Les marchés financiers sanctionnent de mauvais chiffres économiques

Par Jean-Noël Vieille - Directeur de la gestion - lettre hebdomadaire n°187

09/05/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

Les marchés financiers sanctionnent de mauvais chiffres économiques

Encore une semaine difficile pour les marchés financiers. Il n’y a pas eu de facteurs majeurs pour expliquer ce retour de l’aversion aux risques mais l’incertitude sur la croissance économique US continue à peser. Les fermetures de quelques bourses jeudi en Europe et de trois jours au Japon ONT Créé une volatilité plus forte en raison de faibles volumes. Les autres explications que nous retenons pour justifier cette nouvelle baisse du marché des actions sont à rechercher du côté du comportement des banques centrales et des chiffres macro-économiques pas toujours bien orientés. En particulier, nous reviendrons sur les chiffres de l’emploi aux Etats-Unis publiés ce vendredi, et les derniers chiffres chinois qui témoignent aussi d’un ralentissement. Enfin, les marchés restent très influencés par la publication des résultats du premier trimestre des entreprises. On a le sentiment que les bonnes nouvelles sont rarement suivies de hausse alors que les mauvaises sont sanctionnées. Ceci est le propre des marchés en tendance baissière. Enfin rappelons que c’est aussi le moment des versements des dividendes qui font mécaniquement baisser les cours.

La semaine dernière, les indices boursiers ont chuté : -3,02% pour l’Eurostoxx50, -2,88% pour le CAC40 et -1,68% pour le DAX. Les marchés américains ont suivi un mouvement identique, mais dans une moindre ampleur. Le DJ affiche une performance de -0,19% % et le Nasdaq -0,82%, en raison de mauvaises publications de résultat. Le NIKKEI a lui aussi fortement chuté de -7,64%.

 

De nouveaux doutes sur l’intervention de la Fed en juin !

Au mois d’avril, il y a eu 160 000 créations d’emplois aux USA, soit un chiffre en-dessous des attentes du consensus (200k). Ceci fait suite à d’autres chiffres peu favorables pour cette économie : les indices ISM et PMI manufacturiers ont reculé en avril et sont désormais à 50.8 (vs respectivement 51.8 et 51.6). A l’opposé, les indices ISM et PMI des services ont progressé à 55.7 (vs 54.5) et 52.8 (vs 51.4). On constate ainsi une tertiarisation de l’économie américaine pas forcément favorable à la création d’emplois. Le marché de l’emploi reste central à toute décision de relèvement des taux directeurs de la Fed en juin. La réaction des marchés dans l’après-midi a d’ailleurs été contrastée puisqu’en début d’après midi ces chiffres décevants ont fait chuter le dollar et les marchés, mais en fin de séance ces deux tendances se sont inversées.

Les enjeux en termes de politique monétaire sont élevés. Ces chiffres assez faibles pourraient en effet alimenter les craintes d’une dynamique économique insuffisante pour maintenir les taux d'inflation proches du niveau de 2%. Les anticipations de relèvement des taux directeurs de la Fed pourraient alors être repoussées dans le temps. Beaucoup de membres de la Fed se sont exprimés au cours de la semaine dernière en donnant des visions très divergentes des prochaines décisions. Certains souhaitent une politique monétaire disciplinée, d’autres demandent plus de transparence mais en remettant en cause les objectifs poursuivis en matière d’inflation. Enfin, le dirigeant de la Fed de Saint Louis plaide pour le recours à des taux négatifs, ce qui signifierait alors une nouvelle baisse des taux. La décision de juin devrait aussi prendre en compte les effets du référendum anglais sur les marchés. Trois membres de la Fed ont laissé entendre qu'ils tiendraient compte de la volatilité des marchés à l’approche de ce vote. Cela ajoute un facteur d’incertitude supplémentaire : la Fed pourrait ne pas agir par une remontée des taux si les sondages montraient en juin une tendance positive du Brexit. Notre conviction reste une remontée des taux en juin, il en va selon nous de la crédibilité de la Fed sauf évidemment si les chiffres économiques devenaient très mauvais à l’échéance. Pour terminer sur la conjoncture américaine, on doit être inquiet à la fois d’un point de vue politique et économique de la victoire de Donald Duck (non Trump !) à la primaire républicaine tant son programme parait peu crédible.

