LES MARCHES OBLIGATAIRES : RISQUES OU OPPORTUNITES

Retrouvez l'analyse du marché obligataire de Philippe DOUILLET, gérant des fonds Hixance Oblig 1-3 et Hixance Patrimoine - le 29/02/2016

03/03/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

LES MARCHES OBLIGATAIRES : RISQUES OU OPPORTUNITES

Comment analyser la situation actuelle du marché obligataire ?

Crainte sur la croissance mondiale, baisse des prix du pétrole et des matières premières, incertitude sur l’évolution et l’efficacité des politiques monétaires des principales banques centrales ont déclenché depuis le début l’année un violent mouvement d’aversion aux risques des investisseurs. L’impact de ce mouvement sur les marchés actions (jusqu’à -16% sur le CAC40, -18% sur l’Eurostoxx 50, -21% sur le Nikkei, -10.50% sur le S&P500 le 11 février) a déjà été largement commenté au cours des dernières semaines. L’impact de ce même mouvement sur les marchés obligataires a été tout aussi violent, aussi est-il important d’analyser ce que l’évolution récente a apporté en termes de risques et d’opportunités sur cette classe d’actifs qui reste une « brique d’allocation » essentielle dans la construction des portefeuilles patrimoniaux.

 

Pour analyser la situation actuelle des marchés obligataires, il faut d’abord distinguer deux marchés : celui des emprunts souverains et des signatures de première qualité (AAA à A) et celui des obligations privés des segments dits crossover et high yield (qualité de signatures inférieures ou égales à BBB+). Ces deux principales composantes du marché obligataire peuvent avoir des comportements très différents, particulièrement dans les phases de stress comme le démontre le graphe ci-dessous qui affiche les performances des différentes classes d’actifs depuis le début de l’année (arrêtées au 18/02/2016). On constate en effet sur ce graphe que la performance des taux souverains (+1,82%) est bien différente de la performance du High Yield en euros (-3,40%).

Dans les moments de crise comme ceux que nous avons connus depuis le début de l’année, les obligations souveraines et les obligations privées de bon rating (AAA, AA, A) servent d’actifs refuges pour les investisseurs averses aux risques. Les flux qui convergent vers ces obligations réputées sans risque font baisser les taux de façon significative : les emprunts d’états à 10 ans sont ainsi passés depuis le début de l’année de 1,00% à 0,46% en France et 0,63% à 0,11% en Allemagne. Une grande partie de la courbe des taux des emprunts d’états français et allemands se situe maintenant en territoire négatif : jusqu’à 7 ans en France et jusqu’à 9 ans en Allemagne. La courbe ci-dessous montre l’évolution des taux du Bund allemand à 10 ans sur les deux dernières années. Les investisseurs en emprunts d’états acceptent donc un rendement très faible, voire négatif, en contrepartie de ce qu’ils considèrent être une sécurité et nous verrons plus loin que cette sécurité peut n’être que relative.

A contrario, dans les périodes de crise, les investisseurs sortent massivement des actifs risqués : actions et crédit obligataire. Dans ces périodes, on constate d’ailleurs que la corrélation entre la baisse du cours des actions et l’élargissement des spreads des obligations privées se renforce très nettement. Et, de manière générale dans les moments de stress, plus la notation d’une obligation est faible, plus son comportement se rapproche de celui d’une action.

On voit donc que lorsqu’on parle de marché obligataire, il est important de définir plus précisément de quelle partie du marché on parle : le marché des emprunts d’état (et assimilés) ou le marché du crédit obligataires (les obligations privées). Dans les périodes de crises, l’utilisation et le comportement de ces deux segments de marché sont totalement opposées. Les investisseurs vont rechercher d’un côté la sécurité et de l’autre le rendement. Compte tenu de l’impressionnante variation des spreads observée sur le marché du crédit au cours des dernières semaines, il nous semble important de faire un point plus détaillé sur la situation actuelle de ce marché.

 

CECI N'EST QU'UN EXTRAIT - RETROUVEZ L'INTEGRALITE DU DOCUMENT EN CLIQUANT ICI

 

Ce document ne constitue en rien une offre d’achat, de vente ou de souscription d’instruments financiers, ni une offre de commercialisation d’OPCVM ou de services financiers. 360Hixance am décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces informations et des conséquences qui pourraient en découler. 360Hixance am ne saurait en conséquence être tenue pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues dans ce document.

 

 

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
HIXANCE PATRIMOINE 360 HIXANCE ASSET MANAGERS Philippe DOUILLET / Jean-Noël VIEILLE Mixtes Europe Defensif 21.23 M€ 0.67 % -0.29 %
HIXANCE OBLIG 1-3 360 HIXANCE ASSET MANAGERS Philippe DOUILLET Obligations Mixtes Court Terme 15.02 M€ 3.07 % 2.49 %

Articles similaires

MIROVA OBTIENT LE LABEL ISR D'ETAT POUR 21...

Filiale de Natixis dédiée à l’investissement responsable, Mirova vient d’obtenir le label ISR d’Etat pour 21 fonds dont elle assure la gestion,...

02/11/2016 - Publié par MIROVA

Allocations d'actifs / Vie des fonds

HERMITAGE GESTION PRIVÉE : QUELLES PERSPE...

Quelles perspectives pour les marchés financiers dans un environnement de taux négatifs et deux mois après le Brexit ? Tout d’abord, nous...

31/08/2016 - Publié par HERMITAGE GESTION PRIVÉE

Allocations d'actifs / Commentaires de marché