Le pétrole et la BCE en soutien aux marchés

Par Camille Barbier, Directeur des gestions – 25 janvier 2016

25/01/2016 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS dans Marché Allocations d'actifs

Le pétrole et la BCE en soutien aux marchés

 

Après un début de semaine pour le moins difficile qui a vu le CAC 40 passer brièvement sous les 4 100 points, les marchés se sont repris jeudi et vendredi pour terminer en hausse sur la semaine de 3,01% pour le CAC 40 et de 2,40% pour l’EuroStoxx 50.

 

Depuis le début de l’année, ce qui a frappé les esprits, c’est la violence de la chute des marchés actions (-13% aux termes des 12 premiers jours de bourse de l’année) alors que traditionnellement le mois de janvier est considéré (statistiquement) comme un mois favorable. Le niveau attractif atteint par les valorisations (voir le marché du lundi du 18 janvier) a rendu possible un rebond. Le marché reste néanmoins en baisse de plus de 7% depuis le début de l’année.

 

Le discours offensif de la Banque centrale européenne (BCE) et le rebond du pétrole ont été les catalyseurs de la reprise du marché. Mario Draghi, lors de la conférence de presse de jeudi dernier, a rappelé que la BCE disposait d’instruments « illimités » pour atteindre ses objectifs de politique monétaire.

 

Les marchés ont aussitôt réagi en anticipant d’autres actions en mars lors de la prochaine révision des perspectives de croissance et d’inflation de la BCE. Une action renforçant l’autre, le prix du pétrole, qui s’était stabilisé à 28 dollars, a entamé un rebond alimenté par l’espoir de politiques monétaires plus expansionnistes permettant d’entrevoir un rebond de la demande de pétrole. De plus les chutes de neige record sur la côte est des États-Unis « Snowzilla » et la hausse de la demande d’énergie anticipée sont venus renforcer la tendance au rebond.

 

Malgré cette éclaircie, les marchés restent sous l’emprise des craintes de ralentissement en Chine et de la baisse du prix du pétrole, craintes qui se renforcent mutuellement. Les investisseurs ignorent pour le moment les bonnes nouvelles ou - plus grave - interprètent négativement les nouvelles économiques. Un exemple est pour le moins frappant : le retour de l’Iran au sein du commerce mondial est paradoxalement vu comme négatif par l’ajout d’un volume de pétrole (500 000 voire 1 million de baril par jour) dans un marché en surcapacité. L’Iran offre pourtant des perspectives importantes aux entreprises occidentales comme l’illustre la prochaine commande de 114 Airbus. Afin de renouveler sa flotte (20 ans d’âge moyen), l’Iran devrait commander 400 avions neufs au cours des prochaines années, soit un marché potentiel de 20 milliards de dollars.

 

La volatilité est une donnée qui restera d’actualité pour les marchés tout au long de l’année, mais nous considérons que, compte tenu des valorisations atteintes et des craintes de rupture de la croissance mondiale que nous considérons comme exagérées, les niveaux actuels représentent des niveaux d’achat intéressant pour le moyen terme.

 

Rendez-vous lundi prochain…

 

Source : Ecofi Investissements, au 22 janvier 2016

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée.

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
ECOFI ENJEUX FUTURS ECOFI INVESTISSEMENTS Olivier PLAISANT Actions Monde 51.34 M€ -2.20 % -6.22 %

Articles similaires

NOUVEL ACCROISSEMENT DE LA VOLATILITÉ

Point sur les marchés financiers : La semaine du 11 au 15 janvier a à nouveau été marquée par une très grande nervosité des investisseurs et un...

18/01/2016 - Publié par ENTHECA FINANCE

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

ACTIS AM : MESSIEURS LES ANGLAIS, TIREZ LE...

Pas près de sortir l’article 50, Theresa May ! Rien en effet, sans un « vrai consensus national » ralliant l’autre moitié du Royaume-Uni a déclaré...

12/09/2016 - Publié par ACTIS ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Commentaires de marché