La résignation est au courage ce que le fer est à l'acier. (Duc de Lévis)

25/01/2013 - Publié par Marc GILSON dans Marché Actions

La résignation est au courage ce que le fer est à l'acier. (Duc de Lévis)

Que le combat de la sidérurgie est compliqué en Europe ! Dans une zone très ouverte, où la règle est d’en avoir le moins possible pour faire jouer la concurrence au bénéfice des consommateurs mais sans placer certains garde-fous nécessaires, la problématique de l’industrie lourde entourant la métallurgie divise les économistes, les syndicats et les politiques.

 

Nous consommons des produits à base d’acier (et surtout d’acier de haute technologie) tous les jours : voitures, électroménager, etc. Les centres d’études et de recherche des entreprises concernées sont à la pointe de besoins futurs liés aux économies d’énergie notamment. Devrait-on laisser partir le savoir-faire et les outils sophistiqués vers les pays à main d’œuvre bon marché sous le prétexte que la demande d’acier en Europe a chuté de 20% à cause de la crise ou faut-il à tout prix soutenir l’activité de ces entreprises pour qu’elles soient présentes lorsque la demande repartira, dans 1 ou 2 ans ?

 

ArcelorMittal continue son désengagement : après la Lorraine, le bassin liégeois. Sans vouloir pour autant revendre ses installations pourtant privées de tout vrai plan de modernisation depuis des années, au grand dam des partenaires concernés (sous-traitants mais aussi travailleurs et cadres, responsables publics locaux). L’entreprise ne pourrait pas désindustrialiser ses sites sans devoir payer des sommes fabuleuses pour les dépolluer, ni les céder à des concurrents sous peine de ne pas répondre au réveil de la demande (mais avec un outil dépassé ?). Elle préfère donc procéder à des plans sociaux et faire le gros dos en attendant de meilleures opportunités.

 

Les options de nationalisation, même temporaires, sont abandonnées tant en France qu’en Belgique ou ailleurs. C’est normal que les pouvoirs publics ne se sentent pas investis de responsabilités industrielles même si les travailleurs se tournent vers eux pour trouver des solutions.

 

En dehors de la recherche de repreneurs potentiels, en utilisant au mieux leurs relations de haut niveau et leurs moyens d’investigations, les gouvernements ont peu de moyens financiers ou humains. On pourrait s’attendre à ce qu’ils prennent plutôt des voies parallèles comme par exemple un soutien à la recherche industrielle dans un cadre européen ou national ou des mesures réglementaires favorisant l’utilisation de produits nouveaux et utiles aux consommateurs privés ou industriels, sans tomber dans le piège du protectionnisme.

 

Les marchés ont l’œil sur l’action ArcelorMittal : UBS annonce avoir dégradé sa recommandation craignant que les surcapacités érodent sa rentabilité. « Nous pensons qu'un redressement majeur des performances du secteur de l'acier est peu probable en 2013, du fait de la situation de surcapacités et de ses implications négatives pour les marges bénéficiaires d'ArcelorMittal ».

 

Une dernière citation du Duc de Lévis, maréchal de France 1720-1787 : « La critique est un impôt que l’envie perçoit sur le mérite. »

 

Alors, faisons attention à ne pas prendre les rêves pour des réalités ou des cauchemars pour des fatalités.

 

Bon weekend,

 

Marc Gilson

                                                                      

 

En 2001, Bernard Lavilliers chantait :

 

Un grand soleil noir tourne sur la vallée

 Cheminée muettes - portails verrouillés

 Wagons immobiles - tours abandonné

 Plus de flamme orange dans le ciel mouillé

 On dirait - la nuit - de vieux châteaux forts

 Bouffés par les ronces - le gel et la mort

 Un grand vent glacial fait grincer les dents

 Monstre de métal qui va dérivant

J'voudrais travailler encore - travailler encore

 Forger l'acier rouge avec mes mains d'or

 Travailler encore - travailler encore

 Acier rouge et mains d'or

 J'ai passé ma vie là - dans ce laminoir

 Mes poumons - mon sang et mes colères noires

 Horizons barrés là - les soleils très rares

 Comme une tranchée rouge saignée rouge saignée sur l'espoir

 On dirait - le soir - des navires de guerre

 Battus par les vagues - rongés par la mer

 Tombés sur le flan - giflés des marées

 Vaincus par l'argent - les monstres d'acier

J'voudrais travailler encore - travailler encore

 Forger l'acier rouge avec mes mains d'or

 Travailler encore - travailler encore

 Acier rouge et mains d'or

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

AFFLIGEANT

Voilà qu’après la famille Peugeot, notre bouillant ministre du redressement productif s’en prend avec brutalité à la famille Mittal. Cette posture...

28/11/2012 - Publié par Marc GILSON

Actions / Avis d'experts

Y A UN TRUC

Le retour sur le devant de la scène de Silvio Berlusconi ne manque pas de susciter de nombreuses questions. Tous s’accordaient à dire qu’il était...

11/12/2012 - Publié par Marc GILSON

Actions / Avis d'experts