La remontée des taux se poursuit

Par Karamo Kaba, Directeur des études économiques

17/10/2016 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS dans Marché Allocations d'actifs

La remontée des taux se poursuit

 

Comme la semaine précédente, les marchés de taux ont maintenu leur tendance haussière, surtout au Royaume-Uni où la probabilité d’un « hard Brexit » a gagné en épaisseur. En effet, inquiets des propos de Madame May, la première ministre, sur l’attractivité future de la City, les investisseurs ont délaissé la livre et les obligations britanniques.

 

En écho à ces propos, la question d’un nouveau référendum de l’appartenance de l’Ecosse au Royaume-Uni a refait surface, d’où une hausse de 13 centimes du rendement du taux à dix ans (à 1,11%, soit le plus haut niveau depuis le « Brexit »). A l’exception du Portugal dont la notation souveraine ne devrait pas être dégradée par l'agence DBRS en fin de semaine, ce climat défavorable aux obligations s’est propagé un peu partout. Ainsi, l’Espagne, dans le collimateur de la Commission européenne du fait d’un déficit budgétaire plus élevé que prévu (à -3,6% du PIB pour l’an prochain), voit ses rendements augmenter de 11 points de base sur la semaine. Même les Etats-Unis ne sont pas épargnés.

 

La hausse des taux longs américains (+8 centimes, à 1,80% pour le taux à 10 ans) a aussi été favorisée par la publication de données économiques confortant le scénario d’un rebond à venir de l’activité. Ainsi, comme attendu, les ventes au détail sont ressorties en hausse de 0,60% en septembre après une baisse de 0,19% en août. Ce regain de forme est principalement dû aux ventes d’automobiles (+1,1%) et à la hausse du chiffre d’affaires des stations-services (+2,41%). Même si la confiance des ménages mesurée par l’Université du Michigan s’est dégradée, passant de 91,2 à 87,9 points en octobre, les fondamentaux du consommateur restent solides. Les nouvelles inscriptions au chômage sont par exemple ressorties au plus bas depuis novembre 1973. Pesant pour près de 2/3 du PIB du pays, une bonne orientation de la consommation est une condition nécessaire mais pas suffisante pour une poursuite de la phase d’expansion américaine.

 

Dans ce contexte de remontée de l’aversion pour le risque, la baisse surprise de l’excédent commercial chinois (jeudi) et le mauvais début de la publication des résultats aux Etats-Unis, notamment d’Alcoa, ont pénalisé les indices d’actions aux Etats-Unis. Le S&P 500 (-1% sur la semaine) et le Nasdaq (-1,5%) ont sous-performé les indices européens (+0,8% pour l’EuroStoxx) et japonais. Pour les prochains mois, nous serons particulièrement attentifs à l’évolution des marchés émergents qui ont reculé de 1,9% sur la semaine. En effet, le récent regain de forme du taux de change effectif du dollar (+1,1% sur la semaine et +24% depuis l’été 2014) pénalisera les entreprises de ces pays, surtout si la Fed procède à un relèvement de ses taux.

 

Rendez-vous lundi prochain…

 

Source : Ecofi Investissements, au 14 octobre 2016. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée.

 

Articles similaires

MOIS ENCORE TRÈS DIFFICILE POUR LE MARCH?...

Février a été un mois encore très difficile pour le marché des actions. Nous avons connu des baisses supérieures à 10% durant les deux premières...

11/03/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Analystes et économistes

51.9% SOIT...

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE : 51.9% Soit le pourcentage de votants britanniques qui ont choisi de sortir de l’UE     LA CITATION DE LA...

28/06/2016 - Publié par CPR ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Analystes et économistes