LE DOSSIER GREC ÉCLIPSE L’AMÉLIORATION DES PERSPECTIVES DE LA ZONE EURO

L'analyse de Petercam

05/06/2015 - Publié par PETERCAM (LUXEMBOURG) SA dans Marché Actions

LE DOSSIER GREC ÉCLIPSE L’AMÉLIORATION DES PERSPECTIVES DE LA ZONE EURO

L'activité économique dans la zone euro se redresse grâce aux mesures de relance de la BCE, avec à la clé une baisse des taux d’intérêt et une dépréciation de l’euro, à la réduction des efforts de resserrement budgétaire et à la baisse des cours du pétrole. Une évolution encourageante après des années de stagnation. Cela étant dit, les indicateurs avancés suggèrent un léger fléchissement du momentum économique alors que la reprise économique, qui n’a encore rien de très réjouissant, pourrait facilement dérailler si les négociations entre la Grèce et ses créanciers devaient échouer, un scénario de plus en plus plausible. Globalement, nous croyons toujours en un compromis temporaire de dernière minute, mais même dans ce cas, la zone euro ne sera pas encore tirée d’affaire.

Depuis l’annonce officielle de son programme d’assouplissement quantitatif (QE) en janvier, la BCE a laissé sa politique monétaire inchangée. Plus récemment, les spéculations ont été bon train quant au fait que la BCE pourrait/voudrait/devrait réduire voire carrément arrêter son programme. En l’état actuel des choses, ces supputations sont toutefois très prématurées. Au contraire, le risque le plus important est toujours que la BCE doive en faire plus que le programme de relance actuel. Même si elle devrait augmenter dans les prochains mois, l’inflation reste ainsi nettement inférieure à l’objectif de 2%. Cela fait plusieurs années maintenant que la BCE manque son objectif d’inflation et cela devrait encore être le cas dans un avenir proche au vu du taux de chômage élevé. Bien sûr, la confiance des entreprises et des ménages s’est clairement améliorée ces derniers trimestres grâce à un taux de change plus favorable, à la chute des taux d’intérêt et à la baisse des prix de l’énergie. De plus, les efforts de resserrement budgétaire ont été réduits après des années de consolidation. Tous ces facteurs devraient continuer à contribuer positivement à la croissance économique au cours des prochains trimestres, mais il est important de garder à l’esprit que ces effets seront au mieux temporaires. Qui plus est, les risques autour des négociations entre la Grèce et ses créanciers restent extrêmement élevés.
 
Un compromis de dernière minute sur le paiement de la dernière tranche du deuxième plan de sauvetage apparaît toujours comme le scénario le plus probable. Mais même dans ce cas, vu les remboursements prévus et le fait que le gouvernement grec ne peut pas faire appel aux marchés financiers, un troisième plan de sauvetage restera nécessaire et devra de préférence donner une plus grande liberté budgétaire à la Grèce. Cela permettrait en effet à l’économie de gagner en momentum ; ce qui, à son tour, se traduirait par de meilleurs chiffres budgétaires dans le temps. L’approche inverse a clairement ses limites, comme le montrent la baisse spectaculaire du niveau de vie des Grecs et le chômage toujours extrêmement élevé. Pire, les derniers indicateurs de confiance suggèrent un retour de la récession en Grèce.

À l’inverse, pousser la Grèce en dehors de la zone euro comporterait des risques politiques et économiques importants dans la mesure où cela constituerait un signal clair que l’adhésion à l’Union monétaire n’est pas irréversible. Supposons un instant que l’économie grecque finisse par revivre en dehors de la zone euro, un scénario très plausible au vu de la dévaluation interne qui a déjà eu lieu. D’autres pays pourraient alors décider de suivre le même chemin si les perspectives économiques dans la zone euro ne devaient pas s’améliorer de manière significative et durable. Le résultat des dernières élections municipales et régionales en Espagne souligne une fois encore ce risque.
 
Après des années de stagnation, l’activité économique dans la zone euro progresse enfin. Bien qu’encourageante, la reprise reste néanmoins extrêmement fragile.

Articles similaires

FAUT-IL VRAIMENT AVOIR PEUR D’UN « GREX...

Faut-il vraiment avoir peur d’un « Grexit » et de ses conséquences sur les marchés financiers? Au lendemain du « non » franc et massif exprimé, le...

09/07/2015 - Publié par AMAÏKA ASSET MANAGEMENT

Actions / Analystes et économistes

LE POTENTIEL DES ACTIONS EUROPÉENNES SE C...

Depuis le mois de mai, après un début d’année spectaculaire, les marchés d’actions européens sont marqués par un accroissement de la volatilité et...

29/06/2015 - Publié par VEGA INVESTMENT MANAGERS

Actions / Analystes et économistes