Les moindres tensions politiques font grimper les marchés !

Par Jean-Noël Vieille - lettre hebdomadaire n°233

02/05/2017 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

Les moindres tensions politiques font grimper les marchés !

Lundi dernier suite au résultat du premier tour des élections françaises, les marchés financiers ont connu une forte phase haussière dans des volumes importants. Au niveau du CAC 40 par exemple, il s’agit de la plus forte progression journalière depuis août 2012, époque marquée par le discours très accommodant de Mario Draghi pour sauver l’euro en pleine crise des dettes souveraines. Le risque était grand en France que ces élections confirment le mouvement populiste enregistré lors du Brexit et de l’élection de Donald Trump. La très probable victoire de Macron dimanche prochain, considéré par les marchés financiers comme centriste et très pro-européen a parfaitement rassuré les marchés en dépit de la mise hors jeu des deux partis qui ont gouverné tout au long de la cinquième république. Mais ces deux partis pourraient amorcer un début de renaissance avec les élections législatives de juin, amenant une « presque » cohabitation, certainement adoubée aussi par les marchés, puisqu’amenant une politique économique favorable aux entreprises. Désormais, une page politique se tourne et la prochaine échéance importante, les élections allemandes en septembre, se présente de façon moins inquiétante, la poussée de l’extrème droite (AFD) étant contenue et l’élection se jouera entre Angela Merkel (CDU-CSU) et Martin Schulz (SPD), deux candidats capables de gouverner ensemble. Les investisseurs semblent donc avoir augmenté leurs expositions aux actions à partir du début de la semaine dernière. Ce retour d’un appétit pour le risque a assez fortement profité au secteur bancaire, ceci reste logique puisque la sortie de la France de l’Euro par exemple, pénaliserait fortement le tissu bancaire. Cette reprise est aussi justifiée par la poursuite de l’embellie économique de la zone euro.

Sur l’ensemble des places financières, cette dernière semaine d’avril a été donc fortement haussière : +3,47% pour l’Eurostoxx50, +4,11% pour le CAC 40 et +3,23% pour le DAX. Le DJ affiche aussi une hausse de +1,91% et le Nasdaq de +2,32%. Le NIKKEI a marqué une forte progression à +3,09%.

 

US : Donald Trump fête ses 100 jours avec un record d’impopularité

Les 100 premiers jours de la présidence de Donald Trump ont été célébrés ce samedi 29 avril, jour qui marque aussi la date butoir du bouclage du budget fédéral qui doit être approuvé par le Congrès. Cette échéance a été repoussée au 5 mai prochain. En cas de désaccord entre ce dernier et l’administration Trump concernant le montant des dépenses fédérales, l’arrêt des activités gouvernementales (ou shutdown) pourrait être proclamé. Mais comme souvent en pareille situation, les deux parties parviennent à trouver un terrain d’entente.

Un mot sur la bilan. Donald Trump avait promis la mise en place de 10 nouvelles lois définissant les grandes lignes de sa politiques (réforme fiscale, loi anti-immigration, protection sociale…) au cours de ces 100 premiers jours mais aucune n’a encore été adoptées. Après l’échec d’une loi pour remplacer l’Obamacare, la première version de la réforme fiscale a été présentée mercredi et table sur une réduction de l’impôt sur les sociétés (actuellement de 39,6% pour les PME et de 35% pour les grandes entreprises) à 15%. Manifestement, les investisseurs doutent toujours de la capacité du président américain à appliquer ses propositions. La progression du Dow Jones cette semaine (+1,91%) est liée aux bonnes publications des entreprises plus qu’aux perspectives de mesures fiscales plus attrayantes. Les bénéfices des sociétés américaines sont désormais attendus en hausse de 12,4% au T1 (vs +10% au début de la période des publications). Ceci explique la progression toujours forte des marchés financiers US dans un contexte de baisse du dollar qui agit aussi comme soutien aux entreprises exportatrices. Les tensions géopolitiques se sont également poursuivies. Donald Trump a confié qu’un conflit majeur avec la Corée du Nord pouvait arriver bien qu’il préfère opter pour une issue diplomatique qui sera selon lui très difficile à atteindre. Il s’est également entretenu avec Pékin et Tokyo sur le sujet, ce qui signifie pour nous qu’il ne prendra pas de décisions intempestives sans en référer à ces deux pays, ce qui est le point le plus rassurant de la semaine. Il vaut mieux en effet que Trump s’en prenne à la Presse plutôt qu’à la Corée du Nord !

