Pas de redressement rapide en vue pour la Chine

28/09/2012 - Publié par PETERCAM (LUXEMBOURG) SA dans Marché Allocations d'actifs

Pas de redressement rapide en vue pour la Chine

L'économie chinoise fait route, pour le troisième trimestre, vers une croissance de 7% sur base annuelle, soit nettement moins que la moyenne affichée au cours de la décennie écoulée (10%). Et à en croire les indicateurs avancés, cette tendance ne devrait pas changer de sitôt. La Chine a en effet beau avoir annoncé récemment un plan budgétaire pour tenter de relancer son économie, il est peu probable que cela débouche sur un véritable redressement.

 

Le ralentissement de l'économie chinoise fait suite à la faible demande internationale et au recul des investissements domestiques. En réaction à la faible croissance, la Banque centrale chinoise a déjà abaissé à plusieurs reprises ses exigences de réserves pour les banques commerciales et réduit également par deux fois ses taux directeurs (de 6,56 à 6%). Or, force est de constater que la politique d'assouplissement monétaire mise en place par les autorités chinoises depuis le début de l'année dernière pour enrayer le ralentissement de l'économie ne donne que peu voire pas du tout de résultats, ce qui laisse augurer de nouvelles mesures de relance monétaire au cours des prochains trimestres pour, avec le plan de 1.000 milliards de yuans (2 % du PIB) annoncé, soutenir l'activité économique.

 

Une accélération claire de la croissance en direction des niveaux d'avant-crise n'est toutefois pas pour demain. Car le montant précité a beau sembler impressionnant à première vue, il n'est rien au regard de l'injection de 2008-2009 qui correspondait à pas moins de 12% du PIB. De plus, les nouveaux investissements, essentiellement dans les routes et les chemins de fer, seront étalés sur plusieurs années ; ce qui en limitera sensiblement l'effet à court terme. Un retour à une croissance à deux chiffres n'est donc pas pour tout de suite et cela n'est du reste pas (et ne peut pas être) l'ambition du gouvernement chinois. Un retour aux anciens chiffres de croissance n'est même pas du tout souhaitable dans la mesure où ce rythme de croissance n'est possible qu'à condition que les investissements augmentent de plusieurs crans, ce qui n'est pas un scénario sain. Le déséquilibre actuel entre la part des investissements (autour de 50% du PIB) et la consommation (environ 35% du PIB) ne ferait en effet alors qu'augmenter, accentuant de ce fait la probabilité d'un atterrissage brutal par la suite. Les autorités chinoises ne sont du reste que trop conscientes aujourd’hui que le développement de la dernière décennie n'était pas durable.

 

Au regard des nouvelles mesures de relance, la Chine devrait pouvoir éviter un atterrissage brutal. Mais un retour structurel aux chiffres de croissance enregistrés avant la crise est totalement irréaliste. Dans le meilleur des cas, la croissance chinoise devrait retrouver un niveau proche de 8% (après 7,6% au deuxième trimestre et encore moins pour le trimestre en cours). Mais les risques restent orientés à la baisse en raison de la faible demande mondiale et des sombres perspectives, et ce n'est pas le nouveau plan de relance annoncé qui devrait y changer grand-chose.

 

 

Articles similaires

LES BRIC DANS LES CORDES !

Avec la récession dans la zone euro et la croissance décevante aux États-Unis, les pays BRIC méritent sans aucun doute un peu plus d’attention que...

13/07/2012 - Publié par PETERCAM MANAGEMENT SERVICES

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

LE PÉTROLE EST PRIS ENTRE 2 FEUX

LA CITATION DE LA SEMAINE   « Ce n’est pas tant que des temps difficiles arrivent ; le changement qu’on observe est essentiellement que les...

09/05/2016 - Publié par ACTIS ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Commentaires de marché