 

Stabilisation des chiffres macro en Europe !

Concernant les données macrocéconomiques européennes, l’indice PMI manufacturier d’avril est ressorti en légère hausse par rapport au mois précédent dans la Zone Euro à 51.7 (vs 51.6). On constate la forte remontée des chiffres français : 58 vs 49.6. A l’inverse, on assiste à un léger recul de l’indice PMI des services à 53 (vs 53.1). L’indice des prix à la production est en recul de 4.2% en avril par rapport au mois de mars. Au niveau des marchés financiers, les bourses européennes ont reculé cette semaine (Stoxx600 : -2.87%), en raison d’une nouvelle chute des valeurs bancaires (-6.8% sur la semaine) suite à l’échec de l’entrée en bourse de Banca Popolare di Vicenza et les mauvais résultats d’UBS. Les valeurs minières (-3.42%) ont aussi mal réagi face à la publication de l’indice PMI manufacturier de la Chine. La semaine fut chargée en résultats où plus de la moitié des entreprises du Stoxx600 ont publié. Parmi celles ayant déçu : UBS, Commerzbank, ProSiebensat1, Hugo Boss, Beiersdorf, BHP, BMW et Andritz. A l’inverse : Adidas, BNP, HSBC, Société Générale, Air France, BASF, Legrand, Siemens, Deutsche Telekom, Repsol, Allianz et Solvay ont publié des chiffres au dessus des attentes.

 

Asie : Des indices macroéconomiques décevants en Chine.

En Chine, les indices PMI manufacturier et des services ont légèrement reculé en avril par rapport au mois de mars à 50.1 (vs 50.2) et 53.5 (vs 53.8). On observe la même tendance concernant les indices PMI manufacturier et des services calculés par Caixin, en baisse sur la même période respectivement à 49.4 (vs 49.7) et 51.8 (vs 52.2). L’autre fait marquant de ces cinq derniers jours provient de la PBoC qui a dévalué le yuan d’environ 60 bps soit le plus fort abaissement journalier depuis fin août 2015. On consate aussi une rapide expansion du crédit, le montant cumulé de ce nouveau crédit depuis mi-2014 est équivallent à 23% du GDP 2015. Cela crée des bulles dans certains actifs (immobilier et commodités), qui constituent autant de nouveaux risques financiers pour ce pays.

 

Vers une stabilisation ?

Depuis mi-avril, la baisse des marchés est assez sévère mais finalement cohérente car les chiffres économiques actuels ne permettent pas de justifier des valorisations très élevées. Nous considérons maintenant qu’après cette phase de baisse, nous retrouvons en Europe tout au moins, un niveau de valorisation acceptable. Les valorisations aux Etats-Unis nous semblent en revanche encore trop élevées. En conséquence, nous allons progressivement relever notre exposition aux actions pour capter un possible rebond, d’abord dans les fonds puis dans la GSM.

 

360 Hixance am - le 9 mai 2016

 

 

Le présent document est non contractuel et à caractère purement informatif. Il ne saurait en aucun cas constituer une offre, une sollicitation ou un conseil en investissement en vue de la souscription à un quelconque produit ou service financier. Toute souscription doit se faire après avoir consulté le DICI et/ou le prospectus disponible sur simple demande auprès de 360Hixance am ou sur le site internet 360hixanceam.fr, afin d'en comprendre les caractéristiques et les risques. La responsabilité de 360Hixance am ne saurait être engagée à quelque titre que ce soit en raison des informations contenues dans le présent document.

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
HIXANCE PATRIMOINE 360 HIXANCE ASSET MANAGERS Philippe DOUILLET / Jean-Noël VIEILLE Mixtes Europe Defensif 21.44 M€ -0.06 % -1.66 %

Articles similaires

L'HIRONDELLE NE FAIT PAS TOUJOURS LE PRINT...

Nous avons connu un assez fort rebond la semaine dernière des actions sur toute les places mondiales. Ainsi, la hausse du Stoxx 600 porte la...

08/03/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

360 HIXANCE AM : REBOND DES PLACES EUROPÉ...

Les bourses européennes viennent de retrouver la semaine dernière leur niveau d’avant Brexit, preuve s’il en est que les mouvements de marché...

06/09/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché