Le décryptage macro-économique devient de plus en plus difficile !

05/10/2015 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

Le décryptage macro-économique devient de plus en plus difficile !

Nous venons de connaître une nouvelle semaine assez volatile, les cours des différents indices continuant d'évoluer dans un " range " de plus en plus étroit. Ces brusques à-coups des actions, à la hausse et à la baisse, témoignent d'une forte incertitude sur l'évolution de la conjoncture et d'un manque de clarté sur les agissements futurs des banques centrales. La journée de vendredi a été en ce sens très significative, une hausse proche de 1% a été initiée le matin pour asssiter à un plongeon jusqu'à -1% suite aux mauvaises publications des chiffres de l'emploi US, pour ensuite se reprendre en fin de journée tiré par les indices américains qui s'adjugeaient près de 2% de progression à la clôture. A quoi alors faut-il se raccrocher, à la crainte initiale qui montrerait que l'industrie américaine est touchée ou à l'espoir d'une prochaine remontée des taux ? Nous avons ainsi connu une semaine plutôt baissière sur les marchés financiers européens : -0,80% pour l'eurostoxx 50, -0,49% pour le CAC 40 et -1,40% pour le DAX, toujours en difficulté avec les valeurs automobiles. Les marchés américains ont été plus positifs puisque le Dow Jones progresse de 0,97% et le Nasdaq de +0,45%. Coté Asie, le Nikkei était aussi en baisse de -0,87%.

L’angoisse de Janet Yellen à l’annonce des chiffres de l’emploi US

C'était une des publications les plus attendues, surtout dans l'optique de l'anticipation des prochains mouvements de la Fed. Les chiffres mensuels de l'emploi sont ressortis à 142k, bien moins qu'anticipés (201k), accompagnés d'une révision à la baisse des deux mois précédents (-59 K). Cette décélération de l'emploi, couplée aux destructions d'emplois dans l'industrie (-22000 en août et -9000 en septembre) viennent renforcer les inquiétudes. Le taux de chômage est stable à 5,1% mais avec un nouveau recul du taux de participation (% de la population active qui ont et/ou recherche un emploi) qui atteint 62,4%, soit un point bas depuis 1977. Les hausses de salaires n'évoluent pas, avec un taux de croissance stable à 2,2% en glissement annuel. Le déclin des créations d'emplois aux Etats-Unis est un signal inquiétant pour la Fed qui doit remonter ses taux directeurs avant la fin de l'année. Ce trou d'air dans le marché du travail vient s'ajouter à d'autres indicateurs négatifs, la chute des anticipations d'inflation (à 2%, elles sont à un plus bas depuis 10 ans), l'appréciation du dollar (le billet vert est toujours sur un plus haut depuis 2003), la baisse de l'indice ISM manufacturier (les nouvelles commandes sont revenues à 50), la dégradation de la balance commerciale et aussi la forte volatilité sur les marchés financiers.

 

Il faut alors tenter de donner une explication à l'évolution des marchés ce vendredi. Au moment de cette publication, les marchés ont violemment baissé pour se reprendre très rapidement comme si ces indicateurs n'étaient plus vraiment significatifs. En effet, où est le véritable enjeu aujourd'hui ? Il ne se situe plus au niveau de l'économie US mais du côté de la Chine. Ainsi ce sont les données chinoises qui vont donner le tempo de la remontée des taux US. Rappelons que ce jeudi, John Williams, le président de la Fed de San Francisco, membre très influent du FOMC, a confirmé ce relèvement des taux en qualifiant d'ailleurs de " fête " la politique accommodante actuelle " C'est bien d'avoir cette fête et de la laisser se poursuivre mais on ne veut pas que ça aille trop loin ", confirmant ainsi l'intention de la Fed de monter ses taux soit en octobre, soit en décembre. Les marchés financiers, à l'issue des chiffres de vendredi, ont pourtant choisi leur camp et anticipé que cette remontée serait reportée à mars 2016. Nous devrions avoir en tout début de semaine une nouvelle lecture des responsables de la Fed sur cette question désormais cruciale pour l'évolution des marchés. Notre sentiment reste une action en octobre, ne serait-ce que pour que la Banque Fédérale retrouve une marge de manœuvre. Nous restons également convaincus que si elle n'agit pas, nous aurons une nouvelle baisse des actions en raison de doutes sur l'évolution de la croissance mondiale, et une chute des matières premières et du pétrole.

 

Une Europe fragilisée aussi par une non-intervention de la Fed

 

L'Europe a connu une bonne nouvelle cette semaine, l'indice du sentiment économique en zone euro pour le mois de septembre est à un pic de 4 ans à 105.6. Pour maintenir une amélioration de la croissance européenne, il faut maintenir un euro faible. En conséquence, l'inaction de la Fed contraindrait alors la BCE et aussi la Banque du Japon d'accroitre rapidement leurs programmes d'achats. Bref personne n'a vraiment intérêt au statu-quo actuel.

 

Stratégie d’investissement : entre attentisme et actions

 

La semaine qui vient sera importante avec la réunion du FMI et des ministres des finances, nul doute que la situation économique et financière mondiale sera à leur ordre du jour. Nous allons aussi entrer dans la saison très attendue des publications des résultats du troisième trimestre (début par Alcoa le 8/10 au soir). Plus que les chiffres passés qui ne devraient pas délivrer de mauvaises surprises, ce sont surtout les commentaires sur la fin de l'année qui vont être décryptés avec un vif intérêt. Le maintien des indices au dessus de 4500 doit nous inciter à augmenter nos positions actions en espérant que la volatilité se calme. Dans l'hypothèse d'un marché moins anxiogène, nous devrons aussi réaliser des rotations de portefeuille pour rechercher des valeurs décôtées.

 

Lettre hebdomadaire 360Hixance am n° 159, lundi 05 octobre 2015

Jean-Noël Vieille

Articles similaires

TOUJOURS PLUS HAUT !

Il est étrange de retrouver les points hauts des marchés en ce début de deuxième trimestre alors que les signaux macro-économiques restent...

25/04/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

DES SIGNAUX UN PEU PLUS POSITIFS !

Un peu de répi ! Comme attendu après encore une séance lundi dernier de " sell off ", les marchés se sont ensuite redressés au cours de la...

01/09/2015 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché