Plus de 71% des économistes craignent toujours une sortie de la Grèce de la Zone Euro en 2016

L'analyse d'Oaks Field Partners

22/07/2015 - Publié par OAKS FIELD PARTNERS (OFP) dans Marché Actions

Plus de 71% des économistes craignent toujours une sortie de la Grèce de la Zone Euro en 2016

Le scepticisme règne sur les marchés financiers. En effet, la vacillante viabilité de l’accord entre la Grèce et ses créanciers ainsi que le non traitement du problème de la dette publique réduisent les chances de réussite du troisième plan d’aide sur le moyen terme.

Les récents sondages montrent que plus de 71% des économistes craignent toujours une sortie de la Grèce de la Zone Euro en 2016 (Bloomberg). L’implémentation du plan d’aide sera également génératrice d’incertitude, la dégradation de la situation économique du pays et la baisse importante de la confiance des agents économiques risquent de réduire les effets des réformes exigées par les créanciers.

Aux Etats-Unis, les débats sur un hypothétique resserrement monétaire perdurent, alors que les chiffres économiques sont de plus en plus décevants. La baisse importante de l’indice NFIB (petite entreprises) et des enquêtes de confiance régionales (New York, Philadelphie) remettent en cause les anticipations de reprise économique forte au deuxième trimestre 2015. Les conditions pour une hausse des taux directeurs aux Etats-Unis en 2015 ne semblent pas réunies pour le moment. Globalement, le ralentissement de l’économie mondiale se confirme.

La baisse de la demande s’est répercutée sur les prix des matières premières qui frôlent les plus bas niveaux de 2008 (indice S&P GSCI). Ainsi, les indices d’inflation devraient rester faibles les prochains mois.

 

Marché de taux et de change

Les marchés obligataires sont en hausse sur la semaine malgré l’accord conclu le weekend dernier entre la Grèce et ses créanciers. En effet, les obligations furent portées par la baisse importante du prix du pétrole, le scepticisme quant à la durabilité du plan d’aide à la Grèce et les chiffres économiques peu encourageants des Etats-Unis. L’accord sur la Grèce est loin d’être durable, la question centrale de la restructuration de la dette n’étant pas traitée. Des divergences importantes de point de vue persistent entre les créanciers sur la forme que prendrait un allègement de la dette. L’opposition allemande à toute réduction nominale (haircut) du montant de la dette réduit sensiblement la probabilité d’un accord, alors que cette dernière atteint désormais 220% du Pib (en incluant le troisième plan d’aide récemment concédé).

Les inquiétudes en ce qui concerne l’économie chinoise et la faiblesse de la demande mondiale pèsent sensiblement sur les prix des matières premières qui ont atteint de nouveaux plus bas depuis la crise de 2008.

Aux Etats-Unis les chiffres économiques pour le mois de juin furent décevants dans l’ensemble, notamment la contraction des ventes au détail et la baisse de l’enquête de confiance des petites entreprises (NFIB). Par ailleurs, l’inflation sous-jacente hors immobilier (CPI less food, energy & Shelter, source BLS) est stable sur le mois à 0.9%, et l’inflation est toujours faible à 0.1%.

Le marché des changes fut animé par les mouvements sur devises asiatiques et matières premières qui baissent contre Dollar USD. Ainsi, la montée du risque chinois et la baisse des matières premières ont pénalisé le Dollar Néozélandais (NZD), le Dollar Australien (AUD) et le Baht Thaïlandais (THB), en baisse de plus de 1% sur la semaine. En Europe, l’Euro est également en baisse contre Dollar USD.

 

Marchés Actions, de Crédit et de Matières Premières

Le dénouement « temporaire » des négociations avec la Grèce a permis aux indices actions, et notamment européens, de rebondir de manière exceptionnelle.

L’accord ne semble cependant viable sur le long terme, aucune solution n’a été avancée pour la croissance du pays qui devrait repartir en récession. Les efforts demandés à la Grèce sont donc beaucoup plus durs que ce qu’ils auraient été au début de l’année. Les banques continuent de survivre grâce au programme ELA de la Banque Centrale Européenne qui les suit jour après jour. La volatilité des marchés actions créée par l’instabilité grecque ne devrait donc pas disparaitre au deuxième trimestre. Aux Etats-Unis, la saison des résultats se poursuit.

Encore une fois, les entreprises maintiennent l’illusion d’une croissance grâce à des techniques comptables, en rachetant leurs actions ou en réduisant leurs coûts. En revanche, la réalité ne peut être masquée par les chiffres d’affaires qui peinent à croître et sont toujours attendus en contraction cette année.

Apple, la première capitalisation du pays, publiera ses résultats ce soir. Il est intéressant de noter que Apple est l’un des plus gros contributeurs à la croissance des profits du S&P500 et qu’en même temps, les ventes d’Iphones commencent à ralentir. Les perspectives ne semblent guère encourageantes et devraient peser sur les créations d’emplois et en conséquence sur la politique monétaire de la FED. Nos stratégies restent concentrées sur la vente d’actions américaines et japonaises.

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
OFP EURO SOVEREIGN BOND FUND OAKS FIELD PARTNERS (OFP) Abbas BENBOUBKER Obligations d'Etats Moyen Terme 21.73 M€ 3.94 % 3.61 %
OFP 400 OAKS FIELD PARTNERS (OFP) Emeric CHALLIER Alternatif 'Global macro' 34.28 M€ -6.84 % -5.07 %
OFP 150 OAKS FIELD PARTNERS (OFP) Emeric CHALLIER Alternatif 'Global macro' 60.59 M€ -2.68 % -1.84 %
OFP OPTIMAL VALUE OAKS FIELD PARTNERS (OFP) Sébastien LE BERRE - 4.92 M€ 4.69 % 2.66 %

Articles similaires

APRÈS DES NÉGOCIATIONS DIFFICILES, UN AC...

Après des négociations difficiles, un accord concernant la Grèce a été trouvé. En écartant l’hypothèse du GREXIT (sortie de la zone euro), les...

13/08/2015 - Publié par FEDERAL FINANCE GESTION

Actions / Commentaires de marché

FLASH SPÉCIAL : POINT SUR LES MARCHÉS FI...

Pourquoi faut-il profiter d’un marché qui devient irrationnel ?   Ce n’est pas la première fois que le marché connait une volatilité très élevée...

18/02/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Actions / Commentaires de marché