DNCA Eurose : que peut on encore espérer?

Interview de Philippe Champigneulle, co-gérant d'Eurose

22/01/2015 - Publié par DNCA FINANCE dans Marché Actions

DNCA Eurose : que peut on encore espérer?

Les encours du fonds ont beaucoup augmenté ces deux dernières années. Cette croissance a-t-elle changé votre style de gestion et votre approche des marchés ? Sommes nous face à une taille critique ?
L’évolution des encours n’a changé ni notre style de gestion ni notre approche des marchés et cette croissance n’a en aucun cas pénalisé la performance du fonds pendant l’année écoulée.
De plus, nos encours actuels ne représentent nullement une taille critique. Concernant notre sélection d’actions, nous favorisons très largement les grandes capitalisations dont la liquidité est excellente. Pour le reste, il faut bien se rendre compte que la zone euro est un espace monétaire comparable à celui des Etats-Unis, peut-être un peu moins efficient, mais dont la liquidité est largement suffisante pour gérer des fonds obligataires de plusieurs milliards d’euros.
En revanche, la liquidité du fonds et la gestion des risques sont des sujets devenus prioritaires. Nous avons renforcé nos contraintes, notamment sur l’emprise et la diversification des émetteurs afin de garantir une bonne liquidité dans le fonds.


Votre fonds investit en actions et obligations de la zone euro. Face à certains concurrents qui peuvent miser sur les devises étrangères, et qui profitent de la hausse actuelle du dollar, n’est-ce pas contraignant voire pénalisant pour votre gestion ?
Nous ne l’envisageons pas du tout comme une contrainte. Bien sûr, l’accès à d’autres marchés comme celui des devises ou la possibilité d’utiliser des produits dérivés sont des opportunités, mais ce sont aussi des risques supplémentaires qu’il faut pouvoir assumer, et expliquer, lorsque les anticipations du gérant sont contredites par les marchés. Par-dessus tout, notre volonté est de développer une stratégie simple, lisible et performante, fidèle à la philosophie de gestion de DNCA Finance depuis sa création.

Après deux années consécutives (2012 et 2013) à plus de 10%, quel potentiel peut-on  encore espérer ?
Concernant l’année en cours, la performance du fonds sur les trois premiers trimestres s’explique essentiellement par la bonne tenue du marché obligataire, à contre-courant de la plupart des anticipations de début d’année. La conséquence en est que la contribution des obligations à la performance sera forcément bien plus réduite à l’avenir.
A l’inverse, le recul des actions le mois dernier a été l’occasion de renforcer cette classe d’actifs à hauteur de 27% du portefeuille. Si l’environnement économique reste compliqué, nous pensons néanmoins, qu’au niveau actuel,
les actions devraient maintenant être le principal moteur de performance future du fonds. Pour les années à venir, Eurose se présente donc comme un fonds obligataire court terme complété par une poche actions dans une perspective de détention de trois ans minimum. Depuis plus de dix ans, le fonds délivre une performance annualisée de 5,49% avec une volatilité de 3,83% (données du 31/12/2002 au 30/11/2014). Dans un environnement de taux durablement bas, il faut bien évidemment s’attendre à des performances moins élevées dans le futur.

Concernant l’avenir justement et la perspective d’une hausse des taux, comment l’envisagez vous? Le fonds est-il préparé pour y faire face ?
La gestion d’un portefeuille obligataire dans un univers de taux bas est un exercice forcément difficile et tous les investisseurs à la recherche de rendement, du trésorier au gérant de fonds de pension y sont confrontés. A chacun d’y répondre en toute transparence et en cohérence avec le niveau de risque fixé dans le mandat confié par le client. Concernant la future hausse des taux, si elle semble inéluctable dans les pays anglo-saxons l’an prochain, il n’est pas du tout certain qu’elle ait des conséquences massives sur la partie plus longue de la courbe des taux, notamment en zone euro, où les taux courts devraient rester proches de zéro. Nous pensons qu’il faut être tout autant préoccupé par la situation de surliquidité mondiale qui conduit à des distorsions de valorisation de certains actifs surachetés ou détenus par défaut.

A titre d’exemple, il faut rappeler que le cumul des liquidités et du flux de remboursement des obligations d’ici fin 2015 représente près du quart des actifs du fonds. Il s’agit là d’un outil précieux pour réinvestir sur de meilleurs niveaux de rendement en cas de retour de la volatilité sur les marchés obligataires. Nous veillons à ce qu’Eurose conserve une volatilité maitrisée quelque soit l’environnement.

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
DNCA INVEST - EUROSE DNCA FINANCE Jean-Charles MÉRIAUX / Philippe CHAMPIGNEULLE Mixtes Europe Defensif 4 265.47 M€ 0.75 % -0.13 %
EUROSE DNCA FINANCE Jean-Charles MÉRIAUX / Philippe CHAMPIGNEULLE Mixtes Europe Defensif 3 759.06 M€ 0.81 % -0.08 %

Articles similaires

MARC RENAUD : LA HAUSSE DES INDICES EST EN...

Après une hausse de plus de 100% ds indices européens entre mars 2009 et février 2014, la hausse des indices est en voie d’achèvement selon Marc...

29/05/2014 - Publié par MANDARINE GESTION

Actions / Interviews

LES DISPARITÉS SUR LES MARCHÉS ACTIONS S...

Le contexte demeure favorable aux actions, notamment en zone Euro et au Japon, portés par l’intervention de leurs banques centrales. Depuis le...

12/05/2015 - Publié par CPR ASSET MANAGEMENT

Actions / Analystes et économistes