Le retour du risque doit faire baisser le marché des actions !

02/09/2013 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

Le retour du risque doit faire baisser le marché des actions !

 

Les mois de juillet et Août n’auront pas fortement influencé les marchés financiers puisque les principaux indices boursiers retrouvent aujourd’hui des niveaux connus en juillet. Reconnaissons qu’en Europe au moins, des points hauts ont été trouvés mi août (4123 points pour le CAC 40 le 16), confirmant un redressement de l’économie et saluant des résultats d’entreprises corrects. Il n’en est pas allé de même aux Etats-Unis, ni dans les pays émergents qui ont continué à souffrir d’une croissance beaucoup plus modérée et surtout de la baisse de leur monnaie. La faiblesse du dollar a ainsi été un élément important du marché jusqu’au milieu du mois, le Dow Jones reculant sur le mois de 4,45%, posant des problèmes aux fonds d’investissements internationaux non couverts contre les aléas de change. Revenons alors sur les points qui vont influencer le marché au cours des prochaines semaines.

 

Guerre en Syrie : un élément clef de la rentrée !

 

Il est indéniable que les marchés se sont repliés récemment sur les craintes liées à la crise syrienne. L’utilisation probablement avérée d’armes chimiques (gaz neuro-toxiques) donne une certaine légitimité à une intervention militaire, Washington annonçant un bilan de 1429 morts dont 426 enfants. Faute de coalition occidentale, l’opération sera donc essentiellement américaine avec une assistance française et probablement australienne, la fenêtre de tir devant intervenir après le 9 septembre, soit après le G20 et l’acceptation du congrès US. Cette guerre sera brève puisque l’objectif n’est pas de renverser le régime (cas de la guerre en Irak), mais d’une simple opération de sanction pour avoir enfreint les règles internationales. La question sera alors de savoir quels seront les moyens de défense de la Syrie, (quels risques de représaille terroriste, …). Au niveau des marchés financiers, on a déjà vu quelques impacts : baisse des marchés actions surtout dans les pays émergents sensibles aux tensions internationales, probable fly to quality sur les taux de certains pays (Allemagne, Etat-Unis), hausse du dollar et de l’or (les deux jouant les valeurs refuges en cas de conflit) et hausse du pétrole, logique puisque l’on touche à la géopolitique du moyen-orient.

 

Le contexte économique semble s’améliorer

 

Cet été les marchés ont plébiscité des améliorations sensibles des chiffres de croissance des différents PIB tant en Europe qu’aux Etats-Unis. Ainsi, le gouvernement américain a publié une hausse de son PIB plus importante que prévu pour le deuxième trimestre 2013, 2,5% en rythme annuel contre 1,7% initialement prévu. Enfin le 14 août, l’Insee pour la France et Eurostat pour l’ensemble de la zone euro ont annoncé la sortie de la récession en Europe de façon beaucoup plus nette qu’anticipé : +0,5% pour la France et +0,3% pour la zone euro. Reste que ces éléments sont très fragiles car une partie de cette progression est due à une reconstitution des stocks et à la bonne tenue de la consommation des ménages en France qui pourrait ne pas être durable. En outre la hausse continue du chômage n’est pas une bonne nouvelle tout comme la baisse de l’investissement des entreprises. Bref, la reprise européenne n’est due qu’à l’Allemagne et la France, la plupart des autres pays restant en récession (Italie, Grèce, Espagne, …). Le fossé continue ainsi de se creuser entre les pays du nord et ceux du sud, ce qui ne constitue pas un facteur d’éloignement de la crise européenne. ceci pourrait au contraire entraîner des crises politiques et sociales nouvelles. Finalement la faible réaction positive des marchés financiers à cette embellie est donc normale, les prochains chiffres seront alors assez déterminants pour valider cette reprise.

 

Des pays émergents en difficultés, nouveau talon d’Achille des marchés!

 

La crise boursière qui secoue les pays émergents en ce moment devrait encore s’aggraver. En effet, ce sont des victimes collatérales de la politique monétaire américaine. Ainsi, l’annonce de l’arrêt programmé des achats d’actifs par la FED a provoqué une hausse des taux aux Etats-Unis et le retour des capitaux vers les pays industrialisés, c’est donc d’abord une logique négative de flux qui compromet la croissance des pays émergents, et ceci devrait être durable. Les pays à déficit de paiements courants comme le Brésil et l’inde seront plus vulnérables que ceux qui dégagent des excédents comme la Chine ou la Russie. Par ailleurs, l’affaiblissement de la demande des pays occidentaux a accru certains déséquilibres des pays émergents et les pousse désormais à réorienter leur développement en direction de leur marché domestique, mais ceci va prendre du temps. Aussi, le Brésil perd en compétitivité et l’Inde vient d’enregistrer sa pire performance de croissance depuis 4 ans avec au deuxième trimestre une progression de son PIB de 4,4%. La roupie s’est ainsi dépréciée de 20% de sa valeur face au dollar depuis mai, le real brésilien a chuté de 17% et le rand sud africain de 13,5%. Ceci a alors conduit la Banque Centrale Brésilienne à augmenter son taux directeur à 9% fin août et l’indonésie de 7%.

 

En conclusion, les semaines qui viennent risquent d’être à hauts risques pour les marchés boursiers. L’attaque de la Syrie devrait avoir lieu, la crise des émergents va se poursuivre et on reparlera du plafond de la dette américaine puisque la limite de l’endettement devrait être atteinte mi-octobre. Le risque grec pourrait aussi refaire surface et on évoque un nouveau plan de 11 Md€ qui ne manquera pas de faire plaisir à Madame Merkel en pleine période électorale. Enfin, les prochaines décisions de la Fed le 18 septembre seront attendues afin de connaitre avec un peu plus de précisions le calendrier de son changement de politique. En conséquence, beaucoup d’incertitudes pour des niveaux de marchés structurellement assez élevés.

 

Lettre hebdomadaire Hixance n° 64, lundi 2 septembre 2013

Jean-Noel Vieille Directeur de la gestion Hixance AM

Articles similaires

ENTHECA FINANCE : UN DÉBUT DE MOIS POSITI...

Le mois de septembre débute positivement sur les marchés. Pourtant, les statistiques en zone euro sont ressorties en demi-teinte, avec des données...

06/09/2016 - Publié par ENTHECA FINANCE

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

EDITO DE GSD GESTION DU 21 JUIN 2012

Encore un G20, un G20 pour rien… comme on serait tenté de le chantonner (spéciale fête de la Musique) et comme chat souvent échaudé le craignait....

21/06/2012 - Publié par GSD GESTION

Allocations d'actifs / Commentaires de marché