Le « qui perd gagne » de Theresa May

Par Karamo Kaba, Directeur des études économiques - Ecofi Investissements - 12 juin 2017

12/06/2017 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS dans Marché Actions

Le « qui perd gagne » de Theresa May

Le Royaume-Uni était au centre de toutes les attentions avec la tenue de l’élection législative anticipée. Même si les sondages faisaient état d’un resserrement des écarts de voix, il était peu probable que le Parti conservateur perde sa majorité absolue. Cette déconvenue dans les urnes ne devrait pas rester sans conséquence pour Theresa May. En effet, comme le préconisait Nicolas Machiavel, « le prince doit se faire craindre de telle sorte que s'il n'est pas aimé, du moins, il ne soit pas haï ». Or, détestée et défiée par une fronde grandissante au sein de son propre camp, l’avenir de la Première ministre à la tête du gouvernement, et par ricochet le scénario du « Brexit dur » qu’elle défendait, est désormais fortement compromis. De nouvelles élections ne sont pas impossibles.

Cette incertitude sur les négociations du Brexit, qui doivent débuter bientôt, n’a eu qu’un impact limité sur les indices boursiers. Le Footsie 100 au Royaume-Uni n’a cédé que 0,3% sur la semaine, là où le CAC 40 en France a lâché 0,8%. Aux États-Unis, la semaine s’annonçait électrique sur les marchés avec l’audition publique de l’ancien directeur du FBI, James Comey, devant le Sénat américain. Cependant, en l’absence de nouvelles révélations, l’indice S&P 500 a fait l’objet de prises de bénéfices (-0,3%), plombé par les valeurs des technologies de l’information (-2,2%) et de la consommation discrétionnaire (-2%). La bonne performance du secteur bancaire (+4,9%) et de l’énergie (+2,1%) n’a pas suffi.

Sur les marchés obligataires, le rendement du taux à 10 ans américain (+4 centimes sur la semaine, à 2,20%) a connu une deuxième semaine consécutive de progression. Il faut dire que les enquêtes ont été conformes aux attentes après une cohorte de statistiques décevantes. En effet, le ralentissement des crédits à la consommation (8,2 milliards de dollars en avril) était attendu après le bond de 19,5 milliards en mars. Cela ne change pas les fondamentaux du consommateur qui continuent de rester solides avec la publication d’une enquête qui a montré que plus de 6 millions de postes étaient non pourvus aux EtatsUnis, un pic historique. Cela devrait conforter la Réserve fédérale (Fed) dans sa stratégie de remonter une nouvelle fois ses taux directeurs en juin. Les écarts entre les taux allemands et américains ont réagi aux propos du Président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, qui a mis fin aux espoirs de nouvelles baisses de taux dans la zone Euro. La Banque centrale européenne a également rehaussé ses perspectives économiques tout en révisant à la baisse ses prévisions d’inflation.

Avec le recul du spectre d’une procédure de destitution du Président Trump, le dollar a repris un peu de couleurs. Son taux de change effectif s’est apprécié de 0,6% sur la semaine. Le billet vert s’est particulièrement illustré contre les devises européennes. L’euro, qui a reculé fortement (-0,7% à 1,12), a été fragilisé par les propos prudents de Mario Draghi. De son côté, la livre sterling, en recul de 1,2%, a souffert du flou politique au Royaume-Uni.

 

Rendez-vous lundi prochain…

 

Source : Ecofi Investissements, au 9 juin 2017.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée.

Articles similaires

ENTHECA FINANCE : UN ÉTÉ CALME

La semaine du 12 août au 19 août 2016 a été rythmée par les discours des banques centrales qui restent attentistes. On retiendra les points de vue...

22/08/2016 - Publié par ENTHECA FINANCE

Actions / Commentaires de marché

APRÈS DES NÉGOCIATIONS DIFFICILES, UN AC...

Après des négociations difficiles, un accord concernant la Grèce a été trouvé. En écartant l’hypothèse du GREXIT (sortie de la zone euro), les...

13/08/2015 - Publié par FEDERAL FINANCE GESTION

Actions / Commentaires de marché