PETIT TRAITÉ DE MANIPULATION DES MARCHÉS À L’USAGE DES HONNÊTES INVESTISSEURS

L'analyse de CPR AM

18/05/2015 - Publié par CPR ASSET MANAGEMENT dans Marché Actions

PETIT TRAITÉ DE MANIPULATION DES MARCHÉS À L’USAGE DES HONNÊTES INVESTISSEURS

Comment imposer aux marchés financiers sa vue et lui impulser une dynamique contraire pour réaliser des gains colossaux ?

Cette question, presque aussi vieille que les marchés eux même, a trouvé de multiples réponses. En effet, l’histoire de la finance est riche de ces « gourous » qui fondèrent leur stratégie en tenant compte non seulement de leur puissance financière mais surtout de leur influence sur les autres agents.

L’un des premiers manipulateurs de marché fut sans aucun doute Nathan de Rothschild qui fit sa fortune et sa légende sur la dette britannique en 1815 par une utilisation habile de ses pigeons voyageurs et des informations qu’ils lui délivraient. Par la suite nombre de gérants de hedge funds tentèrent, eux aussi d’user ou d’abuser de leur notoriété avec plus ou moins de succès.

Que penser alors du tweet du 21 avril de l’ex patron de PIMCO, Bill Gross, qui déclare à ses « followers »que vendre de l’obligataire allemand 10 ans (sans le posséder évidemment) est LA stratégie de sa vie, comprendre l’investissement le plus juteux que vous pourriez (lui faire) réaliser. Avec des niveaux de 0,07%, le conseil semble des plus judicieux. Mais lorsque plusieurs gérants de Hedge Funds comme Jeff Gundlach enfoncent le clou quelques jours plus tard, le risque d’emballement voire de krach obligataire ne semble plus si éloigné. Nous vivons aujourd’hui une époque exceptionnelle qui a amené des mesures inédites dont certains fins limiers pourraient tirer bénéfices, à court terme. Aujourd’hui, la forte remontée des taux ne nous semble pas de nature à engendrer un scénario adverse à part entière, une poursuite de la dégradation pourrait, bien évidemment, nous pousser à reconsidérer notre position. Ainsi nous maintenons nos trois scénarios de marchés pour ce mois.

Notre scénario central milite pour une poursuite des révisions en hausse dans la zone euro qu’ils soient macroéconomiques ou microéconomiques. Les différents marchés progresseraient, encore une fois de concert, mais pas linéairement.

Le premier scénario adverse anticipe de mauvaise interprétation du discours de la Réserve fédérale engendrerait des répercussions fi nancières importantes à la fois sur les taux américains qui reviendraient vers 2,7% pour le 10 et sur les actions qui chuteraient de plus de 5% en fonction des zones.

Deuxième risque, ou scénario adverse, l’anticipation du Grexit par le marché. Dans ce scénario de mini-dislocation de la zone euro, les investisseurs étrangers retireraient massivement leurs liquidités, créant un effondrement des bourses de la zone. Dans ce contexte, les Etats-Unis résisteraient mieux en ne cédant « que » 5% sur les trois prochains mois.

En conséquence nous maintenons notre curseur actions à 100% et notre curseur obligataire à 95%.

 

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
CPR EUROPE LOW CARBON CPR ASSET MANAGEMENT Eric LABBÉ Actions Europe 16.26 M€ -10.14 % -12.00 %
CPR CROISSANCE DEFENSIVE CPR ASSET MANAGEMENT Jérôme SIGNOLLET Mixtes Mondial Défensif 783.49 M€ 1.86 % 1.22 %
CPR RENAISSANCE JAPON CPR ASSET MANAGEMENT Rodolphe TAQUET Actions Japon 18.51 M€ 0.59 % 1.12 %
CPR MIDDLE CAP FRANCE CPR ASSET MANAGEMENT Eric LABBÉ Actions France 125.60 M€ 0.72 % 1.25 %
CPR SILVER AGE CPR ASSET MANAGEMENT Vafa AHMADI Actions Europe 1 041.24 M€ -11.08 % -10.81 %

Articles similaires

UNE NOUVELLE MONNAIE PARALLÈLE GRECQUE, U...

Les divergences de vues économiques et politiques semblent trop fortes entre le FMI, la Commission Européenne, la BCE, et le nouveau gouvernement...

08/07/2015 - Publié par OAKS FIELD PARTNERS (OFP)

Actions / Analystes et économistes

SURPONDÉRATION DES ACTIONS EUROPÉENNES, ...

Portée par une croissance bénéficiaire (BPA) à deux chiffres, la faiblesse des prix du pétrole, une politique monétaire accommodante et des...

14/04/2015 - Publié par RUSSELL INVESTMENTS FRANCE

Actions / Analystes et économistes