La visibilité reste...

Par Jean-Noël Vieille - Directeur de la gestion - lettre hebdomadaire n°182

05/04/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

La visibilité reste...

Après un trimestre en baisse, la visibilité reste toujours faible.

Le premier trimestre 2016 se termine sur une note très négative pour l’ensemble des marchés financiers. C’est surtout au cours des deux premiers mois de l’année que les marchés ont été secoués avec des inquiétudes sur l’économie chinoise et ses éventuelles répercussions négatives sur l’économie mondiale. En mars, dans un contexte de volatilité toujours forte, nous avons assisté à une stabilisation, les principaux points de résistance graphique n’ayant pas pu être dépassés. La fin de semaine dernière a été particulièrement influencée par des éléments plus négatifs en provenance d’Asie.

Dans ce contexte, les indices européens ont modérément évolué la semaine dernière avec une certaine dispersion liée à des biais sectoriels des indices : -1,12% pour l’Eurostoxx50, -0,17% pour le CAC40 et -0.58% pour le DAX. Les marchés américains ont suivi un mouvement plus positif, le S&P 500 affichant une performance de 1,81% et le Nasdaq +2,95%.

Avec l’entrée dans ce deuxième trimestre, nous souhaitons réaliser un point synthétique sur les principaux enjeux des marchés financiers avec un rappel des problématiques des différentes zones économiques.

 

Une économie US toujours en question !

Le dernier discours de Janet Yellen au Club Economique de New York a marqué un tournant en réaffirmant que les « risques sur la croissance mondiale conduisaient à une grande prudence sur le cycle de remontée des taux ». Elle a rajouté que le FOMC était prêt à utiliser différents outils pour assouplir sa politique monétaire. Conséquence de ces annonces, les futures sur les Fed funds n’anticipent plus qu’une probabilité de 28% de hausse des taux en juin et 0% en avril. Elle a également réafirmé que les perspectives inflationnistes restaient faibles, confirmé par l’indice PCE core qui a baissé en février par rapport à janvier (0.1% vs 0.3%). Cependant, l’indice de confiance des consommateurs de mars est ressorti en hausse (96.2 vs 92.2) ainsi que les chiffres de l’emploi qui sont aussi ressortis au-dessus des attentes ce vendredi (215k vs 205k) tout comme l’indice ISM manufacturier (51.8 vs 51.0) et le sentiment de l’Université du Michigan (91 vs 90.5). Notre conviction sur cette économie reste donc partagée avec des déclarations de la Présidente de la FED peu rassurantes et une situation économique réelle pourtant un peu plus favorable. D’ailleurs les marchés financiers ne s’y trompent pas puisque la valorisation des actifs US reste toujours élevée. Le point qui sera désormais important à suivre est la publication des résultats des entreprises pour le premier trimestre, nous aurons ainsi une image plus précise de la situation des entreprises. Ces résultats risquent d’être impactés négativement par un dollar plus élevé sur ce trimestre. Alors faut-il désormais s’attendre à un repli plus important des marchés US et des chiffres macro plus modérés ?  

Une économie européenne dispersée et toujours en situation de fragilité

La semaine dernière, l’indice des prix à la consommation (CPI) des principaux pays européens est ressorti en hausse en mars par rapport à février (Allemagne +0.8% ; France +0.7% ; Espagne +2.0%). En rythme annuel, il reste en territoire négatif dans la Zone Euro à -0.1%. De son côté, la confiance des consommateurs reste inchangée mais négative au mois de mars (indice à -9.7). Le premier trimestre 2016 se termine sur une légère croissance du secteur manufacturier de la Zone Euro, à la vue de l'indice PMI final Markit qui se redresse (51.6 vs 51.2 en février). Cependant, cette croissance s’est faite en ordre dispersé, l’activité industrielle s’est améliorée en Allemagne (50.7 vs 50.5) mais elle s’est dégradée en France (49.6 vs 50.3) et en Espagne (53.5 vs 54.1). En-dehors de la Zone, la croissance du PIB du Royaume-Uni pour le T4 2015 est révisée en hausse à 0.6 % contre les 0.5 % anticipés et 0.4 % au T3.

Du côté  des devises, suite au discours de la présidente de la Fed, l’euro a continué de s’apprécier face au dollar pour atteindre 1.138$/€, au plus haut depuis octobre. Enfin, d'après l'office statistique Eurostat, le taux d'inflation est ressorti en première estimation à -0,1% sur un an en mars, en léger rebond par rapport à février (-0,2% en glissement annuel). Ce chiffre s'inscrit en lien avec le rebond du niveau d'inflation allemand, attribuable à un effet calendaire du fait de la période de Pâques qui a eu lieu plus tôt cette année, entraînant les indices des prix alimentaires et des services à la hausse. L'octroi de crédit aux entreprises a progressé de +0,9% en février contre +0,6% le mois précédent. En conclusion, il existe quelques signes d’amélioration, la hausse du crédit reste une bonne chose et tend à démontrer que la stratégie de la BCE commence à réellement porter ses fruits, même si les objectifs en matière d’inflation sont très loin d’être atteints. Mais reconnaissons que la croissance reste encore très modérée, ce qui n’est pas de bon augure pour l’emploi.

 

Asie : Des données nippones peu enthousiasmantes alors que la Chine rassure.

Au Japon, la production industrielle a baissé de 6.2% en février par rapport à janvier. La publication de l’enquête Tankan sur le sentiment dans l’industrie manufacturière au T1 est ressortie en dessous des attentes à 6 pts (consensus à 8 pts et 12 précédemment). Cette donnée fait suite à d’autres informations négatives (PIB au T4 2015, PMI, …). Ceci a conduit Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, a prendre de nouvelles mesures économiques destinées à soutenir la croissance. Il abandonne sa stratégie de réduire la dette de son pays et il souhaite reporter la hausse de la TVA de 8% à 10% à mai. Le budget voté par le parlement est en progression à 96.720 Mds de yens (761 Mds Eur) et le gouvernement japonais envisage de recourir à de nouveaux plans de relance et pourrait débloquer 5000  Md yens (39,6 Mds Eur) pour soutenir la consommation.

En Chine, l’indice PMI Manufacturier est repassé au-dessus de la barre des 50 (50.2 vs cons. 49.4), ce qui est une bonne nouvelle puisque cela enraye la spirale de baisse. Malgré tout, Standard & Poor’s a dégradé les perspectives de sa note attribuée à la dette souveraine de «stable» à «négative». L’agence de notation estime que le rééquilibrage du modèle économique du pays sera plus lent qu’attendu, ce qui est très probable.

 

Les marchés restent toujours assez nerveux !

Les données macro-économiques ne montrent pas de signes d’essouflement. Au contraire, pour toutes les zones économiques, nous constatons des signes de stabilisation voire de reprise, sauf peut-être aux US et au Japon. Ceci devrait alors permettre aux marchés de se stabiliser. Nous devons noter d’ailleurs qu’en mars, c’est le marché obligataire qui a repris une tendance haussière, essentiellement grâce à un net desserrement des spreads de crédit. Nous attendions d’ailleurs ce mouvement de retournement pour redonner de la liquidité à ce marché. Du côté des actions, nous avons été cappé à la hausse par des questions de valorisation. En effet, les valorisations atteintes il y a une semaine ne deviennent plus très attractives.

 

Le présent document est non contractuel et à caractère purement informatif. Il ne saurait en aucun cas constituer une offre, une sollicitation ou un conseil en investissement en vue de la souscription à un quelconque produit ou service financier. Toute souscription doit se faire après avoir consulté le DICI et/ou le prospectus disponible sur simple demande auprès de 360Hixance am ou sur le site internet 360hixanceam.fr, afin d'en comprendre les caractéristiques et les risques.
La responsabilité de 360Hixance am ne saurait être engagée à quelque titre que ce soit en raison des informations contenues dans le présent document.

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
HIXANCE PATRIMOINE 360 HIXANCE ASSET MANAGERS Philippe DOUILLET / Jean-Noël VIEILLE Mixtes Europe Defensif 20.81 M€ 3.76 % 8.53 %

Articles similaires

360 HIXANCE AM : REBOND DES PLACES EUROPÉ...

Les bourses européennes viennent de retrouver la semaine dernière leur niveau d’avant Brexit, preuve s’il en est que les mouvements de marché...

06/09/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

LES BANQUES CENTRALES DEVIENNENT MOINS AUD...

Après deux semaines importantes où les banques centrales des grands pays ont rendu leur verdict, les marchés financiers restent finalement en...

21/03/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché