui pourraient évidemment précipiter le marché à la baisse. Ceci devrait alors conforter notre stratégie très prudente de moindre exposition dans un marché où les investisseurs ont plus de doutes que de certitudes !

Jean-Noel Vieille

Lettre hebdomadaire Hixance n° 68, lundi 30 septembre 2013

Articles similaires

HERMITAGE GESTION PRIVÉE : QUELLES PERSPE...

Quelles perspectives pour les marchés financiers dans un environnement de taux négatifs et deux mois après le Brexit ? Tout d’abord, nous...

31/08/2016 - Publié par HERMITAGE GESTION PRIVÉE

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

LES MARCHÉS FINANCIERS SANCTIONNENT DE MA...

Encore une semaine difficile pour les marchés financiers. Il n’y a pas eu de facteurs majeurs pour expliquer ce retour de l’aversion aux risques...

09/05/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché