Malgré la faiblesse actuelle, les Etats-Unis restent en bonne voie pour une reprise saine

01/02/2013 - Publié par PETERCAM (LUXEMBOURG) SA dans Marché Allocations d'actifs

Malgré la faiblesse actuelle, les Etats-Unis restent en bonne voie pour une reprise saine

Ces dernières semaines nous ont offert un long cortège de nouvelles économiques prometteuses, principalement en provenance des marchés émergents, et même d'Europe. Fait étonnant, les mauvaises nouvelles sont cette fois venues des États-Unis avec des indicateurs économiques décevants et, surtout, la contraction de l'économie américaine en fin d’année. Même si à 0,1% sur base annualisée, la contraction a été marginale, il n'en s'agit pas moins du premier chiffre négatif depuis la fin de la Grande Récession au printemps 2009.

 

Pourtant, le rapport sur le PIB n'est pas aussi mauvais que son titre ne le suggère. Le déclin de l'activité économique s'explique en effet uniquement par une réduction des dépenses (militaires) du gouvernement et des stocks qui, ensemble, ont provoqué une chute du PIB global de 2,4%. Les dépenses du secteur privé hors stocks se sont ainsi à vrai dire relativement bien comportées avec une contribution de 2,8% à la croissance du PIB. Ces facteurs négatifs du 4e trimestre ne devraient toutefois plus intervenir au cours des prochains trimestres et l'évolution négative des stocks ouvre même la porte à une contribution positive au cours de ce trimestre. En tant que tel, le faible chiffre au 4e trimestre n'affecte donc pas vraiment les perspectives de reprise de l'économie américaine en 2013.

 

Bien plus inquiétante est par contre la détérioration du moral des ménages américains ces dernières semaines, comme l'illustre la chute importante de la confiance des consommateurs. Il faut y voir là un effet direct de l'accord sur le mur budgétaire. Début janvier en effet, les responsables politiques ont évité une hausse importante des impôts en prolongeant les réductions d'impôts décrétées sous Bush et qui arrivaient à échéance. Seulement, ils ont aussi laissé expirer les réductions d'impôts temporaires sur les salaires (2%) décidées par Obama fin 2010, ce qui a provoqué une hausse de 2% des impôts sur les salaires au début de cette année, avec un coup global de 115 milliards de dollars sur les revenus des ménages.

 

Concrètement, si cela devait se traduire intégralement par une réduction des dépenses, le montant correspondrait à une contraction de 1% des dépenses des consommateurs (en réalité, l'impact direct sera moindre dans la mesure où le coup sera amorti par une réduction de l'épargne). Il n’en fallait bien sûr pas plus pour inquiéter les ménages et les sociétés et l'expiration des réductions d'impôts sur les salaires touchera la croissance économique au premier trimestre.

 

Pourtant, malgré ce coup malvenu porté au pouvoir d’achat des consommateurs, il reste des raisons d’être optimiste. Le marché du travail poursuit son redressement progressif et la croissance des salaires a enfin redémarré fin de l'année dernière. L'inflation est relativement faible et les prix des carburants se situent 14% en dessous de leur pic de septembre dernier. Les taux d’intérêt restent proches de leurs planchers historiques et les marchés d'actions ont très nettement progressé. Plus important encore, le marché immobilier poursuit son énergique reprise. Les excès ont été corrigés et la situation s'améliore à nouveau très clairement. De plus, les prix des maisons sont repartis à la hausse avec une progression moyenne de quelque 6% par rapport à leur plus bas. L'immobilier représentant toujours, et de loin, l'actif le plus important au bilan des ménages, il devrait pouvoir booster sérieusement la confiance des consommateurs.

 

La hausse des impôts sur les salaires fait certes mal aujourd'hui, mais son effet devrait s'estomper à mesure que les ménages s'adapteront. En attendant, les facteurs positifs devraient persister voire se renforcer tout au long de l'année. Associé aux perspectives plutôt positives pour l'immobilier et les entreprises, cela suppose qu'après une période plus faible l'automne dernier et cet hiver, l'économie américaine reste en bonne voie pour une reprise saine en 2013

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

VERS DE NOUVEAUX RISQUES GÉOPOLITIQUES.

Après les risques sur la croissance chinoise et ses répercussions sur l’économie mondiale en début d’année, les doutes sur les agissements de la...

19/07/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

DES SIGNAUX UN PEU PLUS POSITIFS !

Un peu de répi ! Comme attendu après encore une séance lundi dernier de " sell off ", les marchés se sont ensuite redressés au cours de la...

01/09/2015 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché