La solitude de la BCE…

Par Patrice GAUTRY, Chef Economiste de l’UBP - le 8 mars 2016

09/03/2016 - Publié par UNION BANCAIRE PRIVEE (LUXEMBOURG) SA dans Marché Autre

La solitude de la BCE…

La BCE semble prise comme dans un étau, entre sa promesse d’une stratégie «No Limit», les attentes des marchés, et des données économiques indiquant une reprise sans relief. Pour doper l’inflation, il faudrait – n’en déplaise à l’Allemagne – plus de relance budgétaire et davantage de coordination entre les banques centrales.

L’inflation anticipée et l’atonie de la progression du crédit en zone euro ne constituent pas un bilan positif de l’action de la BCE et de son extension récente, même si cette politique peut fonctionner à moyen terme.

La stratégie de la BCE voit les contraintes se multiplier, avec notamment les remboursements à venir des premiers LTRO et la rentabilité déclinante des banques due aux taux négatifs sur les réserves et à la baisse des rendements souverains.

Dans ce contexte, une action de la BCE paraît souhaitable et nécessaire – en ligne avec les promesses de M. Draghi –, avec pour seul but la relance du crédit. La banque centrale devra pour ce faire accepter dans son bilan des actifs risqués (obligations d’entreprises, voire de sociétés financières).

 

Garantir les crédits, avec l’aide des gouvernements nationaux

Pour améliorer la rentabilité des nouveaux prêts et accélérer leur progression, elle pourrait audacieusement mettre en place un système qui, avec l’aide des gouvernements ou de l’Europe, offre des garanties sur les crédits ou permet d’en compenser partiellement le risque éventuel. Cette annonce serait une vraie bonne surprise pour les marchés financiers, quel que soit le timing d’implémentation (dès mars ou ultérieurement).

La BCE peut gagner du temps en mars – au risque de se noyer dans les détails d’une longue liste de mesures ponctuelles: baisse des taux sur les réserves et aménagement de leur seuil de déclenchement, extension des durées et des montants des TLTRO, abaissement du seuil d’acceptation des qualités de crédit et du niveau de rendement minimum, modification de la part maximale de la BCE dans les émissions obligataires, et achats mensuels qui s’écarteraient de la règle basée sur la composition du capital de la banque centrale. Or, toutes ces mesures, certes utiles et efficaces à moyen terme, ne marquent pas de rupture nette par rapport à la stratégie en place depuis 2011. Pour doper l’inflation, il faudrait – n’en déplaise à l’Allemagne – plus de relance budgétaire et davantage de coordination entre les banques centrales. En attendant, la BCE est contrainte de prendre, seule, des initiatives.

 

 

A propos de l’Union Bancaire Privée (UBP)

L’UBP figure parmi les plus grandes banques privées de Suisse et est l’une des banques les mieux capitalisées, avec un ratio Tier 1 de 30,5%. La Banque est spécialisée dans la gestion de fortune au service de clients privés et institutionnels. Basée à Genève et présente dans vingt-cinq implantations dans le monde, l’UBP emploie quelque 1’300 collaborateurs et dispose de CHF 93,1 milliards (EUR 89,4 milliards) d’actifs sous gestion au 30 juin 2015.

L’Union Bancaire Gestion Institutionnelle (France) est agréée et réglementée en France par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) N° d'agrément AMF GP98041

www.ubp.com

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

BILAN ET PISTES DE RÉFLEXION AVANT LA PAU...

Première semaine de calme après un pic de la crise grecque qui aura duré plusieurs semaines et aura mis à rude épreuve performance et nerfs de bon...

20/07/2015 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Autre / Commentaires de marché

RATINGS ET CDS... DES OUTILS VRAIMENT PLUS...

Tandis que l’échéance approche, de plus en plus d’acteurs souhaitent se positionner pour profiter d’une accélération du QE en Europe, et on a vu,...

30/11/2015 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Autre / Analystes et économistes