Les doutes ne se sont pas dissipés

Par Karamo Kaba - Directeur des études économiques - le 11 juillet 2016

11/07/2016 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS dans Marché Actions

Les doutes ne se sont pas dissipés

 

 

Après un début de semaine difficile sur les marchés financiers, le calme est revenu en fin de semaine après la publication du rapport d’emploi aux Etats-Unis. Cependant, les doutes ne se sont pour autant pas dissipés.

 

En effet, après le « Brexit », les nuages planant au-dessus de l’horizon ont continué de s’amonceler. Le Fonds Monétaire International (FMI) a ainsi révisé vendredi à la baisse sa prévision de croissance pour la zone Euro en 2017. Outre les difficultés budgétaires de certains Etats qui ont poussé la Commission européenne à lancer des procédures pour déficit excessif, notamment envers le Portugal et l’Espagne, le spectre d’une réédition de la crise de 2008 est venu hanter l’esprit des investisseurs, d’où une fuite vers les actifs de qualité. Ainsi, sur les marchés obligataires, d’importants supports ont été cassés. Les titres d’Etat, considérés comme les plus sûrs, sont systématiquement recherchés. Le rendement des taux souverains est ainsi négatif en Allemagne jusqu’à 15 ans, voire jusqu’à 50 ans en Suisse. Aux Pays-Bas, il faut remonter à l’année 1517 pour observer des taux à 10 ans aussi bas.

 

Une telle crainte sur les marchés peut s’expliquer par la multiplication du gel des retraits sur plusieurs fonds investis dans l’immobilier au Royaume-Uni. Cette attitude de la part de grands acteurs comme Aviva ou Standard Life est venue rappeler aux investisseurs, peut-être de manière exagérée, des schémas vus avant la faillite de la banque d’affaires Lehman Brothers. Les investisseurs ont également été échaudés par les risques engendrés par la faiblesse du secteur bancaire en Italie. Ces deux faits ont poussé à réduire leur exposition au risque, ce qui a pesé sur les indices et plus particulièrement sur le secteur bancaire.

 

Dans ces conditions, le taux de change effectif du dollar, qui a déjà flambé depuis l’été 2014 (+21%), a repris le chemin de l’ascension (+0,7% sur la semaine), ce qui compliquera la tâche de la Réserve fédérale (Fed). En effet, même si les membres de l’Institution monétaire américaine ont martelé qu’un relèvement de taux interviendrait en cas d’amélioration des statistiques, nous nous attendons à ce que la Fed reporte à l’année prochaine ses hausses de taux directeurs. Nous pensons que le fort rebond de l’emploi en juin (+287 000 postes supplémentaires) est difficilement reproductible au cours des prochains mois compte tenu de l’évolution des profits, de la baisse de la productivité et de la disparition d’effets temporaires (séquelles de la grève chez Verizon et mauvaises conditions climatiques en mai).

 

Notre scénario prévoit une poursuite du ralentissement de l’économie américaine, écartelée entre un secteur des services qui donne des signes de résilience et un secteur industriel qui doit subir les effets de l’appréciation antérieure du dollar.

 

Rendez-vous lundi prochain…

 

Source : Ecofi Investissements, au 8 juillet 2016. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée.

Articles similaires

« GREIN » OU « GREXIT » ?

Alors que se profile le début du resserrement de la politique monétaire aux États-Unis, l’horizon s’est un peu plus obscurci en Europe avec la...

08/07/2015 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS

Actions / Analystes et économistes

TURBULENCES DANS UN CIEL ÉCLAIRCI

Les dernières statistiques de l’économie américaine montrent un tassement manifeste de la croissance. Le PIB n’a progressé, en première...

08/05/2015 - Publié par AMPLÉGEST

Actions / Analystes et économistes