Mouvement de panique passager ou prélude à un nouveau repli ?

Jean Noel Vieille - 360Hixance AM

16/10/2014 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Actions

Mouvement de panique passager ou prélude à un nouveau repli ?

Pour la deuxième fois consécutive, la semaine a été très difficile pour les marchés financiers (le CAC se replie de 4,86%, le DAX de 4,42%, Eurostoxx 50, -4,53%) alors que l’on note une meilleure résistance des marchés américains (Dow Jones, -2,74% et Nasdaq à -4,45% avec un fort repli ce vendredi). Ces baisses successives ont de quoi surprendre et inquiéter. Les raisons qui semblent s’imposer sont les fortes craintes d’un ralentissement européen en lien avec une économie allemande qui s’essouffle. Des seuils techniques importants ont été cassés par les marchés financiers cette semaine qui ne présagent donc rien de bon pour la semaine à venir. Mais du côté fondamental, cette sévère correction nous interpelle : est-elle aujourd’hui cohérente avec les fondamentaux économiques? En effet, si on remonte aux justifications des précédentes baisses, surtout en 2008 et 2011, les facteurs explicatifs étaient évidents. Forte baisse de la croissance mondiale dans le premier cas et crise de l’euro et des dettes souveraines des états européens en 2011. Nous ne voyons pas en ce moment quoi mettre en face pour justifier un tel recul des marchés financiers, le ralentissement macro économique ne nous semble pas suffisant pour le justifier et les résultats des entreprises publiés ne sont pas non plus de nature à expliquer un tel retournement. La semaine qui vient sera charnière car soit le marché se reprend et finalement nous nous retrouverons à devoir travailler l’achat et la vente des actions à l’intérieur d’un range un peu plus large qu’attendu (par exemple pour le Cac 40 entre 4000 et 4500 points), soit il faudra être beaucoup plus vigilant et encore plus défensif en désensibilisant une nouvelle fois les portefeuilles.

Le ralentissement macro-économique attendu ne justifie pas ce fort repli

Les premières craintes des investisseurs portent sur l’économie européenne. La publication d’une chute de 4% de la production industrielle allemande, repli au-dessus des attentes, qui a suivi le recul des commandes d’août (- 5,7%), inquiètent les investisseurs. Le sentiment des marchés est que la BCE a épuisé à court terme une grande partie de ses munitions pour soutenir l’économie européenne. Le FMI puis l’OCDE n’ont rien arrangé en révisant à la baisse leurs projections de croissance mondiale, alimentant ainsi le pessimisme des investisseurs. Mais revenons à une certaine réalité, la révision de la croissance mondiale pour 2015 passe de +4% à +3,8%, ce qui ne justifie pas une telle baisse des marchés.

L’approche de la publication des résultats des entreprises a aussi pu justifier des « prises de bénéfices » de certains investisseurs. Les craintes portent sur le risque de révision à la baisse des guidances des entreprises pour la fin d’année, avec aux Etats-Unis un « effet dollar » négatif et un chiffre d’affaires décevant sur l’Europe. Le profit warning de Ford est ainsi significatif de certaines difficultés. Le constructeur automobile profite d’un marché automobile américain florissant mais baisse du fait de ses efforts de restructuration sur l’Amérique Latine et l’Europe. Enfin, élément psychologique important, les indices américains et aussi européens ont cassé des seuils techniques importants, un tel mouvement de correction ne s’était pas observé depuis plusieurs semaines. Ce week-end, certains représentants de la FED ont expliqué que dans l’hypothèse d’une révision en baisse de la croissance, le relèvement des taux d’intérêt pourrait alors être reporté. On essaie ainsi de remettre les banques centrales dans le jeu pour soutenir les marchés financiers.

Les secteurs exposés à la conjoncture sont sous pression

Pour confirmer que cette baisse renvoie bien à des doutes sur la croissance, il suffit de constater le différentiel de performance des différents secteurs d’activité. Ainsi, ce sont les sous-compartiments cycliques qui sont les plus touchés (Pétrole, Auto, Ressources de base, Semi-conducteurs, ..) alors que les secteurs défensifs (Immobilier, Alimentaire et Consommation) ont été épargnés. Enfin la volatilité s’est accrue puisque l’indice VIX se situe au-dessus de 20 pour la 1ère fois depuis février. Le recul du pétrole va aussi contribuer à contenir l’inflation à très bas niveau. Le baril de Brent a franchi le cap des 90$. Ce nouvel accès de faiblesse trouve son origine dans l’annonce de l’Arabie Saoudite d’une augmentation de sa production de 100.000 b/j durant le mois de septembre. Les pays de l’Opep entament un bras de fer pour tenter de compenser par les volumes les pertes sur le prix. Ainsi, le recul des taux souverains illustre les révisions à la baisse des anticipations d’inflation et un recul additionnel du prix des matières premières pourrait les entrainer encore plus bas.

Vers un rebond technique ?

D’un point de vue technique les marchés boursiers se sont considérablement dégradés au cours de la semaine dernière. Nous ne partageons toutefois pas totalement ce retour du pessimisme qui n’est pas entièrement cohérent avec le fondamental des entreprises. Nous sommes ainsi plutôt dans l’attente d’un rebond et surtout c’est la dynamique des résultats des entreprises qui va impacter les marchés et ceci pourrait constituer un soutien.

Articles similaires

INDICATEUR DE STRESS DES MARCHÉS FINANCIE...

L’indicateur de stress sur les marchés financiers construit par BIPE / AssetFi est un indicateur purement financier répondant à un double...

11/12/2012 - Publié par ASSETFI MANAGEMENT SERVICES

Actions / Avis d'experts

ÇA CRAQUE ! OÙ SONT LES POINTS DE REPÈR...

L ’année dernière pratiquement jour pour jour j’écrivais "Ça va péter"* où j’évoquais les fortes probabilités d’occurrence d’une crise liée à la...

26/02/2016 - Publié par LA FRANCAISE AM GESTION PRIVEE

Actions / Avis d'experts