Les indicateurs économiques ont aussi pesé négativement sur les marchés US. Le PIB américain au T1 est ressorti en dessous des attentes (+0,7% vs +1%), tout comme la confiance des consommateurs en avril (120,3 vs cons 122,5). Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont progressé plus que prévu (+257k vs cons +245k). La croissance américaine est ainsi tirée par la dynamique de l'investissement des entreprises. Cet élément devrait se poursuivre et s'amplifier d'ici la fin de l'année à mesure que des précisions seront données par D. Trump sur son plan d'investissement.

 

Europe : hausse de l’inflation dans un contexte économique plus favorable

Plusieurs données économiques intéressantes en avril sont à noter dans la zone euro : en Allemagne, l’indice IFO est ressorti meilleur que prévu (112,9) atteignant un plus haut depuis 6 ans. En France, le climat des affaires dans l’industrie manufacturière a été aussi meilleur (108 vs cons 105) comme la confiance des consommateurs qui affiche un plus haut depuis octobre 2007. En Espagne, les premières estimations d’inflation sont ressorties supérieures aux attentes (+2,6% vs cons +2,5%) tout comme en Allemagne (+2% vs cons 1,9%). L’inflation en Zone Euro s’est ainsi accélérée (+1,9% vs cons +1,8%), se rapprochant de l’objectif de 2%. La BCE pourrait alors infléchir son discours en juin pour tenir compte de l'amélioration des perspectives de l'économie de la Zone Euro et de la hausse progressive de l’inflation. Les taux souverains ont assez peu réagi à ces chiffres d'inflation, les investisseurs considérant qu’il était nécessaire d’attendre encore des prochaines publications pour crédibiliser ce mouvement dans le temps.

 

Maintien d’un sentiment haussier à court terme !

Dernière semaine avant de connaître le prochain Président de la République française mais le suspense n’est plus là. Nous pourrions néanmoins enregistrer une volatilité plus élevée cette semaine en particulier suite au débat télévisé de demain soir où Emmanuel Macron a beaucoup plus à perdre et il est difficile de dialoguer de façon constructive sur le plan économique avec quelqu’un qui assène des contre-vérités. Si le marché corrige quelque peu, cela devra être mis à profit pour être globalement acheteur car notre sentiment reste que le trend de hausse n’est pas terminé. Les marchés restent pour le moment très optimistes, hier les marchés « futures » US ont fortement progressé, +0,9% pour le Nasdaq, en dépit d’indicateurs chinois défavorables. Les données officielles des indicateurs d’activité PMI sont ressorties à respectivement 51,2 pour la composante manufacturière (vs 51,8 en mars) et 54 pour la composante « services » (vs 55,1). Ces signes de ralentissement correspondent à la volonté du gouvernement chinois de contenir le crédit. Les autorités devraient continuer à arbitrer entre croissance et endettement, réduisant le potentiel d'accélération du pays pour les prochains mois.

En conclusion, le scénario haussier des marchés financiers doit se confirmer dans les prochaines semaines.

 

 

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

2017 : AMÉLIORATION ÉCONOMIQUE CONTRE AC...

Les marchés marquent le pas depuis quelques jours ce qui n’a rien d’anormal après la dernière phase haussière. Le facteur d'inquiétude majeur en...

25/01/2017 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Avis d'experts

OSER ÊTRE RAISONNABLE ET GARDER LE CAP.

L’adversité au risque a marqué l’évolution des marchés financiers depuis le début de l’année 2016, avec une poursuite de la correction des marchés...

12/02/2016 - Publié par EGAMO

Allocations d'actifs / Avis d'experts